blog :::

: (86 articles)

Brooklyn : le site pédagogique

La banlieue, les jeunes, le rap… Depuis une trentaine d’années, le cinéma a charrié un certain nombre de fantasmes et de poncifs sur ces thématiques, poncifs reproduits et recopiés d’un film à l’autre et par conséquent de moins en moins questionnés. C’est sans doute pourquoi Brooklyn, le premier long métrage de Pascal Tessaud, tranche par sa fraîcheur et sa justesse
Le film suit le personnage de Coralie, jeune rappeuse suisse qui s’installe dans la ville de Saint-Denis et cherche à se faire un nom (« Brooklyn ») dans le milieu du rap. Récit d’apprentissage portée par une jeune comédienne charismatique, film musical qui laisse une large place à ses interprètes et à leurs performances, Brooklyn est aussi un quasi-document sur un milieu (celui du rap et du slam) et sur un territoire (comme son titre ne l’indique pas, le film a été entièrement tourné à Saint-Denis). Auto-produit hors des circuits de financement traditionnel (à l’instar de Rengaine de Rachid Djaïdani ou Donoma de Djinn Carrénard), mais ayant gagné par sa qualité son accès aux salles de cinéma, Brooklyn a l’immense qualité de nous offrir un regard de l’intérieur, débarrassé des clichés habituels sans tomber dans un angélisme lénifiant, sur la banlieue. Les élèves ne manqueront pas de s’identifier aux espoirs et aux déboires de Coralie, et seront sans doute interpelés par un film qui a l’intérêt de filmer le rap à travers un autre prisme que celui de la culture dominante. Zérodeconduite propose un dossier pédagogique autour de Brooklyn, qui pourra être étudié au Collège, en classe de Quatrième ou de Troisième, comme point de départ d’une réflexion sur le « quartier » au sens large du terme, ses habitants, ses habitudes. Brooklyn peut ainsi s’intégrer dans une démarche de pédagogie de projet, en équipe ou dans une seule matière.

Brooklyn de Pascal Tessaud, au cinéma le 23 septembre 2015
Le site pédagogique du film

[Brooklyn de Pascal Tessaud. 2015. Durée : 83min. Distribution : UFO Distribution. Sortie le 23 septembre 2015]

Posté par le 14.09.15 à 18:17 - Réagir

Jeunes critiques : Shoot the Moon

Pour sa quatrième édition, le site Zérodeconduite.net s'est associé avec le Champs Elysées Film Festival pour la création d'un Jury Etudiant. Les jeunes cinéphiles d'Hypokhâgne et de Khâgne option cinéma des lycées Jean-Pierre Vernant à Sèvres et Léon Blum à Créteil ont arpenté la 'plus belle avenue du monde' pour assister aux projections du festival et décerner le Prix du jury Etudiant à l'un des films de la sélection TCM Cinéma. Nous publions leurs critiques sur ces films qu'ils ont découvert ou redécouvert en versions restaurées, et qui ressortiront en salle prochainement, ainsi que leurs coups de coeur pour d'autres films de la programmation.

Shoot the Moon d'Alan Parker, par Kenza Vannoni :

Ce qui frappe en premier lieu dans ce film c’est sa vérité, sa justesse quant aux émotions et aux réactions de chacun des personnages. Et pourtant les coups d’éclat menacent souvent de nous faire basculer avec eux dans la folie, l’irréel, en somme la fiction.  C’est peut-être la raison pour laquelle il vaut mieux parler ici de vraisemblance, de compréhension sensible du pourquoi des événements. C’est l’irrationalité qui nous est montrée sous la lumière du réel, l’irrationalité d’un homme usé. Usé par le temps. [...]

La critique intégale en PDF

Shoot the Moon, d'Alan Parker, 1982, 124 mn

Posté par le 25.06.15 à 12:10 - Réagir

Jeunes critiques : The Blues Brothers

Pour sa quatrième édition, le site Zérodeconduite.net s'est associé avec le Champs Elysées Film Festival pour la création d'un Jury Etudiant. Les jeunes cinéphiles d'Hypokhâgne et de Khâgne option cinéma des lycées Jean-Pierre Vernant à Sèvres et Léon Blum à Créteil ont arpenté la 'plus belle avenue du monde' pour assister aux projections du festival et décerner le Prix du jury Etudiant à l'un des films de la sélection TCM Cinéma. Nous publions leurs critiques sur ces films qu'ils ont découvert ou redécouvert en versions restaurées, et qui ressortiront en salle prochainement, ainsi que leurs coups de coeur pour d'autres films de la programmation.

The Blues Brothers de John Landis, par Aurélia Thouret :

The Blues Brothers, Aussi vite que la musique.

Trente-cinq ans après leur apparition sur les écrans les Blues Brothers n'ont pas pris une ride. Sans qu'on y trouve un seul brin de poussière, le film se déploie selon une partition composée dans la tonalité du plaisir cinématographique.
Dès les retrouvailles des deux frères, le moteur et les cuivres sont lancés. Rien n'arrêtera l'improvisation délirante du fameux duo : ces derniers restent impassibles derrière leurs lunettes noires, qu'ils fassent des claquettes dans une église, que leur voiture décolle ou que leur hôtel explose. [...]

La critique intégale en PDF

The Blues Brothers, de  John Landis, 1980, 133 mn

Posté par le 15.06.15 à 10:25 - Réagir

Jeunes critiques : Sorcerer

Pour sa quatrième édition, le site Zérodeconduite.net s'est associé avec le Champs Elysées Film Festival pour la création d'un Jury Etudiant. Les jeunes cinéphiles d'Hypokhâgne et de Khâgne option cinéma des lycées Jean-Pierre Vernant à Sèvres et Léon Blum à Créteil ont arpenté la 'plus belle avenue du monde' pour assister aux projections du festival et décerner le Prix du jury Etudiant à l'un des films de la sélection TCM Cinéma. Nous publions leurs critiques sur ces films qu'ils ont découvert ou redécouvert en versions restaurées, et qui ressortiront en salle prochainement, ainsi que leurs coups de coeur pour d'autres films de la programmation.

Sorcerer (Le Convoi de la peur) de William Friedkin, par Tristan Lesage :

Sorcerer, ou quand les convoyeurs de l'extrême rencontrent le cinéphile.

Derrière les apparences du film d'action, William Friedkin nous offre un véritable film de cinéma, livrant une œuvre personnelle, prenante, qui pose une véritable réflexion sur l'identité. La question que ce film peut à mes yeux soulever est la suivante : que reste-t-il de ce que l'on est, quand on a tout perdu ? Et c'est pour moi le véritable enjeu de ce film : oui, les scènes au cœur de l'action sont prenantes, voire époustouflantes, mais avant de vous concentrer là-dessus, essayez de vous demander pourquoi elles sont présentes, qu'est-ce qui dans le film a permis leur existence : tout ce qui nous est donné est déterminé par le fait que les personnages n'ont plus rien, plus rien à perdre. [...]

La critique intégrale en PDF

Sorcerer (Le Convoi de la peur) de William Friedkin, par Charly Lehuédé :

Remake du film de Clouzot de 1952, Le Convoi de la Peur offre un nouveau traitement à l'histoire développée dans le roman de Georges Arnaud, issu cette fois de la créativité de William Friedkin. Le réalisateur américain signe ici un remake qui, tout en s'inscrivant dans la lignée de son primé prédécesseur, s'en émancipe afin de faire preuve d'un esprit et d'une narration qui lui sont propres. [...]

La critique intégrale en PDF

Sorcerer de William Friedkin 1977, 121 mn

Posté par le 14.06.15 à 15:23 - Réagir

Jeunes critiques : See You Next Tuesday

Pour sa troisi?me ?dition, le site Z?rodeconduite.net s'est associ? avec le Champs Elys?es Film Festival pour la cr?ation d'un Jury Etudiant. Les jeunes cin?philes d'Hypokh?gne et de Kh?gne option cin?ma des lyc?es Paul Val?ry ? Paris, Jean-Pierre Vernant ? S?vres et L?on Blum ? Cr?teil ont arpent? la 'plus belle avenue du monde' pour assister aux projections du festival et d?cerner le Prix du jury Etudiant ? l'un des films de la s?lection TCM Cin?ma. Nous publions leurs critiques sur ces films qu'ils ont d?couvert ou red?couvert en versions restaur?es, et qui ressortiront en salle prochainement, ainsi que leurs coups de coeur pour d'autres films de la programmation.

See You Next Tuesday de Drew Tobia, par Mathis Domenet :?

"Si je vous dis "See you next Tuesday" et que vous ?tes un amateur de musique underground orient? crust punk / death metal ou une personne plut?t vulgaire ma?trisant ? la perfection son "urban dictionary",? deux choses vont peut-?tre vous venir ? l'esprit : le groupe de grindcore am?ricain venant du Michigan ou une expression assez "salace" souvent consid?r?e comme ?tant la plus offensante pour les anglophones. En tous les cas nous pouvons remercier Francis Veber pour son D?ner de Cons et indissociablement la traduction anglaise pour le moins os?e qui en a ?t? fait, ? savoir : See You Next Tuesday …"
(...)

La critique int?grale en pdf.

See You Next Tuesday de Drew Tobia, Etats-Unis, 1h22mn.

Posté par le 24.06.14 à 14:10 - Réagir