blog :::

Shirley : le site pédagogique

L'immense succ?s de la r?trospective qui lui a ?t? consacr?e l'ann?e derni?re (la deuxi?me exposition la plus fr?quent?e du Grand Palais depuis quarante ans) l'a une nouvelle fois prouv? : le peintre Edward Hopper jouit d'une incroyable cote d'amour aupr?s du grand-public, sans commune avec la place que lui assignent les ?rudits dans l'histoire de la peinture. On peut certes y voir, de ce c?t?-ci de l'Atlantique, la fascination pour l'Am?rique, cette Am?rique ? la fois r?aliste et fantasm?e mise en images par le peintre (qui incarnait selon sa femme “le meilleur de la tradition am?ricaine”) ; on peut aussi, et de mani?re plus universelle, pointer l'attrait qu'exercent ces sc?nes ? la fois quotidiennes et ?nigmatiques, instants suspendus qui appellent irr?sistiblement ? la fiction. Qui ne s'est pas projet? dans ces figures esseul?es et m?lancoliques ? Qui n'a pas pr?t? un pass?, des pens?es, des sentiments aux noctambules de Nighthawks (1942) ou ? l'ouvreuse de New York Movie (1942) ?

Hopper a inspir? de nombreux cin?astes, mais avec Shirley, visions of reality (Un voyage dans la peinture d'Edward Hopper), le cin?aste Gustav Deutsch fait des tableaux du peintre am?ricain la mati?re m?me de son film : il a recr??, mis en mouvement et reli? treize toiles, qui racontent sur une trentaine d'ann?es l'itin?raire d'un personnage fictif d?nomm? Shirley, et un peu de l'histoire des ?tats-Unis au vingti?me si?cle. Shirley est d'abord un enchantement visuel, fascinant par le travail sur les d?cors, les couleurs, la lumi?re. La recr?ation "grandeur nature" des tableaux permet ? la fois de magnifier la splendeur plastique des toiles de Hopper et de d?monter leur profonde ?tranget?. L'immobilit? forc?e du cadre nous rend attentifs au jeu subtil sur le hors-champ (les personnages de Hopper ont souvent le regard dirig? vers l'ailleurs), notamment par le travail sur les ambiances sonores. Mais le film de Gustav Deutsch, tout introspectif qu'il soit, dresse ?galement un portrait impressionniste de l'Am?rique : par le monologue de Shirley ou par le biais d'archives radio, chaque toile est pr?cis?ment ancr?e dans son ?poque (celle de sa conception par Hopper) ; et c'est ainsi la Grande D?pression, le maccarthysme et le Mouvement des Droits Civiques qui d?filent…?

Z?rodeconduite.net propose un site p?dagogique autour de ce film, destin? aux enseignants d'Anglais au Lyc?e.
http://www.zerodeconduite.net/shirley

[Shirley, un voyage dans la peinture d'Edward Hopper. Dur?e : 93 mn. Distribution : KMBO. Sortie le 17 septembre 2014]

Posté dans Fiches et dossiers pédagogiques par Zéro de conduite le 16.09.14 à 23:42

new site