blog :::

: (54 articles)

Festival Cin?-Allemand 2009

Festival du Cin?ma Allemand

Entre les ?lections f?d?rales et les vingt-ans du "Mur", l'Allemagne a actuellement les honneurs de l'actualit?. Raison de plus pour d?couvrir une nouvelle cuv?e de cin?ma germanique avec la 14?me ?dition du Festival du Cin?ma Allemand. Les s?lectionneurs ayant privil?gi? des films totalement in?dits pour les faire d?couvrir au public parisien et aux distributeurs fran?ais, il s'av?re difficile de mettre en exergue un film plut?t qu'un autre ; on attend tout de m?me avec curiosit? le film de cl?ture, La R?v?lation (Sturm) de Hans-Christian Schmid, tr?s remarqu? au dernier Festival de Berlin, et Allemagne 09, film collectif (Dani Levy, Fatih Akin, Dominik Graf, Hans Weingartner, Tom Tykwer, Wolfgang Becker, Christoph Hochh?usler…) qui dresse un panorama cin?matographique de l’Allemagne contemporaine. Les intr?pides pourront ?galement s'embarquer pour les six heures et quelques de Passage Sud-Est (S?dostpassage) lors de la Nuit du cin?ma allemand. Ce documentaire d'Ulrike Ottinger nous m?ne ? travers l’Europe de l’Est, jusqu’aux "nouvelles taches blanches de la carte de l’Europe, en Bulgarie, en Slovaquie … ", jusqu'? Odessa et Istanbul, suivant "les anciennes voies de transit et de commerce ? travers les empires d?chus de l’Europe du Sud-Est." Vingti?me anniversaire de sa chute oblige, le Mur sera ?galement bien pr?sent ? travers la section "Le Mur en doc" qui propose deux documentaires in?dits (voir cette s?rie de liens propos? par l'historien suisse Lyonel Kaufmann sur son blog).

Autre mani?re de c?l?brer cet anniversaire, l'Ina.fr propose un grand concours en partenariat avec le site Dailymotion? : Berlin remix. Il s'agit de "r?aliser un nouveau montage autour du mur, de la ville et de la vie berlinoise" ? partir d'une vingtaine de vid?os s?lectionn?es par l'Ina (voire d'archives personnelles). "Remixer l'histoire" ? Les puristes appr?cieront.

Festival du Cin?ma Allemand, du 30/09 au 6/10 au cin?ma L'Arlequin (Paris 6?me)

Posté dans Evènements par Zéro de conduite le 30.09.09 à 12:59 - Réagir

Le retour du juif S?ss

Pour l'immense majorit? d'entre nous, le film Le Juif S?ss n'a jamais ?t? qu'une r?f?rence dans les manuels d'histoire, un des hideux symboles de la propagande antis?mite nazie. Command? par Joseph Goebbels au r?alisateur Veit Harlan, il avait clairement pour but de v?hiculer en direction des masses les st?r?otypes sur les juifs, ainsi que l'explique Lionel Richard dans cet article du Monde Diplomatique : "Le film d?marre en novembre 1938, ? un moment o? le minist?re de la propagande donne des directives aux firmes de cin?ma pour encourager les sc?narios antis?mites. La menace d’extermination de "la race juive" est lanc?e publiquement par Hitler le 30 janvier 1939. (…) Il fut pr?sent? en premi?re mondiale le 5 septembre 1940 ? la Biennale de Venise. (…) Dans la seule Allemagne, o? les projections furent souvent accompagn?es du hurlement ? Mort aux juifs ! ?, le nombre de spectateurs atteignit rapidement plus de 20 millions. Il fut diffus? dans tous les pays europ?ens occup?s. Heinrich Himmler le trouvait si convaincant que, le 30 septembre 1940, il signa une ordonnance contraignant tous les membres de la SS et de la police ? le voir "dans le courant de l’hiver"."
Les progr?s techniques de la soci?t? de l'information aidant, le film de Veit Harlan, qui a longtemps dormi dans les archives des cin?math?ques, est, ou a ?t? bri?vement, de nouveau visible et par un public potentiellement plus large que celui qu'il avait rassembl? ? sa sortie en 1942. Post? sur le site de partage de vid?os Youtube, il a ?t? retir? apr?s les protestations du Conseil Central juif d'Allemagne, comme l'explique le journaliste Daniel Schneiderman sur son blog. Celui-ci raconte ?galement avoir visionn? (avant son retrait d?finitif du site) le d?but du film, qui lui a donn? "plut?t envie de voir la suite", et s'?tre pos? ? l'issue de ce visionnage de "torturantes questions" sur l'accompagnement possible de cette vid?o, pour sortir de l'aporie entre libert? totale et interdiction pure et simple : "Faut-il obliger les spectateurs potentiels ? lire un texte avant le visionnage ? Mais dans quelle langue ? Et comment s’assurer qu’ils l’auront lu ? Faut-il faire une interrogation ? la fin de la lecture ? Faut-il, peut-on, trouver un autre syst?me, qui permette de concilier l’acc?s ? l’information, et la lutte contre les propagandes racistes de tous ordres ?"
Il n'est en tout cas pas fortuit que ce soit le cas du Juif S?ss qu'aient majoritairement retenu les commentateurs, parmi les dizaines de vid?os et de clips de propagande n?o-nazie dont la mise en ligne avait ?t? d?nonc?e par le Conseil juif d'Allemagne : si la condamnation et l'interdiction de ceux-ci ne font pas d?bat, le cas du film de Veit Harlan est plus ambigu. Est-ce le prestige de l'art (aux dires des historiens du cin?ma, Veit Harlan ne manquait pas de talent) m?me mis au service d'une cause abjecte, Le Ju?f S?ss b?n?ficiant de son aura de "vieux film", de "classique" (dont on doute qu'il puisse la jeunesse, au moment o? le noir et blanc est cens? faire fuir le grand public) ? Est-ce la fascination intellectuelle et esth?tique pour les proc?d?s de la propagande ? Ou bien l'excitation, comme l'a ressenti Daniel Schneiderman, "d’avoir un acc?s direct ? un document historique" ?
On peut d'ailleurs interroger cette derni?re explication, auquel chacun pourra s'identifier. Qu'est cens?e nous apporter la vision directe d'un film par ailleurs longuement racont?, expliqu?, d?crypt? dans de nombreux livres d'histoire, notamment celui de Claude Singer ("Le Juif S?ss et la propagande nazie. L'Histoire confisqu?e") ? O? s'arr?te la libido sciendi de l'historien et o? commence une fascination trouble pour le mal ?

Posté dans Débats par zama le 10.09.09 à 00:27 - 12 commentaires

Le Ruban blanc : Palme d'Or? et Prix de l'Education Nationale

Le Ruban blanc

Comme en 2007 (4 mois, 3 semaines et 2 jours) et en 2005 (Elephant de Gus Van Sant), le jury de l'Education Nationale aura pr?c?d? celui, plus m?diatique, pr?sid? par Isabelle Huppert : Le Ruban blanc de Michael Haneke, ?vocation gla?ante des pr?misses du nazisme, a remport? dans la soir?e de dimanche la Palme d'Or, quelques heures apr?s s'?tre vu d?cerner le Prix de l'Education Nationale. Dans les deux cas, on ne pourra que saluer ce choix : Le Ruban blanc est une œuvre dont l'extraordinaire ma?trise formelle est mise au service d'une r?flexion (historique, philosophique) exigeante ; signe qui ne trompe pas, il aura durablement hant? nos r?tines au cours d'un festival o? traditionnellement un film chasse l'autre.
On ne commentera pas plus le palmar?s officiel, sinon pour regretter deux absences de choix, comme celles des superbes films de Marco Bellochio (Vincere) et Elia Suleiman (Le temps qui reste). Pour le reste, alors que Looking for Eric de Ken Loach est sur les ?crans depuis hier, on signalera la traditionnelle reprise des s?lections parall?les : Un certain Regard au Reflet Medicis du 27 mai au 2 juin, La Quinzaine des R?alisateurs au Forum des Images du 27 mai au 6 juin, (mais ?galement ? Marseille, Milan, Rome et Bruxelles) et la Semaine de la critique ? la Cin?math?que Fran?aise du 4 au 7 juin.

Le Ruban Blanc sortira au cin?ma le 21 octobre prochain (voir le site du distributeur). L'?tude de la ma?trise formelle (esth?tique, narrative) du cin?aste, les liens avec son œuvre ant?rieure, les r?f?rences ? l'histoire du cin?ma (les ex?g?tes ont cit? les grands ma?tres comme Bergman, Dreyer, Visconti, on a pour notre part fortement pens? ? une s?rie B de science-fiction, Le village des damn?s), devraient faire le miel des options cin?ma des lyc?es, auxquels s'adresse en priorit? le Prix de l'Education Nationale. Au-del?, on ne saurait trop le conseiller aux professeurs du lyc?e, qu'ils enseignent l'allemand, l'histoire ou la philosophie. On attend en tout cas avec impatience le traditionnel DVD-DVD-Rom ?dit? par le CRDP de Nice, qui viendra enrichir une remarquable collection aujourd'hui propos?e en coffret (qui regroupe Elephant, La Vie est un miracle, Cin?ma, aspirines et vautours, Marie Antoinette, et 4 mois 3 semaines 2 jours).

?

Posté par Zéro de conduite le 28.05.09 à 15:45 - 1 commentaire

Le Ruban blanc : le village des damn

Le Ruban blanc

Malgr? sa facture classique de film en costumes, son rythme et son atmosph?re paisibles, le noir et blanc qui lui conf?re un charme surann?, le nouveau film de Michael Haneke est parcouru de bout en bout par une tension permanente qui confine ? l'hallucinatoire.
Le Ruban blanc est d'abord un film historique, qui lorgne du c?t? des Damn?s de Visconti (1969), par la peinture r?aliste d'un village allemand en 1913, par sa mise en sc?ne d'une rigide hi?rarchie sociale : du sommet (un baron quasi f?odal mais aussi "?clair?") jusqu'? la base de la pyramide (la masse soumise des paysans), en passant par les corps interm?diaires bourgeois (r?gisseur, pasteur, m?decin instituteur). A travers la figure d'un fils de paysan qui se rebelle contre une aristocratie en fin de course, Michael Haneke montre l'?mergence de la lutte des classes. Mais il d?nonce aussi et surtout l'incapacit? des figures tut?laires, morale (le pasteur) comme scientifique (le m?decin) ? ?duquer l'humain ? l'humain. Le film appuie particuli?rement sur la pr?sence abusive des p?res, corrolaire de l'absence des m?res, (mortes ?peut-?tre asassin?e?, d?laiss?es ou bafou?es). Le tableau est d'une pr?cision sans fioritures, qui confine parfois ? la froideur ; mais derri?re cette transparence, surgit le fantastique.
Car Le Ruban blanc ?voque aussi Le Village des damn?s (1960), ce film de science-fiction britannique, qui montrait l'?closion surnaturelle d'une terrifiante colonie de petits blonds aux yeux bleus. A l'inverse de certains des films pr?c?dents de Haneke, la terreur reste toujours ici "cach?e" : la mort voil?e d'une m?re, l'inceste d?guis? en per?age d'oreille, des coups de verge derri?re une porte. Si le film cherche ? deviner les sources du fascisme ? travers ces enfants (les futurs adultes de l'Allemagne nazie), pervers polymorphes, dont la rigueur protestante fait cro?tre la cruaut?, il sugg?re un monde sans amour ni innocence, perverti par la conscience d'une mort in?luctable, un monde o? trop de Dieu tue l'id?e m?me de sacr?, o? un enfant peut vouloir se suicider, o? des enfants peuvent en torturer d'autres.
Le titre qui renvoie au signe de l'innocence, montre que le seul ? deviner l'horreur, l'instituteur, voix-off cr?pusculaire, est vou? au silence par le pasteur, qui dans sa s?v?rit? ? ch?tier le Mal s'aveugle sur ses enfants. Mais l'instituteur deviendra tailleur apr?s la premi?re Guerre Mondiale, abdiquant son pouvoir d'?ducation.
On sort de ce film litt?ralement hant?, parce qu'en retra?ant une ?poque, il distille une atmosph?re de cauchemar.

Le Ruban blanc de Michael Haneke, Autriche, 2009, S?lection Officielle

Posté par comtessa le 22.05.09 à 15:53 - 28 commentaires

Quatre Minutes : le site p?dagogique

V?ritable thriller psychologique, Quatre Minutes (Vier Minuten) de Chris Kraus raconte la confrontation entre Traude Kr?ger, vieille professeur de musique qui enseigne ? des d?tenues, et une jeune d?linquante, Jenny, qui va se r?v?ler une musicienne prodige.
Port?e par une mise en sc?ne dynamique et le charisme de ses deux interpr?tes, Quatre minutes (qui sort en salles le 16 janvier) est l’occasion d’aborder en classe d’allemand l’un des aspects majeurs de la culture austro-germanique, qui est pourtant rarement trait? en classe : le g?nie musical. C’est pourquoi Z?rodeconduite.net lui consacre, en partenariat avec le Goethe Institut et le magazine Vocable, son nouveau site p?dagogique. Celui-ci propose un dossier p?dagogique r?alis? par un enseignant, qui propose de sensibiliser les ?l?ves ? la culture musicale allemande ? travers le parcours des deux h?ro?nes du film. Les enseignants pourront ?galement t?l?charger le suppl?ment Cin?-V.O. ?dit? par le magazine Vocable, qui propose, ? destination des ?l?ves et apprenants, une s?rie d’articles et de br?ves tir?s de la presse allemande.

> Le site p?dagogique Z?rodeconduite.net/Quatre Minutes
> Quatre minutes de Chris Kraus. Au cin?ma le 16 Janvier.

Posté dans L'agenda par Zéro de conduite le 21.12.08 à 17:35 - 2 commentaires

new site