blog :::

Tous les matins du monde (Quignard / Corneau) au programme des TL

Tous les matins du monde

Le nouveau programme de littérature, sorti de manière étonnemment précoce, a déjà fait couler beaucoup d'encre. Mais la surprise de voir le Général de Gaulle sauter des pages d’histoire des manuels à celles de littérature a éclipsé l’autre choix d’œuvre, tout aussi surprenant.
Après les duos Kafka/Welles (Le Procès, programme 2005-2006) et Laclos/Frears (Les Liaisons dangereuses, programme 2008-2009), et alors que Le Guépard de Visconti n’avait pas eu les honneurs du programme 2007-2008 (parallèlement à celui de Lampedusa), les élèves de Terminale L seront invités lors des deux prochaines années à plancher sur Tous les matins du monde,  un roman de Pascal Quignard, et un film d’Alain Corneau (1991).


On imagine aisément ce qui a motivé le choix ministériel : une œuvre qui a conjugué exigence (la musique baroque, les références au jansénisme, l’omniprésence de la mort) et succès populaire (deux millions d’entrées et sept césars pour le film d’Alain Corneau) ; une relation originale, quasiment incestueuse, entre l’écrit et l’image, puisque le roman de Quignard (qui avait déjà traité le thème dans sa nouvelle La Leçon de musique) est né d’une commande d’Alain Corneau ; une œuvre qui brasse à la fois de grands thèmes (la figure de l’artiste, la transmission) et de nombreux référents artistiques et culturels.

Mais on s’interrogera, à tout le moins, sur le choix d’inscrire, sur les quatre œuvres au programme, trois œuvres du vingtième siècle (même si le Quignard fait dans l’imitation 17ème). Et on avouera notre perplexité à la relecture/revoyure des œuvres de Quignard et Corneau : vingt ans plus tard, le roman paraît assez superficiel, et bien plate son adaptation flimique. Pour ne parler que de cette dernière, la lourdeur de la narration (le flash-back intégral), l’omniprésence de la la voix-off reprenant le texte de Quignard (ici c’est Marin Marais adulte commentant sa vie) au risque de la redondance, le caractère répétitif et l’absence de lyrisme des plans sur la nature (le "désert" de M. de Sainte-Colombe), font pâle figure à côté de la dimension visionnaire du Procès de Welles, ou du travail d’orfèvre de Frears sur le roman Laclos…
 Film riche par ses thématiques mais pauvre sur un plan cinéma, on a l’impression que dans l’esprit de ceux qui ont fait ce choix, le "fond" a éclipsé la forme
On rappellera à cet égard que le film d’Alain Corneau, s’inscrit dans une vague de films d’époque que les historiens du cinéma ont regroupé (en référence au concept anglais d’heritage film) sous le terme de "fictions patrimoniales", aux côtés par exemple de Cyrano de Bergerac (qui partage la distribution de Tous les matins… : Gérard Depardieu, Anne Brochet) ou Germinal (par le même directeur de la photographie, Yves Angelo, plus tard réalisateur du Colonel Chabert). Ceux-ci, comme l’expliquait Raphaëlle Moine dans un article de Textes et documents pour la classe ("La fonction mémorielle du film d’époque", Tdc n° 932, 15 mars 2007) "se donnent pour but de célébrer les grands moments, les grandes œuvres et les "grands hommes" qui font l’identité de la France. (…) Ils ont pour mission d’être le ciment d’une nation ébranlée par les premiers échecs de la politique sociale de la gauche, mais ils sont aussi les ambassadeurs de l’identité nationale à l’étranger." Vingt ans après, Tous les matins du monde apparaît ainsi, dans son irréprochable classicisme, comme caractéristique de cette "qualité française", exaltant un à un les fleurons de notre patrimoine (musique, peinture, mais également paysages, art de vivre, grands acteurs), pour ne pas parler "d’identité nationale"…

Le film fait l’objet d’une fiche Teledoc du CNDP, et les Editions Gallimard devraient faire paraître un dossier pédagogique pour la rentrée sur leur site. En attendant, l’enseignant pourra gloser sur la structure chiasmatique des symboles : l'arrivée de Marais chez Sainte-Colombe et la mention de son sexe "épais et poilu pendant entre les cuisses" (Chapitre VIII) et leur dernière entrevue, "son sexe était tout petit et gelé" (Chapitre XXVII) ; il pourra analyser comment l'un, le vrai artiste réussit à ressusciter les ombres, quand l'autre, artificieux et courtisan, fait mourir Madeleine et semble frappé du sceau de la stérilité. Peut-être l'ombre d'Orphée nourrira des réflexions sur la poésie ? Peut-être certains élèves seront-ils sensibles à la dialectique de la transmission représentée par le film ? 
Le vrai travail à mener avec les élèves résidera sans doute autour des œuvres plutôt qu’en elles : la représentation du "désert" propre aux jansénistes, la misanthropie de Sainte-Colombe comme un écho à Alceste, les natures mortes comme des vanités qui tissent les liens entre la vie et la mort…

[MAJ 01/09/2010]
> Le DVD de Tous les matins du monde d'Alain Corneau (Editions Studio Canal) est en vente avec ses droits institutionnels (au prix de 44,50 € TTC) dans la boutique Zérodeconduite.

Posté dans Evènements par comtessa le 18.02.10 à 17:54

Commentaires

De cécile, posté le 19.02.10 à 17:05

mouais. personnellement j'avais adoré le film à l'époque, mais il est vrai que j'avais 14 ans. Je me suis même fait offrir le cd de la musique, qui a rapidement pris la poussière dans l'armoire à CD (la viole, ça lasse assez rapidement). Il faudrait que je le revoie, ça a peut-être un peu vieilli effectivement. Le choix est effectivement surprenant, mais de là à y voir (si je suis bien votre pensée) l'influence du débat sur l'identité nationale…
De guano, posté le 22.02.10 à 00:18

lu dans le Canard enchaîné que c'était Guaino qui écrivait les programmes, et qu'il s'en vantait en plus !
De emile, posté le 24.02.10 à 17:43

je n'ai pas vu le film. mais je viens de lire le livre de Quignard, et c'est assez faiblard. Pour moi on est proche de l'imposture. Seul avantage pour les élèves : le livre est très très court.
De Lucie, posté le 13.03.10 à 22:42

J'ai vu le film et acheté des CD de viole de Gambe... Je n'ai jamais eu envie de revoir le film. Quant au livre : sexe et élégie ; deuil et masturbation ! Parfaitement rendu dans le film autant que je m'en souvienne. Drôle d'attelage ! Version burlesque involontaire de l'alliance du grotesque et du sublime ?
De Alan, posté le 10.06.10 à 18:05

On a la couille triste, en France, me semble-t-il... Mais je ne me lasse pas de l'élégiaque viole de gambe... L'imaginaire de Pascal Quignard, est gris et geignard. Cela rimerait-il avec Faiblard plutôt qu'avec grand art?
De Georges, posté le 10.06.10 à 22:40

Un autre travail à conduire en classe : insister sur l'écriture de l'Histoire avec de Gaulle, avec La Nausée en parallèle par exemple, développer Beckett avec en plus Oh les beaux jours, et faire l'impasse sur Quignard. Marre de certaines daubes du XXe siècle.
De Alan, posté le 11.06.10 à 10:48

Non, pas forcément faire l'impasse sur Guignard c'est tellement rare qu'un écrivain français s'intéresse à la musique et n'aie pas les oreilles de Midas! Mais De Colle, Couinard, tout cela est bien franchouillard (encore une rime suffisante) et en dit long sur le goût élyséen que ce M. Gaineau (ou Guéno,je ne sais plus) tente d'imposer aux p'tits profs que nous sommes...
De kemia, posté le 14.07.10 à 19:53

je vais passer en terminal littéraire et franchement celivre m'interesse déja!
De gargo, posté le 31.08.10 à 15:31

que de vomissures sur l'oeuvre de Quignard... "wouelbèq et gavalda, c mieu"
De rebecca, posté le 06.09.10 à 22:45

O pisse-froid que vous êtes ! A vous lire, on se réjouit d'avoir quitté l'enseignement...
De Shashoo59, posté le 20.09.10 à 11:40

Je suis d'accord avec Kemia, ce "mini" livre à l'air intéressant. C'est " Mémoires de guerre " qui m'a l'air réellement inapproprié avec les livres que l'on doit lire pour la littérature.. Il n'a pas sa place dans une telle matière.
De Camille, posté le 20.10.10 à 14:56

Perso, je n'ai pas aimé le livre. Le film n'est pas trop trop mal. Disons qu'il y a pire mais qu'il y a beaucoup mieux aussi! Corneau est très fidèle à l'ouvrage sans pour autant avoir mis les passages un peu... limites, qui ne font pas avancer l'action. Ouf! Je pense que l'on souffrira plus avec DE GAULLE !!!!
De www.totalscreenreco, posté le 21.10.10 à 10:38

Pour moi on est proche de l'imposture



De Aloyse Tribot., posté le 22.10.10 à 14:09

Oui, moi je suis tout à fait d'accord avec Camille.

;)
De Pauline, posté le 11.11.10 à 13:09

L'alliance du sublime et du grotesque, du sexe et du lyrisme, me parait déroutante et très intéressante. Le changement ne peut pas faire de mal.

De Gaulle en revanche... homme d'histoire ou écrivain?
De mackenzie du 87, posté le 15.11.10 à 09:50

franchement de vient de lire le livre et j'ai pas spécialement aimé il y a même des choses que j'ai pas compris pourtant je l'ai relu plusieurs fois en gros je suis dans la merde pour mon devoir de mardi
De mars, posté le 05.12.10 à 17:59

J'ai lu tous les matins du monde et franchement j'ai bien aimé mais sans plus, je ne sais pas vous mais cela ne m'a pas inspiré des masses, j'ai préféré l'Odyssée même si c'était plus gonflant !
De mathou, posté le 06.12.10 à 21:55

camille en quoi reconnais tu que le film est fidele a l'oeuvre ?
De Camille, posté le 10.12.10 à 14:37

Bin je trouve que l'on retrouve beaucoup de citatons du livre. Pas mal de détails concernant les gestes des personnages ont été repris comme dans le livre...

Perso, la dernière adaptation que j'ai vu, c'était "Un barrage contre le Pacifique" de Marguerite Duras et c'était vraiment bof!
De Elève de TL, posté le 17.12.10 à 18:04

le livre est facile à comprendre et l'histoire est plutot pas mal, le film un peu trop ennuyant a mon gout mais fidèle a l'oeuvre de base. Ce qui me déplait c'est les interprétations farfelues qu'on en fait, on a l'impression que comme il n'y a pas grand chose à dire, on brode autour des quelques éléments a développer...
De affeninsel, posté le 18.12.10 à 15:40

Mon dieu, mon dieu! Sortir de telles âneries au nom de la littérature, c'est affligeant! On dirait que pour vous Quignard a écrit ce livre sur des "thèmes" pour une lecture organisée par de petits élèves soucieux de remplir des tableaux de classification dans leurs cahiers!

Mais où est l'oeuvre en soi, dans tout ça? Peut-on sérieusement affirmer que les intérêts de ce livre sont des chiasmes, de petites oppositions… Quignard est un intellectuel, il a reçu le prix Goncourt (pas forcément un plus, certes, quand on voit le lauréat de cette année), il n'est pas à prendre à la légère comme un auteur d'histoires pour enfants. Il faut chercher dans la lecture, et nulle part ailleurs!

D'autre part comme l'auteur du blog le dit bien, le film est une oeuvre issue du travail très étroit entre les deux artistes (quatre si on rajoute Savall et Angelo) et des acteurs, c'est une REFLEXION qu'ils ont menée, et les choix visuels peuvent plaire ou non, ils n'en demeurent pas moins la marque d'une pensée créatrice liée au fond!

Quant au terme "imposture"… Je veux bien admettre que le livre a eu du succès grâce au film lui-même attirant grâce à son casting, mais ceux qui y voient une imposture n'ont rien lu. De là je conseille plus que vivement la lecture de La leçon de Musique par Quignard, qui a donné envie à Corneau, un auteur de polars, de faire le film. Cette lecture est réellement indispensable pour bien comprendre les deux oeuvres, qui plus est lorsqu'on voit certains commentaires ici.

Bon travail!
De Elodie, posté le 19.12.10 à 18:01

Il est normal que le film soit fidèle au livre etant donné que c'est Corneau qui a demandé à quignard de lui ecrire un scenario..
De lilith, posté le 21.12.10 à 19:54

Personnellement,je suis en TL et j'étudie ce roman en ce moment, et je reconnais que je n'accroche avec aucune des deux oeuvres. Cependant certains thèmes récurrents, tels que la mort ou la transmission, sont assez intéressants à approfondir dans le cadre d'exposés. De plus, bien que le film m'ait semblé ennuyeux, il faut reconnaître que certains plans sont construits comme des tableaux et que les jeux de lumière ou de couleurs y sont plutôt réussis.
De A., posté le 30.12.10 à 15:23

J'ai lu le livre, et par la suite regardé le film afin de pouvoir les comparer. Ils sont très fidèles l'un à l'autre. Quant à l'histoire en elle-même, je la trouve bien maniée. C'est une oeuvre interessante à étudier.
De L, posté le 04.01.11 à 23:14

A moins d'ambitionner une carrière de critique pour la rubrique "sorties bouquins" du Télépoche, il faudrait sérieusement envisager d'éviter les approches psychologiques de type "c'est gonflant", "c'est ennuyeux", aussi inutiles qu'aberrantes... Parler de "faire avancer l'action", honnêtement... Autant aller vous abrutir devant un blockbuster. Et ça se prétend littéraire...
De Vincent, posté le 05.01.11 à 15:20

Avançons un "c'est fade", alors.
De Vanessa, posté le 06.01.11 à 18:29

Il faut le dire, l’œuvre cinématographique et écrite s'emboitent avec une parfaite concordance (Problématique des « œuvres collaboratrices » : régal ou écœurement ?).



Magnifique et émouvante avant dernière scène clef lorsque Marais et Sainte Colombe discutent puis Jouent dans le noir. Une profonde réflexion sur l'importance et le rôle de la musique sur laquelle repose d'ailleurs, je dirai, le cœur de l’œuvre. Rien que pour ce thème, peu exploité en littérature je trouve, l’étude n’en sera pas « lourde » puisqu’il tourne autour de thématiques passionnantes telles l’accomplissement du créateur, la musique ; réunificatrice…



Le film est charmant, quoique son orchestration demeure, selon mon point de vue, un peu maladroite, ponctuée d'une certaine froideur (que l’on retrouve dans le roman et qui ne me plait pas du tout) qui me laisse profondément perplexe, sans pouvoir pour autant mettre mon doigt là ou ca fait mal.



C’est déroutant. Un film et un roman qui provoquent un certain vide. L'on en ressort comme d’un profond songe, et le retour à la réalité est abrupt.



Cette froideur, cette distanciation dont font preuve Quignard et Corneau est volontaire, certes, mais ne coïncide pas avec mes gouts. Non, ca ne me plait pas. Je ferai avec.



L’étude de Tous les matins en classe, si elle risque d’être périlleuse vu la classe avec laquelle je cohabite, me ravi, vu ma merveilleuse professeure et son engouement pour l’œuvre. Les quelques thèmes qu’effleurent les œuvres (j’emploie ce verbe, car je les trouve, somme toutes, maladroitement peu exploités ces thèmes) sont intéressants, et seront, je le sais, cultivés au maximum de sorte à ce que, sortie de classe, je sourirai, comme je le fais toujours, en sortant de cette salle de cours.

De T.L, posté le 06.01.11 à 18:38

Pour étudier actuellement le roman et le film, je peux dire que je ne m'ennuis à aucunes séances de littérature contrairement lors de l'Odyssé. Le roman est bien écrit, et comme ça a était dit avant ce n'est pas une histoire pour enfant malgrès le fait qu'elle soit très courte. Les thèmes d'étude sont nombreux et variés et toujours intéressant. Le film est d'un point de vue esthétique beau et poétique et sur le fond emplit de reflexion à l'égal du roman. Quand à la musique, j'ai acheté le C.D et ne me lasse pas de l'écouter.

Doit-on aussi préciser que Quignard est le seul écrivaint à s'intéressait d'abord aux petits gens du 17ème siècle, plutôt qu'aux fastes habituels et lassants de Versaille, c'est à dire à nous représenter un vrai 17ème siècle qui ne se résume pas qu'au roi et son palais. Si vous cherchez une imposture parmis le programme de T.L visez plutôt Les mémoires de De Gaulle, qui est un choix purement orienté politiquement par notre gouvernement.
De Margot, posté le 06.01.11 à 22:58

Je pense qu'il faut arrêter ce débat sur les oeuvres au programme cette année. Elle y sont, que cela nous plaise ou pas. Je suis en Terminale Littéraire et nous allons commencer à étudier l'oeuvre. Je l'ai lu plusieurs fois, j'ai vu le film aussi. Certes, je préfère l'Odyssée, mais de là à dire "c'est ennuyeux" et bla bla bla... On ne peut pas dire que c'est très constructif! Je pense que quand même, si c'est au programme, c'est qu'il y a des choses à dire, peut être pas autant que dans l'Odyssée, mais c'est pas du "flan" non plus. Le film tout autant que le livre ont été travaillés. Personnellement, je n'appréhende pas d'étudier cette oeuvre. Les préjugés sont nombreux, tout comme sur De Gaulle. Ayant travaillé l'oeuvre en classe, j'ai été surprise, certes l'écriture est difficile pour des jeunes de notre époque, mais il y avait beaucoup à commenter, sur le vocabulaire du théâtre par exemple ou les portraits, les métaphores filées ou la glorification de la France... Mais en filière littéraire, si nous ne sommes pas capable de lire d'autres style que celui de Nothomb et autres,il y a un problème !
De Margot, posté le 06.01.11 à 23:01

autres styles*



Pardon pour la faute.
De S., posté le 07.01.11 à 21:59

Cette oeuvre ma particulièrement plue, et puis j'ai été agréablement surprise par le film et cette ambiance déroutante et sombre qui y règne. Le livre se lit avec allégresse, on est facilement pris dans un véritable brouillard de volupté. On ressent toute la force des mots de Quignard resonner en nous, et puis son style, tout ce mystère qu'il laisse planer dans nos petites têtes de L, lieu de millards d'interpretations possibles. Tout est manié avec une telle virtuosité et un talent si indubitable qu'il en devient presque impensable que quelqu'un ne puisse pas aimer.
De Kateausten56, posté le 08.01.11 à 14:57

Je suis en train de l'etudier en ce moment meme au lycee.

Je trouve que ce livre est interessant du point de vue psychologique (folie, obsession...). Je trouve aussi que la musique a LE role principale, d'ailleur, le film le retranscrit tres bien. Mais apres l'histoire en tant que telle, ne m'a pas parue si extraordinaire que cela.

En ce qui concerne Memoire de Guerre... on verra bien mais je trouve ce livre inaproprie ^^

Bonne annee et bon BAC en juin^^
De Charlotte, posté le 08.01.11 à 17:03

Moi ce qui me fait rire c'est de voir avec combien de fautes écrivent les littéraires. J'aimerais aussi que quelqu'un me contredise en argumentant lorsque je dis que les thèmes sont vraiment trop peu exploités et que malgré une écriture et des plans séquence qui ne touchent pas à l'ennui mais à la sensibilité, l'utilisation de la musique est faible à l'écrit et les émotions ne passent pas à l'écran. Je trouve un Jean Pierre Marielle bien fade et c'est pareil pour tous les acteurs. De plus nous n'etudions pas le travail de l'artiste mais seulement des thèmes flous et brodés de fleurettes ridicules... MAIS OÙ EST LA LITTÉRATURE ? Je viens de S, je suis en terminal L et je trouve une littérature bien peu intéressante comparée à mes lectures personnelles de certaines perles françaises. C'est vrai, c'est le début d'une chute de la culture. Je me vois navrée de constater un tel manque d'implication du travail du lycéen en France. Si nous ne travaillons pas sur des textes riches de sens, profonds et épais où nous pouvons tirer tout le jus si beau d'une littérature en voie de perdition, et ainsi la sauver, où est l'art ? Où est la vie ?
De Term' L, posté le 08.01.11 à 19:16

Personnellement, j'ai beaucoup aimé le film tout autant que livre, et je trouve très intéressant d'étudier une oeuvre de Quignard lorsque l'on sait qu'il détient une maîtrise parfaite de la langue française. L'auteur comme le cinéaste affectionnent un amour tout particulier pour les philosophies orientales qui s'impreignent dans "Tous les matins...", mais aussi dans leurs oeuvres précèdentes ( nb: Quignard, "Le leçon de musique"; Corneau, l'adaptation de "stupeur et tremblements"). Le rapport haineux qu'entretient Sainte Colombe avec la cour nous permet de porter une réflexion sur les allures "blingbling" de notre gouvernement actuel semblable au style baroque voire roccoco de la cour de Louis XIV...

Alors, non, je ne pense pas qu'il y ait la une mort de la littérature dans le programme de T°L, surtout si l'on parle ici d'un homme qui a quand même reçu le prix Goncourt et qui a dans son texte (autant riche de sens que profond et épais) de fines réfèrences à la fois aux peintres du XVIIème mais aussi à des classiques du cinema comme "Le Salon de musique" ( de l'indien Satyajit Ray).

Enfin, j'aimerai rajouter ( et ce en m'adressant à la dénommée charlotte), que merci les littéraires et l'orthographe s'entendent encore très bien, que Quignard n'est pas l'annonce de la mort de la culture et de la littérature, mais que par contre la faute qu'elle a faite à Terminale (en l'écrivant sans "e") l'est bel et bien.



MERCIBONSOIR!
De Louise., posté le 08.01.11 à 22:46

D'accord avec Margot.



A quoi bon se lamenter, on n'a de choix que de faire avec le programme, et si ces oeuvres sont au programme, ce n'est effectivement pas "pour rien".



Prenez le comme une étape, peut être un peu difficile à franchir, mais une étape comme une autre, dont il faut tirer le maximum de profit.



La Littérature est Belle. Ne l'oublions jamais. On a choisi cette filiere (je l'ai fait du moins) entre autres pour leur prouver, qu'elle en vaut la peine. A quoi bon faire preuve de mauvaise volonté de la sorte...



Ah, et Charlotte ? La littérature n'est pas en voie de disparition. Elle ne cessera jamais d'évoluer. Evite le blasphème, s'il te plait.
De G.J., posté le 13.01.11 à 18:52

j'ai lu le livre ......il y longtemps..... j'ai oublié son contenu..... mais j'ai souvenir qu'il ne m'a pas déplu.

j'ai découvert le film il y a moins d'un an.... j'ai aimé......mais je suis un inconditionnel de la viole....

Bon.... je me dis... retrouve se livre....à suivre
De shirley, posté le 14.01.11 à 00:59

Le film est juste sublime ! les acteurs joue parfaitement leurs rôle , et oui sexe et co fais partie de la vie et il faudrait des fois arrêter d'en faire un sujet trop tabou ! il est au centre de notre vie , sans sa , vous ne serais pas tous là, en train de critiqué une œuvre .Alain Corneau s'est appliqué dans son travail , il a su nous faire passer chaques émotions . Toutes oeuvres est intéressante , et celle-ci particulièrement , ici nous retrouvons tous les thémes de la vie , l'amour , la tristesse ,la rupture, la maladie , la tragédie , la perte , l'ambition , ect ... Vous devriez être moins dur avec pascal quignard
De Affeninsel, posté le 15.01.11 à 13:57

Incroyable de voir à quel point on continue dans la bêtise ici. Quelle histoire de pur jus de la littérature? Si on lit la leçon de musique, on se rend compte que le système créé par Quignard pour son roman est plus que complet, passionnant, complexe et très puissant. Sans aller plus loin, quel autre nom donner à cela que "littérature, je me le demande…
De Bim, posté le 16.01.11 à 14:50

Charlotte, retourne en S au lieu de nous déblatérer de telles conneries. Merci.
De Clairette01, posté le 21.01.11 à 18:54

perso, ce bouquin, ça va ! Comme beaucoup d'entre vous, j'appréhende beaucoup plus De Gaulle ! Quelle idée de mettre ça au programme ? plus qu'à prier pour pas que ça tombe dessus au BAC ! ^^ Jvais essayer de voir le film ! et puis on verra... ^^
De TL, posté le 22.01.11 à 21:19

Vous avez remarqué qu'on fait tous De Gaulle en dernier ? Histoire de ne pas bacler le deuxieme trimestre peut etre (le dernier trimestre n'étant pas pris en compte pour les inscrip' a la fac)...
De ELie, posté le 28.01.11 à 18:56

Ce Livre est vraiment un bon exemple de toutes les manières d'écrire. Un livre relatant les messages moraux d'une personne vide de tout depuis un certains évènement. Le rapport à la musique est très énigmatique et intrigant, ce qui fait l'une des beauté de l'oeuvre. De plus la manière très discrète de parler du Jansénisme dans ce roman force l'admiration une fois de plus. En découle une chronologie douteuse et absolument pas structurée..

Certes l'information sur le Jansénisme me vient de ma prof, mais quand on prend la peine de faire une lecture imanente du livre on voit que ce mec est très fort.



Je ne suis pas fan, mais c'est toujours mieux que ce qui nous attend après.. Charles de Gaulles.



Prenez ce que vous pouvez du texte, qui puisse vous apporter !!
De ELie, posté le 28.01.11 à 19:00

Charlotte a bien raison, mais malheureusement ce n'est pas nous qui décidons du programme. Les fautes d'orthographes ne sont rien par rapport à la pensée,personnellement, j'en fait énormément, mais si mon idée passe, ce n'est pas très grave.. les fautes .. oO L'idée n'est-elle pas la plus importante ???
De Terminale L, posté le 29.01.11 à 16:54

Bien que je trouve le film franchement médiocre, certainement à cause d'un choix d'acteurs mal approprié (mise à part Anne Brochet qui colle plutôt bien au rôle de Madeleine), je dois avouer que le livre ne m'a pas déplu parce que Quignard, dans un style simple et à mon sens sans prétention, associe la requête de la gloire et du plaisir autours d'une réflexion fondée sur la base du memento mori. Mais il est clair que d'un point de vue strictement littéraire, on tombe de haut après avoir lu et étudié Choderlos de Laclos et ses Liaisons Dangereuses.

J'adore la façon dont de Gaulle écrit, mais à part sur son style frais et lyrique, je me demande bien sur quoi va-t-on pouvoir broder lors des dissertations le concernant. On devrait plutôt le lire en histoire : j'adore les liens artificiels créés entre les programmes d'histoire et de littérature. Cette dernière discipline se doit de nous faire étudier le summum de l'art, et non pas des œuvres telles que celle de de Gaulle dont la visée reste purement pragmatique.

Quitte à faire lire les Mémoires, autant les faire lire en histoire : les littéraires,parce qu'ils sont sensés avoir choisi cette section, peuvent bien lire plus que cela.
De Ana, posté le 06.02.11 à 20:38

Je suis en TL, et je n' aime pas ce livre, certes il est court, certes il est clair, pas difficile, mais...

Il y a quelque chose qui cloche, je ne sais pas quoi.
De coco974, posté le 08.02.11 à 15:32

je suis en TL, et je n'aime pas du tout ce livre. Je n'aime pas l'epoque, et le cadre de ce roman
De Eve, posté le 08.02.11 à 20:58

Je suis en train d'étudier le livre ET le film, je n'ai pas aimé le livre, certes il est rapide à lire mais dans le patrimoine de la littérature on a tellement mieux!!Flaubert,Zola, Choderlos de Laclos (que j'ai plus qu'adoré..) alors nous imposer Quignard ET de Gaulle...je me demande si on peut encore appeler ca de la Littérature avec un grand ''L''..

Je pense que le pire c'est de regarder pleins de fois les mêmes extraits du film pour pouvoir comparer, faire les liens, analyser etc... je n'ai pas du tout aimé le film et je trouve très franchement que le seul atout de Guillaume Depardieu soit qu'il ressemblait à son père parce que son jeu d'acteur est vraiment naze et ils auraient pu faire quelque chose de bien avec un meilleur acteur.

Par contre, ma prof me demande d'étudier la structure du récit ET celle du film et je ne trouve rien à dire sur le récit qui est somme toute assez plat.

Quant à la question concernant la justification du titre ...

Enfin bref, voila, un grand merci à l'éducation nationale qui nous fait aimer les cours de littérature et la ''littérature"" française!
De TL, posté le 09.02.11 à 00:25

je trouve que le livre est désagréable a lire, l'auteur a un style très sec, les personnages sont antipathiques et les situations morbides. Le film a des composition de plan sublimes, et les morceaux sont , je trouve, bien choisis et intelligemment placés.
De Affeninsel, posté le 15.02.11 à 19:28

Et voilà! On commence à faire passer sous le nom de défauts les caractéristiques du roman, les volontés d'écriture de l'écrivain. Pour le style, qu'il ne plaise pas, s'entend, mais dire qu'on tombe de haut, c'est juste qu'on n'a rien compris.

Elie a raison de dire que c'est très impressionnant de se rendre compte de la manière dont Quignard aborde des sujets en filigrane, et surtout, ça ne se limite pas au jansénisme, il y en a plein d'autres. Littérature, avec un grand L, je le répète, OUI quand on comprend.

Pour de Gaulle, ce n'est pas le sujet, mais l'intérêt qui le fait rentrer dans le programme, c'est l'aspect engagé de l'oeuvre: il faut saisir à quel point tout est engagé, tout est tourné vers une démonstration qui utilise la littérature pour en faire ce que l'auteur veut. Et de ce point de vue, cette oeuvre est très intéressante. Et pour les amoureux très simples du style… que demander de plus?
De Mymy, posté le 17.02.11 à 19:40

Bonsoir,

je suis actuellement en TL et je dois dire que les oeuvres au programme cette année sont bien médiocres! En dehors de L'odyssée, nous avons peu de livres de siècles et de genres différents et c'est dommage! Les TL de l'année dernière on eu la chance d'avoir à lire de VRAIS classiques de la littérature française!La lecture des Mémoires est une grossière erreur!Certes c'est une "oeuvre" engagée mais je ne vois pas comment on peut imposer la lecture à des littéraires, de ce navet qui ne comporte aucun intérêt littéraire! Quelle déception pour la filière L!
De Eve, posté le 18.02.11 à 09:17

je pense avoir compris le livre, j'ai degagé les différents themes abordés qui sont nombreux mais ce livre reste ininteressant pour moi...

Quand à de Gaulle qui est engagé, certes mais ils auraient pu choisir quelqu'un de plus engagé ou engagé de fçon égale à de Gaulle.. y'en a pas mal quand meme!

Quignard reste pour moi une abérration du programme
De Affeninsel, posté le 18.02.11 à 14:00

Eh bien encore une fois, il faut apprendre à lire…
De Cerise, posté le 23.02.11 à 18:20

Que de réactions...

Je pense qu'avant de juger ce qui est approprié ou non au programme des TL, il faut quelque fois ce m'être à notre place. Je parle en connaissance de cause, en finissant De Gaulle, Quignard était la délivrance à nos maux, le soulagement. C'est le mémorialiste qui n'a pas sa place dans notre programme Littéraire (j'insiste sur le mot, puisque c'est bel et bien un ouvrage de littérature que nous devons étudier). Quignard nous donne à lire une belle histoire qui nous emporte et nous laisse nous poser des questions sur le sens de sa vie. Après avoir lu De Gaulle, nous ne ressentons que du vide, et de l'ennui, cet homme a peut être les mots, la rhétorique, mais il ne sera jamais un écrivain.
De Affeninsel, posté le 24.02.11 à 15:16

Oui, comme ce serait bien si on pouvait juger de la littérature en restant des enfants à qui on conte une histoire!
De Caly, posté le 03.03.11 à 20:44

Non mais vous craquez sévère a sortir des critiques aussi dures sur cette oeuvre --'



J'ai trouvé le film très beau... Pas exceptionnel mais beau parce qu'il était simple, et c'est ce qui fait sa force, tout comme pour le livre. Ce qu'il faut voir c'est l'histoire, l'émotion qu'il transmet je pense. Alors certes, en filière littéraire on s'attend à quelque chose de peut-être plus lourd ou génial que l'écriture de Pascal Quignard mais finalement, ça fait pas un peu de bien d'étudier une oeuvre toute légère (et vraiment belle, il faut le dire.) ?
De Caly, posté le 03.03.11 à 20:45

(et carrément d'accord avec Cerise)
De Caly, posté le 03.03.11 à 20:47

(je pense que vous avez tous un peu la grosse tête de vous y connaitre au niveau des auteurs et que ça vous fait bizarre de lire soudain quelque chose qui n'est pas un monument; vous avez du mal à percevoir la beauté tant vous êtes aliénés par vos lourdes lectures)
De Caly, posté le 03.03.11 à 20:48

(et je ne suis vraiment pas pressé de lire De Gaulle..)
De Elodie, posté le 04.03.11 à 21:50

J'ai beaucoup aimé également "Tous les matins du monde". J'ai tout de suite été submergé dans les deux oeuvres . Je dois à présent travailler sur les corps et presenté un exposé sur ce thème . Et à vrai dire , je prends du plaisir à travailler sur cette oeuvre . Surtout si je compare à mes desasteux cours sur De Gaulle en tout debut d'année que nous devions faire nous meme ... Mais ,pour moi , la meilleure oeuvre au programme et la plus enrichissante cette année est "Fin De Partie" de Beckett, je le trouve fascinant !
De D., posté le 05.03.11 à 10:59

je suis tout à fait d'accord avec affeninsel, je trouve que vos propos (négatifs) à propos du livre et du roman sont absolument débiles pour ne pas être plus vulgaire ! N'avez vous donc aucune sensibilité ? il paraîtrait que vous n'ayez lu et vue que le sens premier de la chose et non chercher dans le fond, car il est vrai que lorsque l'on regarde le film ou lit le livre on peut trouver cela ennuyeux, mais il faut aller chercher dans le fond de la forme, il faut approfondir notre intérêt !! et là l'on se rend compte que les 2 ouvres excusez moi mais sont des chefs d'oeuvres !!! Rien qu'en regardant le film on peut y voir la splendeur de l'image, personnellement en regardant le film j'étais émerveillée devant les image qui semblait être des tableau tellement elle paraissait dessinées.. Quant au livre une réflexion s’opère au sens littéraire. Moi je suis en terminale L et j'ai adoré les oeuvres et la musique aussi, j'ai téléchargé le disque de Savall et je pense vraiment, en voyant les gens de ma classe porter les mêmes jugements (négatifs) que vous sur les oeuvres, que il n'y a plus aucune sensibilité, plus aucun intérêt pour la vraie culture aujourd'hui.. boilà !
De Affeninsel, posté le 06.03.11 à 18:21

D'accord pour les plans qui ressemblent à des tableaux, c'est le travail d'Yves Angelo, directeur photo qui a travaillé sur la demande de Corneau à rapprocher l'image de celles de Georges de la Tour, c'est d'ailleurs pourquoi je trouve que dire, comme l'auteur de l'article, que les images sont pauvres, c'est tout bonnement inepte.

Je refuse de dire que l'oeuvre de Corneau est légère, rien qu'au vu de toutes les questions qu'il soulève et des images qu'il crée: tout renvoie à une multitude d'univers fantastiquement riche.
De Amanda, posté le 06.03.11 à 20:28

Je suis en terminal littéraire. J'étudie le livre et le film en parallèle. Je me suis rendue compte que, étant musicienne, je comprenais et ressentais les choses différemment des autres. Certains disent qu'il n'y a que "du sexe" mais si vous étiez vraiment attentifs, vous vous rendriez compte que c'est la musique qui a le rôle le plus important. Mais ça, vous ne pouvez pas le comprendre si vous n'êtes pas musiciens, c'est trop subtile. Voilà, donc vos critiques négatives sont à revoir et si vous tenez vraiment à les exprimer, faites-le poliment, ce sera mieux...
De Jean, posté le 07.03.11 à 16:45

Sans vouloir créer une polémique, ceux qui ont posté des commentaires visant à "détruire" (et il n'y a pas d'autres mots) l'oeuvre de Quignard, n'ont vraisemblablement pas lu le livre ou alors en diagonale et n'ont alors absolument rien saisi de son oeuvre qui est certes courte mais dense à un point inimaginable car elle fourmille de petits détails parfois très symboliques et extrêmement intéréssants sur le plan historique et parfois philosophique. Le film quant à lui est tourné de manière très recherché avec un jeu de lumière et une manière de filmer propre à créer des tableaux; sans parler qu'il est mis en musique par le plus grand interprète de musique baroque actuel, Jordi Savall ! Quant à ceux qui considère Quignard comme un effroyable pervers sexuel, on se demande chez qui perversion il y a ! Ces références à la sexualité traduisent en fait un problème majeur chez Quignard, c'est à dire l'angoisse qu'il a de ne pas connaître le moment T (moment où il a été conçu). Cette angoisse est présente plus que celle de la mort et chez tout le monde si on y réfléchit bien (elle est quand même le plus souvent inconsciente). Cette idée, Quignard la développe beaucoup mieux que moi mais pour ca, il faut avoir lu ses livres...
De D., posté le 07.03.11 à 17:54

Jean, Affeninsel et Amanda ont tout a fait raison !!
De David, posté le 09.03.11 à 21:26

Je suis scandalisé par certains commentaires. Il me semble que la littérature n'est pas un long commentaire sur lequel on déclame ses goûts et couleurs préférées; un commentaire irréfléchi et de premier abord. Absolument d'accord avec le commentaire de "L" et de "Jean".En effet c'est une oeuvre littéraire et non pas un divertissement prémâché !
De Affeninsel, posté le 12.03.11 à 21:22

Tout à fait. Ceux qui se satisfont d'être emportés par l'histoire peuvent lire Harry Potter, et arrêtent de critiquer Quignard. Parler d'imposture, c'est n'avoir rien compris, dire que le livre est intéressant parce qu'il aborde plein de thèmes, c'est voir la littérature comme un acte notarié, et se limiter à des histoires de classiques, c'est s'aveugler dans ses petits principes étroits, et c'est l'une des causes pour lesquelles on se fourre le doigt dans l'oeil à propos des oeuvres proposées.
De Al, posté le 13.03.11 à 21:17

La littérature autorise beaucoup, c'est là sa richesse. L'opinion que l'on "déclame" est la suite logique. Si le lecteur la ferme face à ce qui est dit, c'est probablement qu'il n'a rien pu tirer: il reste passif. Heureusement que l'on peut se permettre de dire que l'oeuvre de Pascal Quignard est impuissante ! Que les thèmes traités sont magistraux mais défaits- déliés par l'évidence de leur forme.
De Louise, posté le 14.03.11 à 00:16

Je suis élève en Terminal L et j'ai adoré Fin de partie de Beckett, j'en ai fini par apprécier le "rien" et la lenteur ^^. L'odyssée est une oeuvre culte et vraiment intéressante même si l'écriture en hexamètres dactyliques traduit rent le texte un peu lourd... Beckett à répugné mes camarades de classe et l'odyssée les a laissé de marbres. Nous en sommes a l'étude de Tous les matins du monde et, sans doute parce qu'il est cours et simple à comprendre, ceux là l'ont apprécié... Je ne le supporte pas, je trouve que ce faux lyrisme de passionné de l'époque baroque est superficiel et que ce prétexte de la musique pour écrire un livre est insuffisant... J'ai préféré le film, sans doute parce qu'un film sur la musique est plus éloquent qu'un livre sur la musique. Je l'ai préféré mais je m'ennuie terriblement. Quant aux Mémoires de De Gaulle je prend ça pour une grosse blague pas drôle.
De ZIZOU, posté le 16.03.11 à 06:28

WOUEH bof c aC cool le livre et le film c pa compliqué a comprendre pa com de gaull
De Terminale L, posté le 20.04.11 à 18:00

Le film et le livre étaient particulièrement désagréables. Les nombreuses allusions au sexe et les passages crus sont mal adaptés à l'époque choisie par l'auteur. D'autant plus qu'il aurait pu faire un effort sur le style : "le sexe épais et poilu pendant entre les cuisses " ,Ce n'est pas très littéraire ... Heureusement que le livre est court. pour ceux qui pensent que je n'ai aucune sensibilité pour la musique et bien vous, vous trompez. Mais trop de musique tue la musique. Et dans le film cela fini vite par vous endormir. Quant aux acteurs ils sont médiocres et ne rivalisent pas avec le paysage magnifique. Pour ceux qui pensent que ceux qui ont fais des critiques négatives sont des personnes qui cherchent à nuire ou qui n'ont rien compris à l'oeuvre et bien sachez qu'au niveau de la sensibilité c'est vous qui vous vous fourvoyez. Ils ont autant de sensibilité que vous seulement ils n'ont pas apprécié l'oeuvre.Et c'est leur droit. Certes Pascal Quignard est un auteur celèbre et certes il a une grande renommée mais là il faut avouer qu'il n'a pas été à la hauteur. Vous pensez vraiment que les personnes du 17- 18 eme siècle parlaient de sexe ou de musique de cette façon ? Et bien permettez moi d'en douter. Enfin à la base un livre est fait pour être lu, ce n'est pas parceque nous sommes des littéraires que nous devons constamment rechercher ce qui fais la richesse d'un livre ou se qui en fait une oeuvre littéraire. A la base on lis un livre pour se divertir, pas pour attraper une migraine.
De Affeninsel, posté le 22.04.11 à 19:27

Et ce n'est pas parce qu'on n'a pas aimé qu'on doit dire que c'est pourri et réfuter (ou ne pas lire dans ce cas?) les arguments opposés… On peut aussi avoir des goûts de chiottes.

Je vais peut-être finir par me lasser à répéter que les allusions au sexe et le traitement de la question de la musique ne sont pas des originalités pas très heureuses de Quignard mais les éléments d'un système bien plus littéraire et puissant que vous ne le pensez tous.

Enfin, oui, "à la base" on lit un livre pour se divertir, mais quand on est en cours de littérature en Terminale L, on est aussi censé chercher ce qui fait la qualité d'une oeuvre (ceux qui l'ont choisie sont peut-être même plus intelligents que vous, navré d'avoir à vous l'apprendre), c'est d'ailleurs l'objectif au bac. Si on ne veut pas attraper la migraine, on peut lire Tchoupi.
De eltizziana, posté le 25.04.11 à 21:33

Je suis en terminale L et je vous jure que Quignard c'est l'emblème, le synonyme même de la littérature (!) lorsqu'on on a étudié, en contre pied, ce ramassis de conneries et de prétention que sont les Mémoires de de Gaulle le pantouflard.



Je ne comprends pas ce choix qui a , du coup, éliminer la possibilité d'une autre oeuvre pour le coup littéraire que l'on aurait pu découvrir ou aimé plus encore...
De Ana.elle, posté le 30.04.11 à 18:58

Je suis moi aussi en Terminale L, et personnellement l'oeuvre ne m'a pas déçu.. Certes, elle est plûtot plate dans son ensemble avec son manque de réelle action (mis à part les scènes érotiques. lol ) mais le baroque musical mentionné tout au long du livre fais écho à l'oreille et apporte de la musicalité à notre lecture ( nous n'en pouvons pas dire autant de DeGaulle ). De plus, le film se concorde très bien avec l'écrit.

Je ne peux vraiment pas me plaindre de Quignard, si ce n'est le manque d'inspiration que me procure son oeuvre, qui serait le seul hic que je pourrais relever.

De T°L, posté le 08.06.11 à 02:39

Pour ma part c'est assez correct mais, au fil que nous étudions cette œuvre au fur et à mesure l'ennui s'installe!!! Et pour ce qui est de De Gaulle j'ai tout de suite mal a la tête parce que jusqu'à présent je n'ai pas encore terminer de lire!!!!
De aboubakarkaki, posté le 09.06.11 à 11:40

tous les oeuvres littéraire de progaramme de te L sont tout tres coherent mais néanmoins salu ou memoire de general de gaulle qui m'embeche de lire mais les autres comme fin de partie et tous le matins du monde de pascal.voila kaki aime de lire tous les romans somptieux. OKKKKKKKKK MERCI ce kaki de terminal litteraire de lycée d'Etat de djiboutiOK MERCI.
De Babou, posté le 14.06.11 à 17:20

De prime abord, je trouve très intéressant ce débat qui semble sans fin quant à l'oeuvre de Quignard, il permet à tout à chacun de se faire une opinion sur le livre et mieux encore, de forcer l'argumentation personnelle, chose qui en face de la copie blanche est indispensable.

Ensuite, j'ai l'intime conviction que les opposants à ce bouquin, adulte ou étudiant, n'ont pas saisi la dimension extra-littéraire de l'oeuvre, ce qui est pourtant un des thèmes principaux de la Terminale L, en effet, le lien cinématographique et musical permet d'aborder avec des mots ce qui ne l'est en temps normal.

Pour finir, je crois que lorsqu'on "attaque" des gens, tentant de provoquer leurs "arguments" parcequ'on trouve le roman inintéressant, il vaut mieux présenter autre chose que : "C'est mauvais, c'est pas de l'art, ça sert à rien"



A bon entendeur Salut ! (pensée vers Charles de Lugale ;) )
De Amélie, posté le 14.06.11 à 18:13

Après avoir lu tous ces commentaires , il y a une chose que je ne comprend absolument pas : Oú donc voyez vous qu'il n'y a "que du sexe" dans tous les matins du monde ?

Est-ce un point important à aborder le jour du bac ? J'ai l'impression de ne pas avoir lu le même livre que ceux qui se disent choqués ... Cela me laisse vraiment perplexe . Il me semble même qu'il y en a peu ...
De Affeninsel, posté le 16.06.11 à 18:19

En fait il aurait fallu avoir un cours dessus. On se demande ce que font certains profs de TL…
De klee, posté le 10.07.11 à 19:34

Bonjour,

Je viens juste de terminer tous les matins du monde et en mon humble avis d'étudiante en terminale L, je dois dire que je reste assez interloquée face au choix de ce livre comme oeuvre du baccalauréat (et donc normalement considérée comme "de grande ampleur"). La littérature française (puisque l'éducation nationale s'obstine à promouvoir le label français)regorge de chefs d'oeuvres, qu'ils soient déjà célèbres et célébrés, ou non. Mais que vient faire Quignard ici? Si l'on pense ne serait ce qu'à flaubert, proust, balzac et à ce "style" si cher à Céline, comment peut on supposer ne serait ce qu'une seconde que pascal quignard a sa place dans le programme. Le livre est dépourvu de style (ou peut être ces fameuses phrases "dépouillées" sont-elles le nouveau grand style du XXème siècle ?). L'aspect soit disant politiquo-historique que l'on nous vante n'est en réalité qu'une triste allusion à port royal et à la "dictature" intellectuelle de la cour de louis XIV, pauvre habillage d'une réflexion totalement absente sur le véritable contexte historique et ses enjeux. Quand aux déscriptions complaisantes sur la nature désolée, elles vendent une sorte d'idéal chrétien de l'ascétisme narcissique et lyrique. Mais enfin, quand bien même l'on passerait encore sur la valeur littéraire et tenterait de se persuader que l'interêt est dans le rapport entre les différents supports artistiques, nos espoirs se verraient vite déçus. Comme on est loin de Kafka et de Welles!

Le film est un amoncellement de panoramas "ésthétisants" (et par là j'entend soporifiques) avec en arrière fond la lourdeur de la voix off (comme si les plans ne se suffisaient pas en eux mêmes). De fait, même les scènes d'apparitions, qui auraient pu relever le niveau en prenant des airs de prosper mérimée, sont ridicules.





La seule chose que je sauverais du radeau serait justement peut être la manière de traiter le sexe, mais enfin, entendons nous, à côté d'une Joyce Carol Oates ou d'un Philip Roth, cet unique aspect positif devient aussi petit et gelé que l'est le sexe de ce cher monsieur Marais.







Je suis bien désolé de devoir passer le quart d'une année sur ce texte quand je sais qu'il existe par delà les limites de la petite littérature française du figaro madame, un Dostoïevski, Kafka ou un Shakespeare, et dans le monde contemporain des Alaa al-aswani, des Yoko Ogawa, qui mériteraient sans doute qu'on les lisent et qu'on les valorisent.



Je ne m'exprimerai pas sur les Mémoires de de Gaulle, espérons que tout cela sera bientôt fini, "la présidentielle approche" :)



Vive Rabelais!





De Jean, posté le 26.08.11 à 11:08

Klee,je vous conseille d'attendre le cours de votre professeur sur cette oeuvre et de lire d'autres oeuvres de Quignard,(homme d'une grande culture que très peu de monde a aujourd'hui) avant de nous servir une étude plus qu'approximative du roman. Dites simplement que vous n'aimez pas le livre au lieu d'en réduire les enjeux ! Vous n'aimez pas non plus la musique baroque à ce que je vois. Essayez d'étudier le rapport à la mère, à la musique, ainsi que toutes les allusions mythologiques et symboliques qui fourmillent dans le roman et dans le film et après nous pourrons reparler sérieusement de Quignard. Evitez aussi d'en faire une affaire politique, preuve encore une fois de votre connaissance approximative des oeuvres ! Cordialement
De klee bis, posté le 06.09.11 à 18:02

Jean, je reconnais sans honte n'avoir pas encore étudié l'oeuvre dans ses plus profonds détails et peut être changerai je d'avis, ce ne serait pas un crime.Sans doute aussi me suis je trop emportée et je m'en excuse. Néanmoins je ne crois pas vraiment que la présence d'une culture aussi mythologique que l'olympe et de symboles garantisse un bon roman de quelque manière que ce soit. Le surplus de référence et l'utilisation à la pelle de symboles m'ont paru en effet particulièrement pesants dans ce livre. Quand à l'intelligence de l'auteur, je ne la remets pas du tout en cause, pour autant un homme intelligent et cultivé n'est pas forcément un écrivain admirable. La musique baroque (que je ne vous ai pas dit ne pas aimer, et je peux vous dire que j'aime la musique) n'est peut être pas bonne à "voir" dans ce livre. Il ne faut paas confondre l'amour de la musique et l'intêret que l'on peut porter à la biographie romancée d'un écrivain. Cela reste mon avis, de même que je pense foncièrement que ne pas vouloir parler de politique à propos de littérature est une erreur de votre part. La vie et la littérature sont politiques de part en part (surtout lorsque nous parlons du programme des terminale L). Je respecte votre avis, mais cela ne me semble pas véritablement nécessaire de déprécier l'interlocuteur en considérant que son avis est construit par défaut. Je vous ferai remarquer que vous tenez vous même un discours particulièrement flou et j'eusse aimé que vous me parliez un peu plus en détail de ces "enjeux" majeurs que je n'ai pas saisi. Pour finir, je voudrais vous dire qu'il n'y a absolument aucun interet à dire "je n'aime pas ce livre", puisque cela reste du domaine de l'irationnel et ne peut en aucun cas être considéré comme valable. C'est pouur cela que j'ai préféré critiquer ses enjeux. Car je vous rapelle que parler "sérieusement" de Quignard comme vous le dites si bien, ce n'est pas être d'accord. Très Cordialement!
De claude, posté le 06.09.11 à 19:07

Jean, en réalité, vous vous acharnez sur un livre qui moi, personnellement, m'a surtout laissé ébahi. En dehors du fait que je ne lui trouve pas "d'intérêts" comme Jean, vous avez l'air d'en être persuadé, je ne trouve absolument rien à commenter. Le cadre est stéréotypé, l'amour est traité comme dans un film hollywoodien pour prudes, on y aura cultivé l'image du 17e siècle baroque glacial et en même temps artistique, une forme de pathétique religieux prétentieux. moi, ça m'irrite et ça me fait gerber (mais je m'emporte, véritablement).



Vous ne pouvez, mon cher, quand vous invoquez les cours d'un professeur pour comprendre mieux la teneur de cette oeuvre (encore eut il fallut qu'elle en eût une), vous imaginez les heures d'ennui que provoque ce bouquin lorsqu'il est abordé par un prof, une sorte de taupe débitant à deux à l'heure la vie de ce chez Monsieur Quignard. Excusez alors une majeure partie de ce corps de métier qui ne parviendra vraiment pas à me rallier à votre cause et à la sienne. Tous les matins du monde, c'est la petite goutte d'eau qui ne fallait pas rajouter dans l'année à un programme déjà lourd de pages usées, et qu'on croit appeler littérature. Certes, je vous dirai que ce livre a sans doute réussi à développer un minimum l'esprit critique de tout élève de terminale, abattu par une telle sélection d'oeuvre (hormis gargantua).



Ce commentaire cache, je vous l'assure, un réel désinteret pour le livre et une profonde haine envers une idéologie sacralisante et synchrétique simplement creuse déjà trop longtemps entretenue.



À moins que vous n'eûtes été envoyé par l'éducation nationale, je ne cerne pas au juste les motifs d'une telle violence portée à l'égard de ceux qui ne partagent pas votre avis. S'il sont incultes comme moi et agacé par le livre, peut être faut il le considérer avec plus de recul.



si je vous trouve, jean, trop démagogue, je vous permet de me trouver ignorante.



avec aigreur et cordialité.
De klee, posté le 10.09.11 à 14:46

Heu, il faut se calmer un peu claude, ce n'est pas non plus une affaire d'état. Et puis c'est toi il me semble qui est violent là. Il faut que tu te maitrises au lieu d'insulter les gens. Salut définitivement.
De janine, posté le 18.09.11 à 13:52

moi j'aime bien le livre..c'est pas trop mal..tres court certe..moi ce qui me fait le plus flipper c "Memoires de guerre" meme mon prof a dit que ca aller etre trop lourd!!:S
De Encore un L, posté le 18.09.11 à 21:01

Je suis en TL et j'ai vraiment adoré le livre. Le film aussi (quoique certains puissent dire, Depardieu est un excellent acteur, le nier est de mauvaise foi).

Cette oeuvre est profonde et forte. Si certains ont pu trouver le film plein de longueurs, je l'ai pour ma part vraiment aimé. Il est très beau et plein de poésie.



Donc à mes yeux, non, ce n'est pas la fin de la Littérature (avec un grand L).
De Manon, posté le 22.09.11 à 08:42

Bonjour,



Tous les matins du monde sont sans retour.



Phrase qui m'a boulversée.
De Antoine, posté le 22.09.11 à 08:45

Bonjour Manon,



je suis toutafay daccord avec toi.



Bien a vous, friponne.
De ML, posté le 26.09.11 à 11:42

tous vos commentaires font bien rire !

de toutes manieres ont a pas le choix tout les matins du monde reviens et on doit le lire point barre !
De Lind, posté le 27.09.11 à 08:30

Je suis en TL et j'ai aussi trouvé le film et le livre super bien... Par contre je redoute les Mémoires de guerre :/
De Anna-Lisa, posté le 30.09.11 à 21:24

Terminale Littéraire pour moi également. J'ai moi aussi beaucoup aimé Tous les matins du monde malgrè les divergences d'avis, d'après ce que je peux lire.

J'ai un devoir à faire dessus justement.

Est-ce que quelqu'un pourrait m'aider ?

Ma question est "Quels sont les liens entre l'amour et la musique dans tous les matins du monde?"

Ce serait gentil, car je n'ai aucune idée de plan.
De Anna-Lisa, posté le 30.09.11 à 21:24

Terminale Littéraire pour moi également. J'ai moi aussi beaucoup aimé Tous les matins du monde malgrè les divergences d'avis, d'après ce que je peux lire.

J'ai un devoir à faire dessus justement.

Est-ce que quelqu'un pourrait m'aider ?

Ma question est "Quels sont les liens entre l'amour et la musique dans tous les matins du monde?"

Ce serait gentil, car je n'ai aucune idée de plan.
De AidezMoiii, posté le 01.10.11 à 14:30

je suis egalement en terminal L et j'ai un commentaire à faire sur le personnage de Madamme de Sainte Colombe. Je ne sais vraiment pas comment m'y prendre, quoi dire, comment faire mon plan, l'unique chose que j'ai televé c'est les quelque apparition .. j'ai essayé d'analyser ensuite ces apparations et le role qu'elle a mais sans trop de resultat.. si quelqu'un pourrait m'aider S'IL VOUS PLAIT!!!!!! je dois rendte ce devoir lundi matin :/
De pigs, posté le 01.10.11 à 16:42

je suis en terminal L et on a vu en classe le film et lu le livre et j'ai bien aimé...^^

a mon avis si tu dois parler sur le personnage de mme de sainte Colombe tu devrais faire allusion quand elle apparait ds la vorde de Mr de ste C. dans le film qu'elle apparait comme si elle était encore vivante sa couleur de peau n'est pas grisâtre etc... als que ds le livre a un moment il se lève d'un coups pour l'étreindre et elle lui dit de suite nn car ses membres sont froids a cause de la mort ... puis tu peux faire référence à ses couleurs ce qu'elles représentent ...=p (orange = harmonie, cheveux blonds= la lumiere clarté...)
De wouap, posté le 01.10.11 à 16:46

salut j'ai un sujet et je n'ai pas d'idee pour plan svppp... mercii

"justifier le titre dans le roman et le film "

svpp

Merci d'avance .
De anna-lisa, posté le 02.10.11 à 10:10

wouap à mon avis tu devrais parler de la citation qui est d'ailleurs dans le livre et film "tous les matins du. Monde sont sans retour" ste colombe essaie grâce à la musique de faire revivre sa femme parce qu'il a tellement mal de l'avoir perdu qu'il aimerait retourner en arrière, mais comme le dit cette citation cela est impossible.

Si tu as une idee pour moi de "quels sont les liens entre la musique et l'amour" je suis preneuse je galère trop...
De anna-lisa, posté le 02.10.11 à 10:13

Donc wouap tu fais

1- le souvenir de sa femme

2- ce souvenir q'il aimerait faire revivre

En faisant ça, j'ai eu le même sujet que toi, j'ai eu 14. Après à t oi d'ameliorer un peu. :)
De AidezMoiii, posté le 02.10.11 à 15:33

merci pigs :)



j'ai enfin trouvé une problématique qui est: Quel rôle le personnage de Madame de Sainte Colombe joue-t-il dans les 2 œuvres (film/livre)

auriez-vous une idée de plan s'il vous plait?
De une autre L, posté le 02.10.11 à 15:35

Je suis moi aussi en terminale L et j'ai plutôt aimé le livre, mais j'ai trouvé le film soporifique. Il est très lent, et j'ai trouvé cela ennuyeux. Mais peut-être est ce une volonté du réalisateur, afin de rendre compte du temps qui passe (49 ans).

Claude, je trouve que vous allez loin dans votre commentaire, en réduisant les profs de littérature a des, je cite, "taupes débitant à deux à l'heure la vie de ce cher Monsieur Quignard". De plus, je trouve plus aberrant de trouver les mémoires de guerre de de Gaulle au programme que tous les matins du monde.

Ce livre est, je trouve, un bon livre, plein de simplicité, ce dont manquent beaucoup d'œuvres dans la littérature française, qui usent et abusent de figures de style en tout genre, que les gens se font une joie d'analyser en extrapolant les intentions initiales de l'auteur.

C'est, encore une fois, le film qui est trop long, car il adapte en deux heures une histoire de 120 pages qui ne comporte presque pas d'action.



De Mathilde, posté le 04.10.11 à 23:32

Beaucoup de critique sur ce livre.

Je relève notamment "certaine daube du XXe siècle".

J'avoue que cela me choque. Premièrement, si ce livre était réellement une daube, je ne pense pas qu'il serait au programme.

De plus, Quignard et Alain Corneau n'aurait pas remporté un tel succès si le public n'avait pas reconnu leur talent.

Et oui, je comprends qu'on puisse ne pas aimer. Mais sérieusement, donner des arguments avant de descendre les deux œuvres comme ça !

Le film est merveilleusement bien tourné, regarder les couleurs, les cadrages, la lumière, la mise en scène! Tout est travaillé et réfléchis!

Et je répond à ceux qui souligne la masturbation, le sexe, les relations physique. Bienvenu dans le monde réel. Toutes ces choses font effectivement bien partie de la vie. Je trouve dans ce genre de réflexion un manque de maturité assez choquant. Ces deux œuvres n'ont strictement rien de pornographique, ou alors nous n'avons pas lu et vu les mêmes œuvres !

De Lind, posté le 10.10.11 à 00:27

Moi j'ai beaucoup aimé Tous les matins du monde, autant le livre que le film...

J'ai un exposé à faire sur la relation père/filles... Des propositions d'aide? xD
De coco, posté le 12.10.11 à 00:44

j'ai aimée le film et le livre moi aussi mais je trouve que le scénariste n'a pas fait ressortir suffisament le coté orgueilleux de marin marais
De Affeninsel, posté le 15.10.11 à 12:40

Peut-être parce que Marin Marais ne doit pas être vu à la lorgnette de son orgueil. S'il y a bien un orgueilleux, c'est Sainte Colombe.

Quant au titre, il faut tenter de comprendre la phrase d'où il est issu en analysant le thème du matin dans l'oeuvre, et l'explication coule de soucrce
De 'Thia, posté le 27.10.11 à 15:22

Mouais...

Je suis aussi élève en TL et franchement, les cours de littérature (si on peut encore appeler ça des cours...) sont une vraie torture alors que le livre et si petit et tellement simple à lire et à comprendre... personnellement, ma prof part vraiment loin dans ses interprétations et perd plus des 3/4 de la classe alors j'imagine pas ce que ça va donner avec les mémoires de De Gaulle...

C'est dommage, parce que j'avais bien aimé le bouquin mais vraiment, l'étude qu'on en fait est totalement absurde et gâche même l’œuvre de base...

Dire que je pensais adorer cette matière -__-'
De Joulia, posté le 01.11.11 à 16:15

Bonjour à tous, je cherche un peu d'aide pour un DM à rendre en littérature et je vois qu'ici je ne suis pas la seule à être un peu perdu... Voici la question " Comment interprétez vous le titre du roman de Pascal QUIGNARD et celui du film d’Alain CORNEAU, Tous les matins du monde?

Personnellement j'ai pensé parlé du titre du film ("Tous les matins du monde... sont sans retours" qui est mis en évidence dès le début par Depardieu (Marin Marais) avec le plan fixe de Corneau) puis parlé du titre du roman ("Tous les matins du monde" qui nous laisse en suspens jusqu'à la fin, pour enfin savoir qu'ils sont "sans retours" avec la mort de Sainte Colombe) et enfin je suis perdu, pas très sur d'être dans la bonne direction... Merci d'avance pour vos réponses
De Affeninsel, posté le 13.11.11 à 22:57

Euh j'ai dû m'y reprendre à deux fois pour comprendre ce message.

Pour le titre, il faut effectivement partir de cette phrase qui figure à l'avant-dernier chapitre. Et essayer de voir quels sont les évènements importants qui ont lieu le matin, et leurs caractéristiques. Mme de Sainte Colombe meurt un soir, elle reviendra. Madeleine un matin, elle ne reviendra pas. Ce genre de choses.
De Ritta, posté le 19.11.11 à 10:41

Vraiment fantastique, je l'adorais :D
De Gérard, posté le 02.12.11 à 23:03

Je vais sans doute aller à l'encontre de biens des opinions émises ici. Ce film, vu après la lecture du livre, m'a littéralement ensorcellé. Je m'y suis senti "chez moi" comme après une longue errance. La musique? Je la connaissais déjà depuis des années et je l'écoute de plus en plus, tant d'autres oeuvres me semblant vides, superficielles! Par ailleurs je me repasse le film une fois par an, j'en connais plans et dialogues par coeur et ne me lasse pas de la prestation hallucinée de ce très grand acteur JP Marielle.
De laetitia, posté le 14.01.12 à 03:04

Mais quelle bande d'ignorants.... Faites autre chose! le roman de Quignard est un pur chef d'oeuvre. Allez lire du Marc Lévy si vous voulez consommer quelque chose de facile!
De popeye, posté le 27.02.12 à 15:23

Laetitia on peut se passer de tes commentaires qui ne sont d'aucune utilité. Tes insultes tu peux te les garder. Ici c'est surement toi la plus ignorante...
De collutoire, posté le 09.07.12 à 23:40

Quelle misère que cette époque faite de petits esprits formatés, de bons petits élèves et de bons petits profs sages qui n'ont aucune personnalité, aucun relief, aucune utopie, aucune révolte! Qui ne lisent vraiment que ce qui est au programme ! Un eépoque où il faudra bientôt un diplome aussi pour avoir le droit d'être un écrivain ou un lecteur ! Ah quel monde orwellien, kafkaïen, huxleylien vous nous préparez, les gars ! Bientôt de bons petits moutons fonctionnaires, cadres d'entreprise, DRH, qui ramperont devant les supérieurs, ou essaieront de piétiner les concurrents pour garder leur petit poste minable, leur petite vie minable... La littérature, cela doit donner envie de haïr, de faire la révolution! 3 générations d'affilée déjà qui ne bougent pas, dont la grande aventure est de décrocher son petit Bac (à 86%) et de prendre des notes dans les amphis bondés avant d'aller ramper pour 45 ans de "vie active"..., de "mort-vivante active", devrais-je dire. Et oui! Dans les époques antérieures, quand on ne disait pas à tout bout de champ qu'il faut carresser les "jeunes" dans le sens du poil, les valoriser à l'école, tout le monde peut réussir à l'école, leur dire quoi penser, quoi dire, quoi faire, quoi lire, les ""cocooner" jusqu'à leur entrée de plus en plus tardive dans l'âge d'Homme et de Femme pour qu'ils s'y fassent mieux entuber... Dans les âges antérieurs où les jeunes s'engageaient, avec des couilles, du courage, hommes comme femmes, pour autre chose que simplement noter leurs profs et , suprême exploit, en faire craquer un maximum, à 30 contre un, dans les salles de classe, car c'est tout ce que ces générations laisseront, avec les chansons de Chantal Goya en agitant les mains derrière la tête (vide), dans ces générations qui en chiaient devant des maîtres à qui on ne contestait pas l'autorité, eh bien comme par hasard on avait des jeunes avec des personnalités extraordinaires, des goûts personnels, des révoltes incroyables, des oeuvres provocantes et d'immense qualité: comment, dans une époque aussi veule, les petits lycéens bien sages (sauf pour bordéliser une classe) pourraient-il engendrer l'équivalent de ce que fut la révolte romantique, le dadaïsme, le surréalisme, les beatniks, et dynamiter l'art et la société avec des oeuvres comme , par exemple, Voyage au bout de la nuit, Marelle, Le bruit et la fureur, 1984, Le procès, La Comédie Humaine,Candide, Le gai savoir, Le coeur absolu, Terra Nostra, Sur la route, L'idiot, Des anges mineurs, Lauve le pur, Tropique du Capricorne, Le festin nu, Merle, Le sang noir ... j'en passe et des meilleurs... Allez, les gars, retournez à vos petits cours , à vos petites listes de lectures autorisées par le ministre, à vos foutages de gueule des profs "gentils" et à vos soumissions de vant les profs "méchants". Allez constituer la 4ème ou 5ème génération d'affilée qui ne laissera RIEN.