blog :::

: (92 articles)

Reality : en salles

Reality

Le film de Matteo Garrone, Grand Prix du dernier Festival de Cannes, arrive dans les salles. Nous l'avions vu et appr?ci? lors de son passage au Festival :
"De son impuissance frustrante ? conqu?rir l’utopie m?diatique, Luciano ne gagnera qu’un autre enfermement : celui de sa propre claustration mentale. Les yeux fix?s toute la journ?e ? l’?cran de t?l?vision, incompris des siens, vite revenus de leurs espoirs chim?riques, Luciano se perd dans une parano?a nourrie ? la source de la t?l?r?alit?. Dans la rue, ce ne sont que des espions envoy?s par la cha?ne pour contr?ler ses faits et gestes, au plafond de son salon, un grillon venu pour le surveiller de l’int?rieur. Pr?s de quinze ans apr?s The Truman Show, film annonciateur de la t?l?r?alit?, l’enfermement est devenu mental, triste m?taphore de notre ali?nation. Truman n'imaginait pas ?tre film?, Luciano ne supporte pas de ne pas l'?tre.? Ouvrant et achevant son film sur un plan a?rien (le film pose aussi la question de la religion et du regard de Dieu), d?laissant l'?pre style documentaire de Gomorra pour d’amples mouvements de cam?ra port?s par la majestueuse partition d’Alexandre Desplat, Matteo Garrone livre un conte ironique plus profond et plus actuel (car la t?l?r?alit? pourrait para?tre comme un ph?nom?ne d?pass?) qu’il n’y para?t…"
Lire l'article en entier.

[Reality de Matteo Garrone. 2012. Dur?e : 1 h 55. Distribution : Le Pacte. Sortie le 3 octobre 2012]

Posté par le 03.10.12 à 23:02 - Réagir

The We and the I en salles

The We and the I

The We and the I de Michel Gondry (qui termine actuellement une adaptation de L'?cume des jours de Boris Vian) sort aujourd'hui en salles. Nous avions vu et appr?ci? le film lors du dernier Festival de Cannes :

" (…) Toute l’œuvre du r?alisateur fran?ais peut ?tre lue au prisme de cette dialectique entre la singularit? de l’individu (dont l’imaginaire foutraque et enchant? est le plus beau t?moignage) et la force des liens sociaux (la notion de "communaut?" est au cœur de films comme Soyez sympa, rembobinez). On peut voir The We and the I ? la fois comme un prolongement de son projet L’Usine des films amateurs (parce que r?alis? dans le cadre d’un projet collectif, avec la participation active d’adolescents volontaires) et comme son exact oppos? : l? o? l’Usine mettait en œuvre toute une s?rie de protocoles pour permettre un fonctionnement d?mocratique apais?, et la participation effective de tous les participants, le microcosme roulant de The We and the I ressemble ? l’?tat de nature hobbesien, celui de la guerre de tous contre tous, et d'une totale amoralit? (du moins en apparence). Les comportements montr?s dans The We and the I (? l’int?rieur du bus ou ? la faveur de courtes s?quences en flash-backs, bricol?s dans le style artisanal de Gondry) pourront choquer les adultes : binge drinking (alcoolisation massive), sexting (envoi d’images sexuelles par internet), bullying (harc?lement), le catalogue des maux de l’adolescence est presque au complet. Mais la force du film est ne pas porter un regard moralisateur ou alarmiste sur ces comportements. Le film montre la cruaut? des adolescents mais aussi leur extraordinaire plasticit? : cette capacit? ? oublier, aussit?t encaiss?es, les brimades et les humiliations pour se projeter dans l'avenir. (…) "
Lire l'article en entier

[The We and the I de Michel Gondry. 2012. Dur?e : 1 h 43. Distribution : Marsfilms. Sortie le 12 septembre 2012]

> Voir ?galement en salles Des hommes sans loi (Lawless) de John Hillcoat, ?galement chroniqu? ? Cannes…

Posté par le 12.09.12 à 12:33 - Réagir

Relecture philo : Barbara

Barbara, un film de Christian Petzold

1980, Allemagne de l'Est. Barbara est exp?di?e dans un h?pital en bord de mer pour y exercer sa fonction de m?decin. Mut?e ? l’est du pays apr?s une p?riode d’emprisonnement, elle subit les ?preuves traumatisantes et r?p?t?es de la fouille au corps et du saccage de son appartement par la police, et se trouve en butte ? la suspicion permanente des locaux.
Ces circonstances d?moralisantes plongent Barbara dans un profond ?tat de ressentiment (au sens nietzsch?en du terme dans la G?n?alogie de la morale). Son animosit? ne se traduit pas toutefois ici par une quelconque envie de vengeance, mais plut?t par un herm?tisme complet tant ? son entourage qu’? son nouveau lieu de vie. L’?tanch?it? int?grale de Barbara ? cet environnement va de pair avec son unique projet, la fuite vers l’ouest, qu’elle doit mettre en œuvre tr?s prochainement gr?ce ? son amant, qui lui r?side d’ores et d?j? "de l’autre c?t?". Dans ces conditions Andr?, le m?decin-chef de l’h?pital a bien du mal ? attirer l’attention de celle qui le fascine. Ses tentatives d’approche renouvel?es se heurtent inexorablement ? l’impassibilit? de Barbara.

C’est ? travers sa relation avec Stella, une jeune patiente condamn?e aux travaux forc?s, que s’intensifie l’implication de Barbara au sein de l’h?pital. Ce sont les premi?res ?claircies qui d?chirent le voile de son opacit? ?motionnelle, et ce rel?chement de son isolement aura pour cons?quence de l’ancrer progressivement dans cet environnement. Cette br?che une fois ouverte d?bloque les conduits affectifs de Barbara. En m?me temps qu’elle, nous d?couvrons mieux qui est Andr?. Quand Barbara lui demande s’il est pr?t ? aider un salaud (en faisant r?f?rence au chef de police qui la harc?le) il r?pond calmement qu'il le fera si le "salaud" est malade.
Andr? est un acteur de la vie ?thique (Sittlichkeit) h?g?lienne, dans laquelle le Bien est une valeur supr?me que chacun se doit de r?aliser. L’homme de cette vie ?thique est conscient d’un au-del? du soi, comme Antigone qui proclamait que personne ne savait d’o? venaient les lois. Il est une illustration de la vertu h?g?lienne, d?termin?e par la nature et r?fl?chie dans le caract?re individuel. La gen?se de la vertu, l’?ducation (la Paideia aristot?licienne), l’entra?nement aux bonnes habitudes ne sont pas pris en charge par la loi, ici repr?sent?e par le chef de la police. Contre ce d?faut de mœurs, Andr? repr?sente un soul?vement silencieux, celui de l’?thique. Pour lui la morale est une clause permanente comme l’affirme Bergson (Les Deux sources de la morale et de la religion).

La projection d’une figure comme celle d’Andr? dans un environnement r?pressif plonge Barbara dans un ?tat de flottement. Elle qui s’?tait donn? pour consigne de s’isoler, n’a plus la m?me foi en ses certitudes. Nous assistons dans Barbara au tissage des liens de la confiance, qui remettent en cause les perspectives toutes trac?es du personnage principal.

[Barbara de Christian Petzold. 2012. Dur?e : 1 h 45. Sortie : le 2 mai 2012. Distribution : Pyramide distribution]

Posté par le 14.06.12 à 11:33 - 1 commentaire

La Cl? des champs : le site p?dagogique

La Cl? des champs, le site p?dagogique

Treize ans apr?s l'incroyable succ?s de Microcosmos, le Peuple de l'herbe (plus de trois millions d'entr?es et cinq C?sars), le duo form? par Claude Nurisdany et Marie P?rennou revient ? ses premi?res amours.
Les images sont toujours aussi belles, le casting toujours aussi impressionnant, mais le ton et les pr?occupations ont ?volu? : c'est par les yeux d'un enfant, envoy? pour l'?t? ? la campagne, que nous voyons cette mare et ses occupants, et c'est autant de son imaginaire en ?veil que de la nature que nous parle le film. D?licat et po?tique, La Cl? des champs est, comme son titre le laisse deviner, une belle invitation au voyage qui ravira les plus jeunes, du cycle 2 au cycle 3.
Z?rodeconduite.net propose autour du film un dossier p?dagogique, ? travailler avant et apr?s la projection, qui propose ? la fois de partir ? la d?couverte de ce riche ?cosyst?me et d'?tudier l'univers po?tique du film.

La Cl? des champs, de Claude Nurisdany et Marie P?rennou, au cin?ma le 21 d?cembre.

> Le site p?dagogique du film
> Le site officiel

Posté par le 13.12.11 à 17:28 - Réagir

Cin?lyc?e : en mai, le cin?ma face ? l'histoire

Partenaire du site Cin?lyc?e.fr, Z?rodeconduite.net vous propose chaque mois quelques suggestions p?dagogiques autour de la programmation, ainsi qu'une revue des ressources disponibles en ligne autour des films propos?s.

Attention, grands films en pagaille ! Entre Visconti (Senso), Mankiewicz (Eve, La Comtesse aux pieds nus), Fellini (Huit et demi), Ford (La Poursuite infernale, Les Raisins de la col?re), Chaplin (Le Dictateur, La Ru?e vers l'or), Dreyer, Oph?ls et Von Sternberg, Cin?lyc?e.fr propose ce mois une impressionnante —et ?clectique— brochette de chefs d'œuvres.
Le cycle du mois int?ressera particuli?rement les enseignants d'Histoire, puisqu'il aborde en cinq films la question du "Cin?ma face ? l'histoire". Sur un th?me aussi riche et complexe (voir notamment les ouvrages de Marc Ferro ou Antoine de Baecque), le dossier r?dig? par Z?rodeconduite.net se contente de proposer quelques pistes de r?flexion. On les compl?tera par les nombreuses notes mise en ligne par le site Cinehig (rubrique La pratique de classe) ou les r?flexions de Lionel Lacour sur son blog Cinesium (d?j? pr?sent? ici).
Parmi les quinze films, on en retiendra trois en particulier : Le Dictateur de Chaplin, v?ritable mine d'or pour les enseignants sur l'Histoire de la premi?re moiti? du Vingti?me si?cle (et ?galement en Histoire des arts), Barry Lyndon de Stanley Kubrick, actuellement mise en lumi?re par la grande exposition que lui consacre la Cin?math?que Fran?aise (voir l'exposition virtuelle), et Les Raisins de la col?re de John Ford, sur lequel on trouve de nombreuses ressources en ligne (dossier T?l?doc, analyse de s?quence).

Cin?lyc?e, les quinze films du moi de mai

Cycle Le cin?ma face ? l'histoire
L'imp?ratrice rouge de Josef Von Sternberg
La Passion Jeanne d'Arc de Carl Theodor Dreyer
Le Cuirass? Potemkine de Serguei Eisenstein
Le Dictateur de Charles Chaplin
Senso de Luchino Visconti

Les autres films
Barry Lyndon de Stanley Kubrick
Eve de Joseph L. Mankiewicz
La Comtesse aux pieds nus de Joseph L. Mankiewicz
Huit et demi de Federico Fellini
La Poursuite infernale de John Ford
La Ru?e vers l'or de Charles Chaplin
Les Raisins de la col?re de John Ford
Les Vampires (1?re et 2?me partie) de Louis Feuillade
Madame de… de Max Oph?ls

Posté par le 04.05.11 à 13:01 - Réagir

new site