blog :::

Sur le web : Vieux films et bonnes ressources (84 articles)

Un film dans son si?cle : Le Proc


le_proces_lahti.jpg?a s’appelle faire d’une pierre deux coups : puisque le Proc?s d’Orson Welles est au programme des classes de Terminale litt?raire (cf notre S?ance du mois de Septembre), pourquoi ne pas en profiter pour utiliser le film en cours d’histoire ?
Comme le montre Vincent Marie sur Cinehig, Le Proc?s est un mat?riau passionnant puisqu’il s’inscrit (et inscrit l’œuvre de Kafka) profond?ment dans son temps. Pour Welles, "l’histoire contemporaine a transform? la vision personnelle [de Kafka] en v?rit? universelle" et c’est l’une des directions qu’emprunte son adaptation.
La Fiche professeur analyse ainsi les marques de l’histoire contemporaine dans le film : r?miniscences des camps de concentration via l'image des justiciables en pyjama ray?, manifestations du totalitarisme (notamment la suspicion parano?aque g?n?ralis?e qui ?voque le bloc sovi?tique, mais aussi le maccarthysme), ?volution (on n’ose dire progr?s) technologique… Les quatre Fiches ?l?ves traduisent ces analyses en questionnaires, en renvoyant ? des documents historiques (photos de d?port?s) ou ? d’autres films (Brazil de Terry Gilliam, Les Temps modernes de Chaplin)…


Posté dans Sur le web par le 07.11.08 à 20:20 - Réagir

L'ami Yabon






lamiyabon.jpgUn contrepoint au pharaonique projet d’Indig?nes (voir notre article), le court-m?trage L’ami Yabon (t?l?chargeable ici) du r?alisateur Rachid Bouchareb, l’est ? plusieurs points de vue : par la dur?e ?videmment, le style (le r?alisme ?pique de la reconstitution d’?poque contre la stylisation —noir et blanc, muet— que permet l’animation), mais aussi la tonalit?.
Alors qu’Indig?nes s’attache ? glorifier de mani?re consensuelle l’h?ro?sme des tirailleurs africains, L’ami Yabon revient sur l’un des ?pisodes les plus honteux de l’histoire de l’arm?e fran?aise : la r?pression sanglante, le 1er d?cembre 1944, d’une mutinerie de tirailleurs s?n?galais r?clamant le paiement de leurs arri?r?s de soldes ; un ?pisode d?j? port? ? l’?cran par le r?alisateur —et lui-m?me ex-tirailleur— Semb?ne Ousmane (voir cette interview ? l’occasion d’une r?trospective), avec Camp de Thiaroye (1987).
Mais l’ambition historique et p?dagogique, elle, est commune aux deux projets. Elle se manifeste ici, en l’occurrence, par un site tr?s bien fait, qui outre le t?l?chargement du court-m?trage dans son int?gralit?, propose quelques ?claircissements historiques et le storyboard du film. Occasion d’amorcer, apr?s avoir resitu? l’?pisode dans son contexte et ?voqu? l’histoire des troupes coloniales, un travail sur la repr?sentation du tirailleur s?n?galais, par exemple en ECJS.
On attirera notamment l’attention des ?l?ves sur le choix esth?tique du noir et blanc, qui s’oppose ? l’image tr?s color?e (voir illustrations) du "tirailleur Banania", marque dont le slogan a donn? son titre au film. Et on pourra ?tudier avec eux l’histoire de ce st?r?otype raciste qui rendait furieux L?opold S?dar Senghor (criant sa rage de ne pouvoir "d?chirer les rires Banania sur tous les murs de France") : sur le site tr?s (trop) neutre du mus?e de la publicit?, et sur le site associatif grioo.com, qui milite contre la r?cente r?introduction du personnage (abandonn? dans les ann?es 80) dans les publicit?s Banania.
De 1915 ? nos jours l’analyse est implacable : le choix du personnage du tirailleur (avec son exotisme bon enfant et ses connotations racistes : le noir un grand enfant na?f mais plein d’?nergie), sa stylisation dans les repr?sentations successives (code couleur, traits du visage), etc.
Pour ?tayer l'analyse, ce passionnant Travail interdisciplinaire autour de l’esclavage mis en ligne par le Quai des Images, propose autour de th?mes comme "La place du Noir dans l'imaginaire occidental" et "La chanson coloniale : un concentr? de st?r?otypes" de tr?s nombreuses illustrations, textuelles, visuelles et sonores.
Quant ? la p?tition en ligne ("Non au retour de Banania"), on verra dans les commentaires laiss?s sur ce blog qu'elle ne fait pas l'unanimit?. Nombreux sont ceux qui contestant l'accusation de racisme soulignent au contraire la dimension positive du personnage du tirailleur Banania, et regrettent l'aseptisation progressive des repr?sentations. Un d?bat ? rapprocher de celui sur la censure par Warner des repr?sentations racistes dans la r??dition des courts-m?trages de Tex Avery, ?voqu? ici et d?velopp? sur le site Cinehig.

[Illustrations : rough pr?paratoire de Franck Lecavorsin pour L'ami Yabon / Publicit? Banania 1936, d'apr?s Georges Elisabeth]


Posté dans Sur le web par le 01.11.08 à 21:01 - 2 commentaires

Mondovino : la mondialisation dans un verre

Quelle introduction ? la mondialisation en Terminale et en Troisi?me ? se demandait-on r?cemment sur la liste H-Fran?ais. Privil?giant les ?tudes de cas, la synth?se tient du catalogue ? la Pr?vert : au gr? des articles, sites internet ou reportages cit?s on pourra ?tudier le parcours international, au choix, d'un jean, d'un pot de yaourt ou d'un baril de p?trole…
Profitant de la sortie en DVD du film de Jonathan Nossiter (version cin?ma et en version "s?rie" de 10 x 1 h), Jean-Pierre Meyniac et Vincent Bocquet proposent eux d'?tudier le ph?nom?ne ? travers la vision frappante qu'en donne Mondovino, du moins certains extraits (luxe que permet le DVD). Comment une m?me mono-culture peut-elle g?n?rer des paysages si diff?rents (vignobles bourguignon, languedocien, californien) ? Qu'est-ce qu'un flying winemaker ? Qu'y-a-t-il de commun entre un petit producteur bourguignon, un grand propri?taire et une multinationale du vin comme Mondavi ?
On pourra compl?ter cette approche par cette ?tude qui se penche sur les partis pris de mise en sc?ne de Nossiter, et notamment sur le traitement cin?matographique qu'il inflige ? certains de ses personnages (ainsi Patrick L?on, winemaker du Mouton Rotschild, film? flou en tr?s gros plan tandis qu'en arri?re-plan un employ? manque de tomber de son ?chelle) ; des portraits-charge que Nicolas Bauche et Gilles Fumey comparent aux Caract?res de La Bruy?re, livrant sur le site des Caf?s G?ographiques un avis plut?t s?v?re sur les th?ses du film : "Sur le fond de l’argumentation, Mondovino est un film d?cevant : en opposant les bons et les m?chants, on ne sort pas de la caricature. Certes, il se cr?? un go?t "mondial" du vin, mais est-ce emb?tant ? S’est-on demand? s’il s’?tait cr?? au 18e si?cle un go?t "mondial" du caf?, ce qui deux si?cles plus tard, n’a pas de sens, car cette boisson est consomm?e diff?remment selon les cultures : long dans les pays du Nord, il est "serr?" dans les pays de la M?diterran?e pourtant envahis par des touristes dont l’usage de la machine ? caf? multiplie les types de prise. Pour le vin, il semble bien qu’on s’achemine vers un go?t du vin qui corresponde aux palais plus sucr?s des jeunes g?n?rations mais sans pour autant compromettre le talent ni la volont? de faire, en dehors du commerce de masse, du vin qui ?tonne, qui surprenne et qui enchante."

Posté dans Sur le web par le 05.10.08 à 23:40 - 2 commentaires

Europa film treasures : la cin?math?que europ?enne en ligne

Quand on aborde le sujet du cin?ma via l'internet, c'est g?n?ralement pour parler d'argent et d'avenir : ? propos du juteux march? de la VOD (Video on demand), qui aiguise les app?tits, ou du "fl?au du piratage" qui menace les acteurs ?conomiques du secteur… C'est dire si l'initiative Europa Film Treasures tranche avec l'air ambiant : ici tout est gratuit (les vid?os sont en streaming) et l'on s'int?resse ? l'histoire voire ? la pr?histoire du cin?ma. Lanc? ? l'initiative de Serge Bromberg (dont la soci?t? Lobster Films est sp?cialis?e dans la restauration de films oubli?s) et r?unissant trente-sept fonds d'archives et cin?math?ques d'Europe, le site propose ? tout un chacun de d?couvrir les "incunables" du cin?ma mondial, sauv?s (on estime que plus de 70% des images tourn?es durant les cinquante premi?res ann?es du cin?ma sont d?finitivement perdues), restaur?s, sous-titr?s (en cinq langues) et remis en perspective (chaque extrait est accompagn? d'un petit livret) ? destination des internautes. "Tous les genres – et toutes les ?poques - sont ? l'affiche ! De la com?die ? la science-fiction, du western ? l'animation, de l'?rotique ? l'ethnologique, Europa Film Treasures est ? travers le profil de chaque archive qui en est le conservateur, un plongeon dans le patrimoine en mouvement de l'histoire culturelle et politique de l'Europe."
Il n'est possible pour l'instant que de rechercher et visionner le fonds, mais un "espace p?dagogique" et une rubrique "documentation" enrichiront tr?s bient?t l'offre d'European film treasures. A suivre attentivement, donc…?

> Le site Europa Film Treasures

Illus. : une image du film Der Magische G?rtel, Allemagne, 1917, The Imperial War Museum and Video Archive

Posté dans Sur le web par le 27.09.08 à 15:30 - Réagir

Un Secret : regards p?dagogiques crois

Deux dossiers p?dagogiques "pour le prix" d’un : les enseignants qui d?sirent travailler sur l’adaptation cin?matographique d’Un Secret (au cin?ma le 3 octobre), le court roman de Philippe Grimbert (Goncourt des Lyc?ens 2004) ne vont pas se plaindre… Ils disposeront en effet ? la fois :
— du dossier d’accompagnement r?alis? par Olivier Brunet pour Le Livre de Poche (envoy? sous format papier dans les ?tablissements d?but septembre, il est ?galement t?l?chargeable sur le site officiel du film)
— de celui con?u par Florence Sal? pour Z?rodeconduite.net (t?l?chargeable sur le site p?dagogique Un secret).
Si les deux dossiers se rejoignent ?videmment sur bien des points par les th?mes explor?s (la dimension autobiographique, la pr?sence de l’Histoire, le d?sir…) et les figures narratives analys?es (l’enchev?trement temporel dans le roman et le film, l’analyse du titre, le passage de la couleur et du noir et blanc), ils offrent chacun un parcours singulier (selon le mot de F. Sal?) dans les "for?ts de signes" que constituent le livre et le film.
Le dossier Z?rodeconduite se focalise sur trois axes forts (L’?criture du temps, L’?criture du secret, Les enjeux de l’?criture autobiographique) tandis que celui du Livre de Poche multiplie les entr?es (La narration, L’adaptation cin?matographique, le paratexte —titre, couverture, quatri?me de couverture—, "Les traumatismes enfouis", le d?sir, "Les actes fondateurs et leur relation ? la peur", L’?volution de Philippe/Fran?ois…), de mani?re plus impressionniste. L’int?r?t r?side ?galement dans les œuvres de r?f?rence convoqu?es par chacun des r?dacteurs, en fonction de leur lecture d'Un Secret : la bande dessin?e Maus d’Art Spiegelman ou, plus surprenant, Gaston Leroux (Le myst?re de la Chambre jaune) pour Olivier Brunet, Bruno Bettelheim et William Styron (Le choix de Sophie) pour Florence Sal?. Signalons enfin que le dossier du Livre de Poche propose en compl?ment d’int?ressants entretiens avec le r?alisateur Claude Miller et le romancier Philippe Grimbert.

Posté dans Sur le web par le 25.09.08 à 16:04 - 1 commentaire

new site