blog :::

Ce n'est qu'un d?but : ?tre (ou ne pas ?tre) et avoir

Ce n’est qu’un d?but

? Les enfants sont tous philosophes, seuls certains le demeurent.? ? (Michel Onfray)

L’exp?rience que relate le documentaire Ce n’est qu’un d?but, la mise en place d’un atelier philosophique dans une maternelle de la banlieue parisienne, s’inscrit dans un vaste mouvement amorc? dans les ann?es 1960 par l’am?ricain Matthew Lippman, celui de la philosophie pour les enfants. Introduite en France vers la fin des ann?s 90, sa m?thode de philosophie pour les plus jeunes a ?t? r?interpr?t?e et reformul?e par plusieurs chercheurs en p?dagogie (J. L?vine, M. Tozzi…), et mise en œuvre par certains enseignants pionniers sur le terrain ; au moment m?me o? montait, dans le grand-public, un fort engouement pour la philosophie et sa d?mocratisation : cr?ation de l'Universit? populaire de Michel Onfray (qui a lanc? son s?minaire de philo pour enfants), succ?s du mensuel Philosophie Magazine, lancement par les ?diteurs jeunesse de collections de philosophie pour les petits (Philozenfants, Les go?ters Philo, etc.).

Ce n’est qu’un d?but se place ? la crois?e de ces chemins : si le marketing du film essaye de surfer sur cet engouement du grand public pour la vulgarisation philosophique (le film est partenaire de la collection Les Petits Philosophes de Pom'd'Api), le documentaire de Pierre Barrougier et Jean-Pierre Pozzi n’en relate pas moins une d?marche totalement pionni?re (car appliqu?e ici ? de tr?s jeunes enfants), et qui pose de nombreuses questions. Peut-on r?ellement faire "philosopher" ? des ?tres au vocabulaire, ? la capacit? d’abstraction si limit?es ? Comment attendre l'expression d'une pens?e autonome d'?tres qui sont encore tellement tributaires des conceptions, des valeurs, des repr?sentations de leurs parents.
Le documentaire ?vacue ces questions ardues au profit d'un enthousiasme sans doute plus vendeur (le slogan publicitaire, point d'exclamation ? l'appui : "Classe de maternelle. Ce matin, atelier de philosophie !"), tout en r?clamant par avance l'indulgence (le titre du film). En proc?dant ainsi, Ce n’est qu’un d?but prend le risque de d?cevoir ? la fois sur le plan cin?matographique et sur le plan p?dagogique. Sur le plan cin?matographique d’abord : le film court apr?s la po?sie d’?tre et avoir de Nicolas Philibert sans jamais la saisir, si bien que le spectacle de ces balbutiements r?flexifs devient tr?s vite fastidieux. Sur le plan p?dagogique ensuite : on finit par douter de la pertinence de l’exercice, ou du moins de sa pr?tention "philosophique" (un fois enlev? le d?corum).
Faute de mieux sans doute, le film capitalise sur les "perles d'enfants", tel qu'on en trouve dans tous les journaux de pu?riculture : "L’?me c’est un truc invisible qui est bleu.", "L’intelligence c’est de ne jamais mettre le Nutella dans le frigo.", "M?tisse, c’est du noir m?lang? avec du blanc et ?a fait du caf? !".? La salle rit de ces saillies, forc?ment, les enfants sont tellement mignons. Mais comme le fait remarquer Jeanne-Claire Fumet dans un article du Caf? p?dagogique, on peut s’interroger sur le sens de ce rire : ne rit-on pas "parce que l'on s'?prouve en possession d'un rep?re ad?quat pour dissocier l'incongru du pertinent" ? Ne regarde-t-on pas avec un peu de condescendance ces enfants tr?buchant sur les concepts comme dans des habits trop grands pour eux ?

En les confrontant ? un mode de questionnement qui n’est peut-?tre tout simplement pas de leur ?ge, Ce n’est qu’un d?but risque de montrer les enfants moins tels qu’ils sont que tels qu’on les fantasme : petits philosophes, petits citoyens, petits amoureux (il est beaucoup question d'amour), en un mot des adultes en puissance. Aux antipodes de la d?marche d'une Claire Simon qui dans R?cr?ations montrait une image de l'enfance autrement plus cruelle et d?rangeante ; R?cr?ations qui s'ouvrait d'ailleurs sur une phrase de Spinoza : "L'impuissance de l'homme ? gouverner et ? contenir ses sentiments, je l'appelle Servitude. En effet, l'homme soumis aux sentiments ne d?pend pas de lui-m?me, mais de la fortune, dont le pouvoir sur lui est tel qu'il est souvent contraint de faire le pire, m?me s'il voit le meilleur."

[Ce n’est qu’un d?but de Jean-Pierre Pozzi et Pierre Barougier. 2010. Dur?e : 1 h 35. Distribution : Le Pacte. Sortie le 17 novembre 2010]

Pour aller plus loin :
Ce n'est qu'un d?but, le site officiel
L'espace enseignant propose des ressources pour les professeurs des ?coles.
— Un dossier sur la "philosophie pour les jeunes" ?dit? par l'association Philolab

Posté dans Dans les salles par zama le 17.11.10 à 21:42

Commentaires

De Cyril, posté le 22.11.10 à 15:27

Je m'?tonne de ne point voir beaucoup de r?actions du c?t? des philosophes (de m?tier et de formation). Va-t-on laisser faire encore durant longtemps la perte de sens qui oriente les politiques scolaires fran?aises actuelles ?

Votre texte est l'un des rares (parmi ceux que j'ai lus ? propos de "Ce n'est qu'un d?but") qui montrent clairement l'?garement dans lequel nous maintient une "entreprise" telle que celle de ce film.
De carmi, posté le 23.11.10 à 00:52

critique aussi partiale qu'injuste. N'est pas Philibert qui veut, bien s?r, le d?cor para?t bien tristoune et la ma?trese n'a pas le charisme du ma?tre de Etre et avoir. Mais le film a l'honn?tet? de nous montrer les tatonnements et questionnements de l'instit, et de nous faire mesurer les progr?s des enfants. la diff?rence est saisissante entre les premi?res s?ances o? ils sont muets et la fin o? une habitude de parole s'est isntall?e, o? ils ont pris l'habitude de questionner, d'?couter, de respecter. Pas un grand film donc, mais un t?moignage qui pourra int?resser un certain nombre de coll?gues.
De Cyril, posté le 23.11.10 à 10:28

carmi,



O? est la philosophie dans tout ?a ? Si vous avez vu le film, vous avez probablement observ? que Pascaline Dogliani incite aussi les enfants ? "questionner", "?couter" et "respecter" dans les autres activit?s qu'elle m?ne avec eux. Alors, ici, je crois que "philosophie" n'est qu'un mot mais que ?a n'ajoute rien ? la pratique scolaire habituelle. (Or ce n'est pas, si j'ai compris, l'intention d'une telle entreprise.) Si Pascaline Dogliani avait ?t? philosophe de formation alors on se serait peut-?tre un peu approch? d'une exp?rience r?ellement "philosophique", mais l?... Par ailleurs, n'avez-vous pas compris quelle avait ?t? la raison principale de ce film ? C'est donn? vers le milieu de "Ce n'est qu'un d?but", durant une trentaine de secondes : l'?cole en question risquait de perdre son statut de ZEP ! ? ce propos, la directrice a m?me parl? lors d'un entretien pr?c?dent d'"aubaine".
De bea, posté le 08.12.10 à 16:48

ASD
De ysa, posté le 09.12.10 à 13:27

je me permet d'internenir sur les propos de cyril le quartier et le secteur et classer zep a aucun moment il n'est question de reclasser cette ecole et je suis tres bien placer pour en parler c'etais l'ecole de ma fille de plus la maitresse de ma fille et ma fille est dans le film elle ne parle quasiment pas dans le film mais a ador? les ateliers philo

de plus le film n'a pas ete tourner dans ce but car dans un premier temps le film devait etre diffuser dans les academies
De Cyril, posté le 12.12.10 à 04:38

Bonjour ysa ! Merci pour avoir corrig? mes propos ! (En effet, c'est plut?t la question du statut d'"?cole d'application" qui ?tait en jeu, Madame Isabelle Duflocq ayant expliqu? qu'"il y avait [...] une forte demande institutionnelle, pour [eux], ?cole d?application, vou?e ? l'innovation et ? la d?couverte, qui [?taient] confront?s ? l'exigence d'innover pour ne pas dispara?tre".)



Par ailleurs, vous dites que votre fille a ador? les ateliers... Qu'a-t-elle acquis en philosophie ? Dans un peu moins de cinq ann?es, je serai curieux de voir quel sera son rapport au monde, si elle aura une meilleure compr?hension du monde que la plupart des enfants de son ?ge, que ses fr?res et s?ur ? son ?ge, etc.

La philosophie est avant tout "prudence", ce qui suppose que la personne qui a l'intention de faire de la philosophie doit commencer par reconna?tre ses limites. Quel travail a r?alis? Madame Dogliani en ce sens ? Et comment permettre cela ? des enfants de 4 ans ? (Le fait de parler de libert? (ou n'importe quelle autre notion ch?re aux philosophes) ne signifie pas n?cessairement qu'on est en train de "philosopher", celui de discuter non plus et les jugements philosophiques ne sont pas des jugements moraux (je fais r?f?rence ? la question, qui revient souvent dans le film, de savoir si c'est bien (si l'on aime, etc.) et qui est pos?e, sans jamais, par exemple, interroger la notion de "bien"). De m?me, "penser" ne veut pas forc?ment dire "r?fl?chir" ; comme dirait Descartes, les fous, aussi, pensent. De l? ? ce qu'ils d?couvrent qu'ils sont "une chose qui pense" il y a, ? mon avis, tout un monde.)



Faire de la philosophie ne s'improvise pas, contrairement ? ce qu'on a tendance ? croire. Et, afin qu'une telle exp?rience que celle de ces ateliers s'approche r?ellement d'une quelconque pratique de la philosophie, il aurait au moins fallu que Madame Dogliani apprenne les "fondamentaux" de cette discipline. Demandez-vous aux bouchers qu'ils vous vendent du pain ? Si vous souhaitiez apprendre le judo, iriez-vous voir un professeur de football ? Etc. Tout comme n'importe quel domaine d'activit?s, la philosophie est une discipline ? part enti?re, ayant aussi ses propres savoir et savoir-faire.
De Claire, posté le 13.12.10 à 12:19

je ne dirai rien sur le film que je n'ai pas vu mais par contre , je deviens agressive quand j'entends ce jargon pr?tentieux qui se veut p?dagogique " parce que l'on s'?prouve en possession d'un rep?re ad?quat pour dissocierl'incongru du pertinent " , cette dame a t elle conscience du ridicule de ce qu'elle ?crit ? cela doit bien faire rire nos philosophes actuels
De guillaume, posté le 23.12.10 à 19:28

Pour cyril:

A mon avis il s'agit juste de montrer qu'une pratique de questionnement et de discussion autour des mots-concepts de la langue fran?aise est possible et souhaitable d?s le d?but de la scolarit?...

Un ?l?ve qui aurait la chance de participer ? de telles s?ances tout au long de son cursus risque peut-?tre de d?velopper davantage ses capacit?s d'?coute, d'argumentation et de r?flexion....

On peut ainsi esp?rer favoriser son investissement dans les cours r?ellement philosophiques qu'il rencontrera au lyc?e.



Je suis n?anmoins d'accord sur un point, on ne peut pas parler de philosophie dans ce film.

Plus modestement, je pense que l'?cole primaire doit laisser une -petite-place ? l'apprentissage du "savoir d?battre" (autour de mots-clefs, de situations, de questions), les activit?s offertes ici ? des "pitchous" peuvent constituer un d?but.

Cordialement.

Guillaume.

De ysa, posté le 29.12.10 à 17:24

desol? de ne pas etre venue plus tot pour repondre



alors le terme "philo" a ete imposer par le magazine pomme d'api qui avais deja fait un reportage avec pascaline l'ann?e avant le debut du tournage, oui je pense comme vous c'est un bien grand mot pour de si petit enfant mais justement c'est bel et bien de la philosophie quand vous regarder le terme philosophie dans le dico ca vous dit ca

"Le mot philosophie (du grec ancien φιλοσοφία, compos? de φιλεῖν, ? aimer ? et σοφία, ? la sagesse, le savoir ?, c'est-?-dire litt?ralement : ? l'amour de la sagesse ?) d?signe une activit? et une discipline existant depuis l'Antiquit? et se pr?sentant comme un questionnement, une interpr?tation et une r?flexion sur le monde et l'existence humaine, ou encore comme un savoir syst?matique. Diff?rents buts peuvent lui ?tre attribu?s, de la recherche de la v?rit?, et de la m?ditation sur le bien et le beau, ? celle du sens de la vie, et du bonheur, mais elle consiste plus largement dans l'exercice syst?matique de la pens?e et de la r?flexion. Ancr?e d?s ses origines dans le dialogue et le d?bat d'id?es, la philosophie peut ?galement se concevoir comme une activit? d'analyse, de d?finition, de cr?ation ou de m?ditation sur des concepts."



donc pour moi il s'agis bien de philo maintenant libre a chacun de l'interpreter comme bon lui semble



personnellement ma fille n'en a tire que du positif,



sur ce bonne fete a tous
De Cyril, posté le 31.12.10 à 12:55

Guillaume,



"A mon avis il s'agit juste de montrer qu'une pratique de questionnement et de discussion autour des mots-concepts de la langue fran?aise est possible et souhaitable d?s le d?but de la scolarit?..."

Je n'ai pas ?t? convaincu ; par ailleurs, si vous voulez dire qu'il s'agissait aussi de montrer que les enfants sont plus intelligents que ce qu'on croit (b?tement) ordinairement, il suffisait de les observer pour s'en rendre compte. (On a dit "qui ne parle pas" ; on n'a pas dit "d?bile" !)



"Un ?l?ve qui aurait la chance de participer ? de telles s?ances tout au long de son cursus risque peut-?tre de d?velopper davantage ses capacit?s d'?coute, d'argumentation et de r?flexion..."

Les disciplines fondamentales sont aujourd'hui tr?s mal en point (Mais oui !) : commen?ons par nous occuper d'am?liorer les enseignements du fran?ais et des math?matiques (de l'histoire et des sciences). Par ailleurs, je crois que l'apprentissage de la philosophie exige entre autres une certaine maturit?, qui ne s'acqui?re qu'au moment de l'adolescence.



"On peut ainsi esp?rer favoriser son investissement dans les cours r?ellement philosophiques qu'il rencontrera au lyc?e."

Mais la philosophie n'est toutefois pas un pur jeu conceptuel... (Autrement dit, on ne "philosophe" jamais sur rien : par exemple, pour ?tre un bon ?pist?mologue il est essentiel d'avoir une ma?trise satisfaisante des domaines scientifiques dont on est cens? faire la philosophie. Sinon, je vous laisse aller ? vos risques et p?rils... et aux risques et p?rils de l'humanit?.)



"Je suis n?anmoins d'accord sur un point, on ne peut pas parler de philosophie dans ce film."

Oui... Alors pourquoi pas de v?ritables moyens d'?lever les esprits, plut?t que ces b?tises qui ne sont en r?alit? que de la poudre aux yeux ?



"Plus modestement, je pense que l'?cole primaire doit laisser une -petite-place ? l'apprentissage du "savoir d?battre" (autour de mots-clefs, de situations, de questions), les activit?s offertes ici ? des "pitchous" peuvent constituer un d?but."

N'est-ce pas ce que beaucoup ont d?j? tent? de mettre en place depuis 30 ou 40 ans ? Moi, pour devenir un "bon" citoyen, j'avais eu droit ? l'?ducation civique d?s la Primaire ?l?mentaire... Non, sinc?rement, je pense qu'il faut prendre exemple sur un pass? plus lointain (sans ?tre pass?iste, je dirai que l'on ne "cr?e" jamais ? partir de rien), arr?ter le saupoudrage de bonnes intentions qui font plus de mal que de bien et insister sur un enseignement de qualit? des disciplines fondamentales en les faisant aborder selon un ordre coh?rent. (On n'est absolument pas oblig? de remonter ? Descartes, mais ce qu'il rel?ve et propose dans le "Discours de la M?thode" est tr?s instructif et peut, aussi, donner quelque id?e int?ressante.)





ysa,



"alors le terme "philo" a ete imposer par le magazine pomme d'api qui avais deja fait un reportage avec pascaline l'ann?e avant le debut du tournage, oui je pense comme vous c'est un bien grand mot pour de si petit enfant mais justement c'est bel et bien de la philosophie quand vous regarder le terme philosophie dans le dico ca vous dit ca"

Merci pour cette pr?cision !



En revanche, je fais surtout r?f?rence ? ma pratique de la philosophie. (La philosophie est ma formation universitaire.) Alors faites-moi confiance lorsque je vous dis qu'il n'est pas question de philosophie dans le film intitul? "Ce n'est qu'un d?but" !

Par ailleurs, je pourrais m'amuser ? vous opposer une autre d?finition (vous savez que les dictionnaires n'ont pas toujours raison ;-) ) :

"PHILOSOPHIE [...] n. f. - 1160 ; lat. philosophia, mot gr.

"1. ANCIENNT Toute connaissance par la raison (oppos? ? histoire et ? po?sie). [...] 3. MOD. Ensemble des ?tudes, des recherches visant ? saisir les causes premi?res*, la r?alit? absolue ainsi que les fondements des valeurs humaines, et envisageant les probl?mes ? leur plus haut degr? de g?n?ralit?." (Le nouveau petit Robert, 1996, p. 1660.*) ... Alors je m'?nerve (mais ce n'est pas votre faute : il faut vous instruire sur ce point, car m?me certains professeurs de Terminale font l'erreur) lorsqu'on commence en traduisant le terme "philosophie" par "amour de la sagesse" ; cette traduction litt?rale est stupide s'il n'y a pas, derri?re, un brin d'explication des termes : Que comprenez-vous par "amour de la sagesse" ? ... Lorsqu'on lit Platon, on se rend vite compte qu'il serait peut-?tre plus significatif de parler de "passion (ou "amour", si vous pr?f?rez) de la connaissance", le savoir ?tant n?cessaire ? la "bonne" action (car, je simplifie ici, le savoir (scientifique, politique, etc.) permet la connaissance du Bien ; th?se assez bien h?rit?e par Aristote - qui, soit dit en passant, a attendu l'?ge de 17 ans pour entrer ? l'Acad?mie, tandis qu'on sait qu'il fut rapidement surnomm? "νοῦς" ("esprit", parce que rapidement reconnu comme ?tant d'une intelligence sup?rieure) par ailleurs), etc. Voyez finalement un philosophe comme ?tant une ?me scientifique en un corps litt?raire et vous serez d?j? plus proche de ce qu'est la philosophie !



"donc pour moi il s'agis bien de philo maintenant libre a chacun de l'interpreter comme bon lui semble"

Non, certainement pas ; sinon, autorisez-moi ? dire n'importe quoi sur votre m?tier par exemple ! (Et si vous saviez le nombre de philosophes au ch?mage...)



"personnellement ma fille n'en a tire que du positif,"

Oui, comme ? la sortie d'un McDonald ! (Attendez que quelques ann?es passent et vous vous rendrez peut-?tre compte de ce qu'elle a perdu !)





Cordialement !



Cyril





_______

* Par exemple, la m?taphysique est notamment la science des "causes premi?res".

** ysa, si vous donnez vos sources, c'est bien. (Merci !)
De Leglaude, posté le 09.01.11 à 09:03

Pourquoi Cyril est-il si ?pre ? d?nigrer un peu de bon au nom de beaucoup de bien ? Peut-?tre devrait-il lire ou relire "vie et destin" de Vassili Grossman puis b?nir toutes les petites initiatives qui apportent un peu de lumi?re au pr?sent.



Claude



"je ne crois plus au bien, je crois ? la bont?"

(vie et destin)

De Cyril, posté le 11.01.11 à 17:20

Bonjour Claude !



Et ne dit-on pas que l'enfer est pav? de bonnes intentions ? Ici, je ne vois, au mieux, de bon que des intentions. Or il faut ?valuer les actions sur le long terme et cela fait une quarantaine d'ann?es qu'on observe des actions de cette "tendance" et ce que je constate, depuis d?j? quelques ann?es, est que ces actions ont tr?s souvent eu de "mauvaises" cons?quences (voire, assez souvent, des cons?quences "dramatiques"*)... Qu'est-ce qui fait d'une action qu'elle est bonne ? (Ce fut mon premier sujet de fac.)



Cyril





P.-S. : En revanche, je suis d'accord qu'il faut encourager chaque petite initiative qui apporte un peu de lumi?re au pr?sent ; mais encore faut-il qu'elle en apporte ! Ne voyant pas le mal ? temps, des organismes tels que la Croix-Rouge se sont "laiss?s" abuser par certaines "initiatives" men?es par les nazis. Alors je ne remets pas en cause la valeur "morale" des intentions de Madame Dogliani mais son action, vous le verrez peut-?tre (notamment si vous ?tes suffisamment proche des enfants qui ont v?cu l'exp?rience en question), n'est pas "bonne" (pour diverses raisons dont je me suis efforc? de montrer quelques-unes ici et ailleurs) ! Enfin, apr?s tout, c'est aussi l'avenir de l'humanit? qui est en jeu... mais bon, en France, continuons de penser ? l'envers ; apr?s tout, c'est "bien" pour un assez grand nombre d'individus.





_______

* Demandez-vous par exemple pourquoi on permet en Maternelle une soi-disant initiation ? la philosophie, tandis qu'on d?value ? l'arriv?e (en lyc?e notamment) la discipline (non seulement les nombres de postes aux concours sont chaque ann?e tr?s bas (32 au CAPES et 43 ? l'Agr?gation, actuellement) mais aussi il n'y a aucune perspective de cr?ation de postes en vue (c'est plut?t l'inverse qui se passe, puisqu'on pr?voit, je crois, la suppression (ou le non-renouvellement) de 13 000 postes ? la rentr?e prochaine) !)
De Guillaume, posté le 17.01.11 à 04:00

Cyril:

Je pense que nous attendons tous maintenant vos propositions concr?tes et ?clair?es pour la r?novation de l'ensemble du syst?me ?ducatif fran?ais. (autres que "la philosophie aux philosophes" ou "c'?tait mieux avant" qui semblent vous r?sumer...).

Votre formation philosophique semble vous conf?rer la comp?tence d'?valuer l'enseignement des "disciplines fondamentales"...

(en opposition aux disciplines "non-fondamentales", comme la philosophie? Et vous vous demandez pourquoi on supprime des postes de prof de philo dans l'indiff?rence g?n?rale... peut-?tre parce qu'ils n'ont jamais su sortir de leur posture de donneur de le?on pour s'ouvrir ? un soup?on de p?dagogie... ils sont donc rempla?ables par un bon livre).



Et donc de donner des le?ons d'enseignement aux instituteurs... tout en refusant aux autres le droit de vous donner des le?ons de philo:

"Non, certainement pas ; sinon, autorisez-moi ? dire n'importe quoi sur votre m?tier par exemple ! (Et si vous saviez le nombre de philosophes au ch?mage...)"



Il me semble percevoir une tendance:

"Demandez-vous aux bouchers qu'ils vous vendent du pain ? Si vous souhaitiez apprendre le judo, iriez-vous voir un professeur de football ? Etc. Tout comme n'importe quel domaine d'activit?s, la philosophie est une discipline ? part enti?re, ayant aussi ses propres savoir et savoir-faire."



Par extension au coll?ge: un prof de sport par activit? sportive, ? l'?cole primaire: un enseignant par discipline, ? l'usine: un travailleur par t?che...



Je vous en prie, aidez-nous ? "tayloriser" un enseignement coh?rent et ordonn?, sauvez-nous des "risques et p?rils de l'humanit?".



PROPOSEZ!

(moins facile mais plus constructif que la critique...)

guillaume

(cin?phile, non-enseignant, non-philosophe, fan de Cyril et de sa modestie)



De Cyril, posté le 17.01.11 à 15:15

Guillaume,



Des propositions ? Mais j'en ai d?j? donn?es ; par exemple : "Les disciplines fondamentales sont aujourd'hui tr?s mal en point (Mais oui !) : commen?ons par nous occuper d'am?liorer les enseignements du fran?ais et des math?matiques (de l'histoire et des sciences)." Cependant, je puis d?velopper un peu ici : Cessons de nous ?parpiller ? travers des choses telles que les T.I.C., qui ont en v?rit? une importance modique, ou les deux heures d'"accompagnement personnalis?", qui feront plus de mal que de bien. Par ailleurs, je suis d'accord pour introduire la philosophie en Premi?re, voire Seconde, mais, d'une part, non au d?triment de disciplines telles que l'histoire (qu'on propose de rendre optionnelle en Premi?re) et, d'autre part, en y mettant les moyens pour qu'on ait un enseignement de "qualit?" (? ce propos, il faut bien avoir ? l'esprit que la quantit? doit ?tre essentiellement au service de la qualit?, ce qui signifie que la "qualit?" est bien la fin vis?e...) : cr?ation de postes de professeurs, meilleure formation des professeurs (de philosophie) sur les autres disciplines, telles que l?histoire, les math?matiques et les sciences, etc. L?-encore, cessons de nous perdre ? travers des activit?s telles que ce soi-disant "atelier de philosophie" en Maternelle.

Il est essentiel aussi d'attribuer ? l'?cole une v?ritable fonction de "transmission des savoirs". (Que 80 % (bient?t 100 ? c'?tait, je crois, ce qui ?tait propos? par la loi "Fillon") des gens parviennent ? obtenir un Baccalaur?at n'est en rien un bien en soi ! Pr?s de 80 % des ?tudiants de Licence dont j'avais la charge lorsque j??tais doctorant ne ma?trisaient pas les bases de l'argumentation et montraient des lacunes souvent dramatiques en sciences : Qu'on me dise quelles pouvaient ?tre alors leurs comp?tences r?elles, car ils avaient au moins un Baccalaur?at ou un ?quivalent !) Et je dirai qu'il faut mettre les moyens pour une ?cole pour tous de "qualit?", ce qui sous-entend entre autres qu'un ?l?ve m?ritant ("dou?" et "travailleur") doit ?tre rapidement aid? (d?s les premi?res classes), par une bourse, par exemple, (et r?ellement cons?quente, c'est-?-dire qui le d?gage "compl?tement" du souci mat?riel), ce qui sous-entend aussi que la notion de "justice" doit ?tre quelquefois distingu?e de celle d"'?galit?". (Oubliez "la r?ussite de tous les ?l?ves" (titre du rapport Th?lot), c'est une grande escroquerie ; durant ce temps, les enfants des classes sociales "?lev?es" sont majoritairement plac?s dans les meilleurs ?tablissements de France, ?tablissements qui ont op?r? un certain conservatisme, non seulement m?thodique : Allez par exemple sur le site du Lyc?e Henri IV (http://lyc-henri4.scola.ac-paris.fr/lycee/lecture/index.html), vous y trouverez des indices de ce que j'avance ? ce sujet... Ah, et la lecture de "La Princesse de Cl?ves" y est conseill?e pour pr?parer l'entr?e en Seconde !) En effet, les seules in?galit?s sur lesquelles nous pouvons agir sont notamment les in?galit?s "sociales" ; en revanche, que voulez-vous faire face aux in?galit?s "naturelles" ? Le pire est que, sous couvert d'?galitarisme, on produit aussi de l'injustice : un enfant dou? mais issu d'un milieu modeste ou pauvre a encore moins de chance qu'aux ann?es 1950 d'exploiter ses dons. Il faut donc permettre une r?elle "?galit?" des chances (en ?uvrant pour une r?duction "satisfaisante" (rien n'est parfait) des in?galit?s sociales tout en permettant une "?galisation" (vers le haut) de la qualit? des ?coles) tout en favorisant une tendance ? la r?partition professionnelle par le m?rite ("don" et "travail"). Il faut cesser de croire que n'importe qui peut devenir ing?nieur et aider les personnes r?ellement "m?ritantes" ? le devenir...

Pour finir, je dirai qu'il faut concentrer nos efforts sur l'?cole primaire (surtout la Primaire ?l?mentaire) mais en luttant contre les mauvaises utilisations de la t?l?vision, par exemple, et un "retour" ? la lecture obligatoire (et de bons livres) devrait permettre de r?tablir un peu un rapport au monde plus sain et plus coh?rent... Oui, j'allais oublier : favoriser une sensibilit? aux choses de la Nature...



Notez que ce que je viens de proposer est en vrac, que c'est non exhaustif et, probablement, ? am?liorer !



? pr?sent, je souhaiterais savoir ce qui vous pose probl?me dans ce que j'ai ?crit.



Cyril
De Guillaume, posté le 17.01.11 à 21:57

Ce qui me d?range voire chagrine, c'est la posture: m?me dans cette derni?re r?ponse, ce qui se d?gage avec le plus de force, c'est une d?nonciation de ce qui ne va pas et non un projet de r?forme clair et dynamique...

C'est humain, c'est plaisant ? ?crire, mais ?a g?n?re chez moi l'envie de tout contredire et non de vous suivre (rassurez-vous, les responsables politiques actuels me font le m?me effet).



Vos critiques sont ass?n?es sans d?monstrations, elles semblent donc arbitraires:

- "les disciplines fondamentales vont mal"

- les T.I.C. ont une importance modique

- l'accompagnement personnalis? fera plus de mal que de

bien



Certaines de vos propositions pourraient passer ? vos propres yeux pour de "l'?parpillement": apprendre ? regarder la TV.



D'autres sont d?j? instaur?es: l'?ducation ? l'environnement est omnipr?sente dans les programmes actuels de l'?cole primaire.



Le reste, certes recevable, ne semble ni novateur, ni particuli?rement convaincant: bourse au m?rite, priorit? ? la lecture, transmission contre ?ducation...



Bref, ce n'est pas ce que j'attends d'un individu qui a eu le talent et/ou la chance et/ou le courage de poursuivre des ?tudes de haut niveau en philosophie! (j'attends davantage de vous une v?ritable nouvelle philosophie de l'?ducation, enthousiasmante et f?d?ratrice).



Pour livrer le fond de ma pens?e: j'ai l'impression que vous ?tes vex? par le fait que des non-sp?cialistes osent pr?tendre faire de la philosophie ? l'?cole maternelle... (car si ?a continue, ce sont des vulgaires profs de fran?ais qui se permettront de l'enseigner dans le secondaire?).



Du coup ? la place de vous appliquer ? expliquer, adoss? ? votre formation philosophique, pr?cis?ment et profond?ment en quoi un personnel insuffisamment form? ne devrait absolument pas se risquer ? poursuivre une telle entreprise avec des enfants aussi jeunes (autrement que: ils feraient mieux de leur enseigner autre chose)... vous d?rivez vers une critique du syst?me ?ducatif (dont les ateliers philo symbolisent tous les maux) sans faire la preuve d'une quelconque l?gitimit? (pas statutaire mais argumentative).



En d?finitive je vous retourne votre propre conseil: essayez de mieux exercer votre domaine de comp?tence en laissant tomber ce qui ne semble pas en faire partie.



Guillaume

(cin?phile non philosophe, devant avouer honteusement une ancienne appartenance de dix ans au corps des instituteurs, reconverti dans l'agriculture intensive par d?sespoir de ne rencontrer aucune force de transformation positive dans l'enseignement).



PS: d?sol? Cyril, rien de personnel, je crois simplement que tes propos ont d?j? trop fr?quent? mes oreilles par le pass?.







De Guillaume, posté le 17.01.11 à 22:38

Correction et plates excuses: je voulais dire "vos propos" et non "tes"...

(c'est mon prof de philo qui m'avait expliqu? l'importance non-n?gligeable du vouvoiement, y compris envers les ?l?ves.)
De Cyril, posté le 18.01.11 à 02:34

Guillaume,



J'avais devin? que vous aviez ?t? instituteur, m?me si vous avez pr?cis? que vous ?tes (actuellement) non-enseignant. ("Par extension au coll?ge : un prof de sport par activit? sportive, ? l'?cole primaire : un enseignant par discipline, ? l'usine : un travailleur par t?che..." C'est entre autres cette phrase qui me l'a fait fortement supposer.)



"Ce qui me d?range, voire chagrine, c'est la posture : m?me dans cette derni?re r?ponse, ce qui se d?gage avec le plus de force, c'est une d?nonciation de ce qui ne va pas et non un projet de r?forme clair et dynamique..."

Mais il faudrait un livre pour ?a.



"C'est humain, c'est plaisant ? ?crire, mais ?a g?n?re chez moi l'envie de tout contredire et non de vous suivre (rassurez-vous, les responsables politiques actuels me font le m?me effet)."

Mais il faudrait, d'abord, que vous soyez apais? pour me suivre.



En outre, avez-vous vraiment besoin que je "d?montre" que "les disciplines fondamentales vont mal" et que "les T.I.C. ont une importance modique" ?

Quant ? l'"accompagnement personnalis?", voulez-vous parier sur ce qu'il fera ?



En revanche, je n'ai jamais sugg?r? que l'?cole devait apprendre aux ?l?ves ? regarder la TV. (En parlant d'utilisation, je pensais plut?t aux propri?taires des cha?nes... Mais il est vrai qu'en me relisant je me rends compte que ce que j'ai ?crit ? ce sujet pouvait porter ? confusion.)



"D'autres sont d?j? instaur?es : l'?ducation ? l'environnement est omnipr?sente dans les programmes actuels de l'?cole primaire."

Non, ce n'est pas ce dont j'ai parl?... Introduire une basse-cours ? l'int?rieur de chaque ?cole (primaire, par exemple) serait d?j? assez proche de ce que ? quoi je pense.



"Bref, ce n'est pas ce que j'attends d'un individu qui a eu le talent et/ou la chance et/ou le courage de poursuivre des ?tudes de haut niveau en philosophie ! (J'attends davantage de vous une v?ritable nouvelle philosophie de l'?ducation, enthousiasmante et f?d?ratrice)."

Vous attendez... Et vous croyez que nous "f?d?rerons" par un coup de baguette magique ? (Notez, par exemple, comme il est difficile pour moi de trouver l'adh?sion sur un blog !) Quant ? l'"enthousiasme", ?a regarde chacun de nous. (Je suis d?sol? si vous ?tes tellement amer ? pr?sent ; dites-vous, si ?a vous console un peu, que vous ?tes loin d'?tre le seul !)



"Pour livrer le fond de ma pens?e : j'ai l'impression que vous ?tes vex? par le fait que des non-sp?cialistes osent pr?tendre faire de la philosophie ? l'?cole maternelle..."

Mais non, je suis profond?ment agac? par de telles initiatives, et par ?a comme par bien d'autres choses...



"Du coup, ? la place de vous appliquer ? expliquer, adoss? ? votre formation philosophique, pr?cis?ment et profond?ment en quoi un personnel insuffisamment form? ne devrait absolument pas se risquer ? poursuivre une telle entreprise avec des enfants aussi jeunes (autrement que : ils feraient mieux de leur enseigner autre chose)... vous d?rivez vers une critique du syst?me ?ducatif (dont les ateliers philo symbolisent tous les maux) sans faire la preuve d'une quelconque l?gitimit? (pas statutaire mais argumentative)."

Qu'un personnel soit insuffisamment form? ne vous d?range en rien ? (Sur la question de l'?ge, il me semblait m'?tre expliqu?.) ... En outre, vous avez raison de supposer que l'atelier de Madame Dogliani n'est pour moi qu'un petit "bout" de ce contre quoi je m'efforce de lutter. (J'ai peut-?tre d?velopp? ailleurs ce que j'ai "vaguement" pr?sent? ici... Alors, effectivement, ici je suis fain?ant et, ? la longue, je ne lutterai plus que pour mes enfants. (C'est, il me semble, ce que la majorit? d'entre nous fait.)



"Essayez de mieux exercer votre domaine de comp?tences en laissant tomber ce qui ne semble pas en faire partie."

Oui, vous avez raison.



"(cin?phile non philosophe, devant avouer honteusement une ancienne appartenance de dix ans au corps des instituteurs, reconverti dans l'agriculture intensive par d?sespoir de ne rencontrer aucune force de transformation positive dans l'enseignement)"

Pourquoi honteuse ? J'ai ?t? ?l?ve, il y a pr?s de 7 ans de ?a, en I.U.F.M. pour pr?parer le C.E.R.P.E. ; alors, vous voyez, je n'ai rien contre le m?tier d'instituteur.



"P.-S. : D?sol? Cyril, rien de personnel, je crois simplement que tes propos ont d?j? trop fr?quent? mes oreilles par le pass?."

Oui, ?a, je l'ai per?u... Mais tu devras toutefois renouer avec ces histoires si tu ne veux pas qu'elles te rongent.



"Correction et plates excuses : je voulais dire "vos propos" et non "tes"..."

Peu m'importe ! (Le vouvoiement est quelquefois moins respectueux que le tutoiement.)



Cordialement.

Cyril
De guillaume, posté le 18.01.11 à 23:19

Une basse-cour...

et pourquoi pas un potager, une cuisine, un v?ritable journal (ou magazine ou blog) scolaire, des tournois sportifs, des comp?titions de calcul, d'orthographe, de vocabulaire... des conseils de discipline (et m?diation de conflits) co-g?r?s par les enseignants et les enfants, des responsabilit?s fortes confi?es aux ?l?ves (guid?s ?troitement par des adultes s?rieux et non "spectateurs-libertaires") ...



Reconnecter le savoir et le faire ? l'?cole primaire, l? ?a commence ? me plaire.



Amicalement.

Guillaume (rong? jusqu'? l'os)

new site