blog :::

: (18 articles)

La Guerre des boutons : le site p?dagogique

La Guerre des boutons

Pr?s de cent ans apr?s la parution de l'œuvre de Louis Pergaud (1912), cinquante ans apr?s l'immense succ?s du film d'Yves Robert, La Guerre des boutons retrouve une nouvelle jeunesse. Le r?alisateur Yann Samuell (Jeux d'enfants) a choisi de transposer l'action dans les ann?es 1960, avec en toile de fond la guerre d'Alg?rie, les guerres enfantines trouvant un ?cho plus dramatique dans celles des adultes. Soignant les r?les d'adultes (Eric Elmosnino, Alain Chabat, Mathilde Seigner…) autant que son exub?rante troupe d'enfants, il s'est efforc? de moderniser (notamment en cr?ant un beau personnage f?minin, Lanterne) l'action du roman tout en pr?servant la saveur rabelaisienne de la langue de Pergaud.

Z?rodeconduite.net a mis en ligne un site p?dagogique autour du film, qui comprend notamment un dossier p?dagogique destin? aux classes de Primaire (Cycle 2 : CE2-CM1-CM2), proposant de nombreuses activit?s (fiches-?l?ves ? l'appui) ? r?aliser avant et apr?s le visionnage du film :
Les enseignants de Fran?ais - Coll?ge pourront eux utiliser la publifiche ?dit?e par Gallimard autour du roman et de son adaptation.

La Guerre des boutons de Yann Samuell, au cin?ma le 14 septembre

> Le site p?dagogique Z?rodeconduite.net / Le dossier p?dagogique

> Ce dvd est disponible dans la boutique DVD.

Posté dans Sur le web par Zéro de conduite le 09.09.11 à 10:50 - 2 commentaires

Azur et Asmar

Nous avons pu d?j? pu dire ici (au moment du Festival de Cannes) tout le bien que nous pensions d'Azur et Asmar, la nouvelle r?alisation de Michel Ocelot, le p?re du c?l?brissime Kirikou : la splendeur inou?e de ses d?cors et de son animation, mise au service d'un r?cit qui puise avec intelligence dans un fonds mythologique et l?gendaire transm?diterran?en, et qui pr?che sans mi?vrerie pour des valeurs comme l'ouverture et la tol?rance.
Le film sort opportun?ment ? la veille des vacances de la Toussaint, ce qui devrait en faire (avec U de Gr?goire Solotareff et Serge Elissalde) la sortie familiale id?ale, ? m?me de ravir les enfants sans ennuyer leurs parents. Les enseignants devront eux attendre un peu, et pourront r?fl?chir ? loisir ? un travail p?dagogique gr?ce aux quelques ressources propos?es.
En partenariat avec l'?diteur Nathan (voir ce num?ro sp?cial du Journal des Instituteurs, qui recense ?galement les nombreuses parutions associ?es au film) le site officiel du film propose dans son Espace Enseignants des pistes p?dagogiques ? destination du primaire, adapt?es aux diff?rents cycles et enseignements.
Mais le film (? la diff?rence sans doute de U) peut tr?s bien donner lieu ? une lecture un peu plus ?labor?e au Coll?ge, en cinqui?me et en sixi?me, et dans plusieurs disciplines dont on pourra croiser les approches : en Arts Plastiques on pourra s'int?resser au travail de l'animation et aux nombreuses sources iconographiques du film (les arts d?coratifs arabo-andalous, les enluminures du Moyen-?ge, les tableaux du Douanier Rousseau), en Histoire ? l'?tude du monde musulman, en ECJS au message sur le racisme et la tol?rance, et bien s?r en Fran?ais sur le conte, ? la fois ? travers l'?tude des sch?mas narratifs et actantiels, et la r??criture des textes fondateurs (La Bible, Les mille et une nuits).
Certains de ces aspects sont d?velopp?s, sous la plume d'Anne Henriot, dans le dossier Cin?doc propos? par le CNDP :
Une intrigue ?labor?e / Un merveilleux teint? d'humour / L'aventure de l'alt?rit? / L'art du raffinement.

[Azur et Asmar de Michel Ocelot. 2004. Dur?e : 1 h 39. Distribution : Diaphana. Sortie le 25 octobre 2006]

Posté dans Dans les salles par zama le 25.10.10 à 20:56 - 3 commentaires

Azur et Asmar de Michel Ocelot

Pr?sent? dans le cadre de la Quinzaine des R?alisateurs, la derni?re animation de Michel Ocelot, Azur et Asmar, magistrale mise en tableaux, offre des possibilit?s d’exploitation p?dagogique aussi riches que vari?es.
Le graphisme en 3D r?pond au d?fi du r?alisme merveilleux, en donnant ? voir un trait g?om?trique qui pr?cise les contours et cr?e une ?l?gance dans le style, et qui respecte l’imaginaire en convoquant un v?ritable festival de couleurs.
Certes, si le film se r?f?re toujours autant ? la na?vet? du Douanier Rousseau, il emprunte aussi ses bleus et sa lumi?re ? Matisse. La recherche en Arts Plastiques peut porter sur quelques temps forts (les palmeraies aux troncs comme constell?s de pierreries, qui apparaissent telles un mirage ; le palais noir et blanc de la petite princesse dont les arcs et carrelages rappellent les palais de l’Alhambra, la salle des lumi?res, v?ritable mosqu?e des djinns….).
En chantant une v?ritable ode ? la culture musulmane (programme d’Histoire-G?ographie de 5?me), l’animation suscite ? certains plans une exclamation admirative, mais le sens de l’œuvre ne saurait se r?duire ? l’esth?tique. En plein d?bat sur l’immigration choisie, le film d’Ocelot est un intelligent plaidoyer pour le m?tissage, "le tiers instruit", sans aucun didactisme. Le film ?chappe constamment ? la binarit? du titre pour entrecroiser deux destins, ce que l’analyse pr?cise des sch?mas narratif et actantiel (programme de Fran?ais de 6?me) r?v?lera. Quant au message de tol?rance, il pourra ?tre ?voqu? au d?tour de l'analyse de l’apologue (qui dispara?t des programmes de Premi?re en Lettres, mais peut se retrouver ? travers l’?tude des Contes de Perrault illustr?s par Gustave Dor?, au programme des Terminales litt?raires —on notera au passage, le costume de Prince d’Azur qui n’est pas sans rappeler celui de Jean Marais dans le Peau d’?ne de Demy—).
Michel Ocelot offre donc ? Kirikou, une descendance digne du petit personnage, en explorant l’exotisme ?ternel de contr?es lointaines, et en nous "invitant au voyage" (voir cette interview r?alis?e pendant la production du film.)

Posté dans Festival de Cannes par comtessa le 23.05.10 à 14:21 - 14 commentaires

new site