blog :::

La Fille de Brest : le cinéma lanceur d'alerte

En ces temps d’invidualisme triomphant et de paranoïa généralisée, les « lanceurs d’alerte » (ou whistleblowers aux États-Unis) font figure de héros idéaux, fragiles David opposant la seule force de leur détermination aux Goliath de la raison d’État et du big business. D’Erin Brokovich au tout récent Snowden d’Oliver Stone (en salles depuis le 2 novembre), Hollywood n’a pas manqué de se saisir du sujet. Le cinéma français n’est pas en reste : après avoir porté à l’écran l’affaire Clearstream et le combat de Denis Robert (L’Enquête de Vincent Garenq, 2015), il s’intéresse aujourd’hui au scandale du Médiator et à Irène Frachon dans La Fille de Brest d’Emmanuelle Bercot (sorti le 23 novembre).

La réussite du film d’Emmanuelle Bercot tient beaucoup à la figure de la pneumologue, modèle d’héroïne dont rêverait tout cinéaste hollywoodien : dès les premières images, elle nous est présentée comme une médecin aimée de ses patients, passionnée par son métier et profondément attachée aux règles d’éthique qui régissent sa profession. C’est d’ailleurs d’abord et avant tout par empathie envers ses patients qu’elle se lancera dans un combat titanesque contre Servier, le laboratoire qui produisait le Mediator. Le film, qui adopte le point de vue d’Irène Frachon elle-même, ne met jamais en question la conviction de son héroïne (la dangerosité du Mediator, aujourd’hui scientifiquement avérée). L’enjeu du film est ailleurs : il s’agit de montrer comment Irène Frachon parviendra, malgré les pressions et les intimidations, à faire entendre la vérité sur le Mediator.

La Fille de Brest est ainsi porté de bout en bout par son actrice principale, la danoise Sidse Babett Knudsen découverte dans la série Borgen. Présente dans tous les plans du film, la comédienne impressionne par son débit de parole incroyable, son énergie folle, et sa capacité à rendre crédible les colères titanesques d’Irène Frachon. Emmanuelle Bercot dit d’ailleurs que la ressemblance entre Knudsen et Frachon, qui n’est pas physique, « réside dans l’énergie qu’elles sont capables toutes les deux de déployer », et dans « leurs natures très « clownesques » ».   Il restait à Emmanuelle Bercot à dramatiser cette affaire aux ressorts pas forcément spectaculaires et à la chronologie au long cours. Cela passe par une compression du temps (les années deviennent des minutes), par un montage très resserré et par des séquences souvent courtes. Hormis quelques scènes (notamment les rencontres entre Irène Frachon et son contact au sein de la Caisse nationale d’assurance maladie, qui semblent sorties d’un mauvais téléfilm), la réalisatrice parvient cependant à éviter les effets de surdramatisation qui rendaient le Snowden d’Oliver Stone parfois risible, et cela en épousant la perception d’Irène Frachon. Ainsi, les scènes les plus angoissantes sont celles où l'héroÏne, persuadée qu’on veut attenter à sa vie et à celle de ses enfants, bascule dans la paranoïa, refusant par exemple de prendre sa propre voiture par crainte qu’on ait trafiqué ses freins.  La Fille de Brest parvient ainsi à ménager des instants de pur suspense, tout en montrant l’étalement de la lutte d’Irène Frachon dans la durée. Là aussi, on ressent avec elle la lenteur du processus, à tel point qu’on finit par se demander si elle n’est pas devenue folle, et si cet épuisant combat en vaut vraiment la peine. Avant, bien sûr, de comprendre que l’affaire du Mediator n’aurait jamais pu éclater sans l’investissement total de la pneumologue brestoise.

Le film d’Emmanuelle Bercot est donc une grande réussite, sur un plan cinématographique bien sûr, mais aussi sous un angle plus politique et citoyen. Le film se pose en effet comme un nouveau relais du combat d’Irène Frachon, l’affaire du Mediator étant loin d’être terminée : 7 ans après les premières révélations, de nombreuses victimes n’ont pas été indemnisées, et la possibilité d’un procès pénal s’éloigne sans cesse. Comme le dit la pneumologue dans une récente interview au Monde, « si l’indemnisation des victimes et le procès doivent passer par une exposition médiatique, s’il faut un film, du théâtre, un opéra, on y va, je l’assume ! ». Dans ce combat, la force du cinéma est de poser de manière sensible la gravité des faits relatés. C’est particulièrement visible dans une des scènes les plus puissantes du film, où Irène Frachon assiste à l’autopsie d’une de ses patientes, morte après avoir pris du Mediator. De manière très concrète (un corps ouvert, dépecé, désacralisé), le spectateur voit les ravages du médicament Servier sur l’organisme de ce personnage secondaire auquel il s’était attaché. Une scène à la limite de l’insoutenable, mais qui permet au spectateur de prendre pleinement conscience du coût humain de ce scandale.

[La Fille de Brest d'Emmanuelle Bercot. Durée : 128 mn. Distribution : Haut et court. Sortie au cinéma le 23 novembre]

Posté dans Dans les salles par zama le 25.11.16 à 10:52

new site