blog :::

Fiches et dossiers pédagogiques : Un film, un cours (65 articles)

Corniche Kennedy : le site pédagogique

Corniche Kennedy

Quelques mois après Réparer les vivants de Katell Quillevéré, c’est l’adaptation d’un autre roman de Maylis de Kerangal qui sort sur les écrans. En adaptant Corniche Kennedy (paru en 2008) la cinéaste Dominique Cabrera (Le lait de la tendresse humaine, Nadia et les hippopotames, L'autres côté de la mer…) poursuit un travail, notamment documentaire, engagé sur la thématique de l’intégration et de la vie sociale en banlieue. Mais l’intérêt de Corniche Kennedy est que son intrigue ne se situe justement pas dans les banlieues, mais sur le boulevard éponyme, situé au pied du Roucas Blanc, un des quartiers les plus huppés de la métropole marseillaise. C’est sur cette corniche, à la fois frontière et lieu de rencontre, que les jeunes Marseillais viennent passer du temps au soleil, connaître leurs premières amours, et plonger dans les eaux de la Méditerranée. Le film s’attache à une bande d’une dizaine de jeunes – entre quinze et vingt ans – issus des cités des quartiers nord, bande que Suzanne (Lola Creton), adolescente venant d’une famille aisée, cherche à intégrer coûte que coûte. Pour ce faire, elle sera prête à se laisser initier au saut périlleux, au jeu de la séduction et à la transgression des lois.

La réalisatrice est allée à la rencontre des jeunes Marseillais sur les lieux mêmes de l’intrigue, afin de s’imprégner de leur vie quotidienne, et surtout de leur langage, auquel le film fait la part belle. Cette démarche presque documentaire différencie le film du roman de Maylis de Kerangal, dont l’écriture âpre dégage également de la sensualité, voire un certain lyrisme. Cela rend particulièrement intéressante l'étude de ce film, d’autant plus susceptible d’intéresser des collégiens et des lycéens qu’il explore l’âge adolescent, avec les choix et les bouleversements qui l’accompagnent. Le film pourra être étudié, en parallèle avec le roman, en classe de Première dans le cadre de l’objet d’étude « Le personnage de roman », ou au Collège en Quatrième (confrontation des valeurs de l’individu et de la société, la ville comme rencontre de tous les possibles).
Zérodeconduite propose un dossier pédagogique (Lettres, Collège/Lycée) autour du film, avec des pistes d’activités en classe, avant et après le film. 

Corniche Kennedy de Dominique Cabrera, au cinéma le 18 janvier
Le dossier pédagogique

Posté dans Fiches et dossiers pédagogiques par le 13.01.17 à 11:14 - Réagir

Entre les frontières : le site pédagogique

Le théâtre peut-il constituer un outil de transformation sociale ? Dans Entre les frontières, le réalisateur israélien Avi Mograbi (Z 32, Pour un seul de mes deux yeux, Comment j’ai appris à surmonter ma peur et à aimer Ariel Sharon) a suivi l’aventure d’un atelier théâtre mené avec les demandeurs d’asile érythréens et soudanais retenus dans un camp israélien. Improvisant (selon les méthodes du théâtre de l’opprimé d’Augusto Boal) des scènes inspirées de leur vécu (la fuite et l’exil, leur situation d’exilés en Israël), les réfugiés redeviennent, grâce au théâtre, les acteurs de leur propre histoire. Le découragement guette parfois (ni expulsables ni régularisables selon les critères édictés par l’État israélien, les réfugiés végètent dans un no man’s land juridique et géographique), menaçant la pérennité de l’atelier. Mais celui-ci retrouve un second souffle et un nouveau sens quand des citoyens israéliens se mêlent à l’atelier.
Très beau film sur la pratique théâtrale (le travail sur l’espace et le corps, la réflexion sur l’engagement, la constitution d’un collectif), Entre les frontières propose également une réflexion sur sa dimension citoyenne : ce qui est en jeu ici c’est l’ouverture à l’autre, et la possibilité d’une communauté humaine qui transcende les frontières.
Zérodeconduite propose un dossier pédagogique autour du film, destiné aux classes de Lettres en Lycée, et notamment aux options théâtre.

Entre les frontières d'Avi Mograbi, au cinéma le 11 janvier
Le site pédagogique (Dossier pédagogique, Entretien avec le sociologue Clément Poutot)

Posté dans Fiches et dossiers pédagogiques par le 03.01.17 à 13:57 - Réagir

The Birth of a nation : le site pédagogique

Écrit, tourné et sorti sous Barack Obama, premier président noir du pays, The Birth of a nation, sortira en France à quelques jours de l'intronisation de Donald Trump, candidat porté par l'Amérique blanche et soutenu par les suprémacistes et le Ku Klux Klan. On ne saurait mieux dire à quel point l'histoire quadri-séculaire des afro-américains est faite d'avancées, de reculs mais aussi de de contradictions (l'Amérique d'Obama était aussi celle du mouvement Black Lives Matter) et d'une lutte toujours recommencée pour l'égalité.

Le film de Nate Parker s'inscrit de manière très réfléchie dans cette histoire, à commencer par le geste fort qui consiste à se réapproprier le titre du brûlot raciste de D.W. Griffith (Birth of a Nation, 1917). Le film raconte l'histoire de Nat Turner, esclave et pasteur qui mena une des plus sanglantes révoltes d'esclave de l'histoire du Sud esclavagiste, et qui reste une figure fondatrice de l'émancipation des Noirs américains. Plébiscité lors du dernier Festival de Sundance (où il a remporté le Grand Prix du Jury et le Prix du Public), le film est porté par véritable un souffle épique, sans pour autant masquer les contradictions et zones d'ombre de Turner, notamment dans son rapport à la religion.

Zérodeconduite a consacré un site pédagogique destiné aux enseignants d'Anglais de Lycée et à leurs classes, qui propose un dossier pédagogique avec des activités en classe et un entretien avec l'historien Pap Ndiaye.

The Birth of a nation de Nate Parker au cinéma le 11/01/2017
Le site pédagogique

Posté dans Fiches et dossiers pédagogiques par le 13.12.16 à 11:50 - Réagir

The Music of strangers : le site pédagogique

"Là où est la musique, il n'y a pas de place pour le mal."
Cette citation de Cervantes aurait pu servir d'exergue à The Music of Strangers, le documentaire consacré au violoncelliste Yo-Yo Ma et à son "Silk Road Project". Passionné de musiques du monde, Yo-Yo Ma a créé il y a plus de vingt ans cet ensemble musical interculturel rassemblant des artistes d'une vingtaine de pays (notamment ceux situés sur l'axe Est-Ouest de l'ancienne "Route de la soie" qui donne son titre au projet) unis par leur amour de la musique et leur soif d'échanges et de partage. Le film de Morgan Neville a suivi pendant quelques mois les pérégrinations du Silk Road et fait connaissance avec quelques uns de ses membres, aux parcours aussi riches que divers, et parfois heurtés par les soubresauts de l'histoire. Passionnante ballade musicale (qui nous fait découvrir des instruments aussi divers que la gaita galicienne, le khamancheh iranien, la pipa chinoise) The Music of strangers est aussi un voyage géographique et géopolitique à travers le mon des cinquante dernières années, et une belle leçon d'ouverture et de tolérance.
The Music of strangers fait partie de ces films suffisamment riches et vivants pour relier les différents enseignements (l'Éducation Musicale avec l'Histoire, la Géographie et l'Enseignement Moral et Civique) et leur donner sens à travers des activités pédagogiques. C'est pourquoi Zérodeconduite consacre un dossier pédagogique au film, qui propose des activités en Éducation Musicale et Histoire-Géographie-EMC, ainsi que des pistes d'Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI) pour le Collège.

The Music of strangers de Morgan Neville, au cinéma le 7 décembre
Le site pédagogique : www.zerodeconduite.net/themusicofstrangers

Posté dans Fiches et dossiers pédagogiques par le 29.11.16 à 11:22 - Réagir

Tanna : Lumières Sur

Depuis Nanook l’Esquimau de Flaherty (1922), on sait que le cinéma est un fabuleux outil de découverte du monde, une invitation à la rencontre de paysages et de peuples inconnus... Avec les paysages tour à tour luxuriants (la forêt vierge) et lunaires (les pentes du volcan Yahul) de cette petite île du Vanuatu, ses habitants aux costumes traditionnels et aux rituels élaborés, Tanna vaut son pesant de dépaysement. Mais le film de Bentley Dean et Martin Butler échappe à la carte postale. Il ajoute en effet à la force du réel la puissance de la fiction : écrit et réalisé en collaboration avec les habitants du village de Yakel, le  film prend un fait divers local (le suicide de deux jeunes amoureux pour échapper à un mariage arrangé) pour le hausser au rang de la tragédie...

L’histoire rappellera au spectateur occidental le Roméo et Juliette de Shakespeare. Les amants de Tanna ne doivent pourtant rien à ceux de Vérone ou autres « couples maudits » de notre littérature, inconnus sous ces latitudes. Si cette histoire importe tant aux habitants de Yakel, c’est qu’elle porte des questions essentielles pour leur tribu, l’une des dernières à vivre selon la coûtume traditionnelle : jusqu’où doit-on aller pour préserver les traditions de la modernité ?

Zérodeconduite a consacré son supplément Lumières Sur au film Tanna. On y trouve une analyse cinématographique du film et un entretien avec l'ethnologue Marie Durand, spécialiste de l'archipel du Vanuatu.

Tanna de Bentley Dean et Martin Butler, au cinéma le 16 novembre 

Posté dans Fiches et dossiers pédagogiques par le 29.10.16 à 14:37 - Réagir

new site