blog :::

Apocalypse, les images d'archive et la couleur : le d?bat

Apocalypse

L’Histoire reste un mat?riau d?licat ? manier aux heures de grande ?coute. Un an apr?s la pol?mique autour du t?l?film L'Evasion de Louis XVI l'ann?e derni?re (voir sur les ?l?ments du d?bat sur Clioweb), une cr?ation estampill?e ? service public audiovisuel ? fait ? nouveau d?bat chez les historiens. Apocalypse, la s?rie documentaire en six parties, plebiscit?e par la presse (? France 2 ? hauteur de la BBC ?, ? Un grand moment pour le service public ?) et les t?lespectateurs (si l’on en croit les chiffres d’audience), n’en pose pas moins de nombreuses questions sur l’utilisation des images d’archive. L’hebdomadaire T?l?rama consacre un article tr?s fouill? au ? d?bat ?. Mobilisant historiens et philosophes, il s’interroge sur le danger qu’il y a extraire les archives de leur contexte (absence ou erreur de l?gende, voire d?tournement pur et simple) pour leur donner un r?le purement illustratif, et ? les manipuler (colorisation mais aussi sonorisation, mise au format 16/9 et recadrage) pour les ? conformer aux modalit?s de la perception actuelle ? (Laurent Veray, auteur de La Grande guerre au cin?ma). Il confronte leur point de vue ? celui des auteurs du documentaire :
? Pionniers en la mati?re, les r?alisateurs Daniel Costelle et Isabelle Clarke affirment que ce traitement de l’image vise moins ? s?duire qu’? se rapprocher du r?el, n’h?sitant pas ? qualifier le noir et blanc d’? amputation ? et pr?f?rant au terme de ? colorisation ? celui de ? restitution des couleurs ? ! ? Les ?v?nements ont ?t? v?cus en couleurs, rappelle le ? restitueur de couleurs ? Fran?ois Montpellier, qui travaille avec eux depuis Les Ailes des h?ros (en 2003). S’ils nous ont ?t? transmis en noir et blanc, c’est uniquement pour des raisons d’insuffisance technique… que l’on est aujourd’hui capable de corriger ! ? Une telle confusion entre le r?el et l’archive, l’histoire et ses repr?sentations, se double dans Apocalypse, d’Isabelle Clarke, d’une volont? revendiqu?e de r?activer l’impact ?motionnel des ?v?nements eux-m?mes. ? La couleur rend une proximit? ? des images qui peuvent sembler tr?s lointaines ? des jeunes ?, explique Louis Vaudeville, qui a produit cette s?rie dont France 2 diffuse mardi 22 les deux derniers volets. Mais chercher ? rendre proche ce qui est lointain en le conformant aux standards du flux t?l?visuel, c’est aussi sacrifier au ? pr?sentisme ? d?nonc? par l’historien Fran?ois Hartog dans R?gimes d'historicit?. Pr?sentisme et exp?rience du temps (Le Seuil, 2003) – cette propension tr?s actuelle ? rapprocher l’hier de l’aujourd’hui. ?
On pourra prolonger la r?flexion avec cet article de Teledoc qui analysait (sous la plume de Laurent Juiller, historien du cin?ma) un autre de ces ? n?o-documentaires ?, 14-18, le bruit et la fureur de Jean-Fran?ois Delassus (diffus? en novembre 2008), convoquant notamment le concept de ? degr? d’iconicit? ?. ? Ajouter de la couleur et du son ? des plans en noir et blanc muets fera donc logiquement augmenter cette impression de r?alit?, car l’image ainsi enrichie ressemblera davantage au monde r?el. Pour le dire avec les mots ad?quats, cet ajout provoquera une hausse du ? degr? d’iconicit? ?, concept forg? par le pragmaticien am?ricain Charles Morris (1901-1979) dans son livre de 1946 Signs, language and behavior, et popularis? en France (au moins dans le champ acad?mique) par Abraham Moles (1920-1992) dans sa Th?orie de l’information et perception esth?tique (1973). Plus le degr? d’iconicit? d’une image est ?lev?, plus son spectateur a tendance ? voir en elle une fen?tre ouverte sur un monde ? contempler ? travers elle (on parle alors, en pragmatique et en s?miotique, de seeing through : ? voir ? travers ?).?

Apocalypse, La seconde guerre mondiale, le site officiel
"Les images d'archive peuvent-elles mentir ?" sur Telerama.fr
"Images fen?tres ou images d'images" sur Teledoc

Posté dans Débats par Zéro de conduite le 18.09.09 à 17:24

Commentaires

De Nicolas, posté le 29.10.11 à 13:29

On peut faire tous les reproches que l'on veut ?"APOCALYPSE" mais l'important reste que l'on n'oublie pas et surtout que l'on comprenne ce qui a plong? le monde dans l?infamie. Jean Ferrat disait "je twisterai les mots s'il fallait les twister pour qu'un jour les enfants saches qui vous ?tiez", alors oui, j'ai regard? ce documentaire avec la m?me gourmandise qu'un bon film mais j'ai mieux compris cette sombre partie de notre histoire. Je pense que peu importe l'art et la mani?re, APOCALYPSE met ? la port? de tous le souvenir et finalement c'est cela le pus important.
De olivier, posté le 18.11.11 à 12:18

La seule pr?sentation d'Apocalypse(ou maintenant, d'Apocalypse Hitler) par leurs cr?ateurs sent d?j? l'arnaque. Tout ce cin?ma autours des techniques sens?ment scientifiques de mise au go?t du jour, ce serait ? pleurer de rire s'il ne s'agissait pas de l'histoire ?ternelle des dictatures et de leurs syst?mes avilissants. Alors apr?s cette mise en bouche foireuse, que reste-t-il du documentaire?

Des images dont on se sert comme faux intervenants dans un d?bat bidonn?? Non, d?sol? Zaza et Dan, des images il ne me reste rien. Heureusement, le texte est l? qui m'a permis d'apprendre plein de choses en dehors des grandes lignes.(Encore que par bien des aspects, il me semble que certaines approches me semblent plus directives que relevant

du d?sir d'objectivit?; mais n'?tant pas fort en Histoire, je ne verrais ici que mes propres faiblesses). Donc, point n'est besoin de venir se donner des grands airs ? la t?loche pour justifier son envie de faire joujou avec la bo?te ? peinture; il aurait suffit de pr?senter tout ?a simplement. D'ailleurs, la pr?tendue envie de se rapprocher du r?el est caduque du fait m?me de passer d'un format "carr?" d'?poque (4/3 ou autre) ? un format 16/9 qui ampute r?ellement les images. La seule conclusion que j'en tire est qu'il s'agit avant tout d'une op?ration commerciale visant ? faire monter l'Audimat en faisant un spectacle d'une trag?die bien r?elle, qui n'a d'ailleurs pas commencer avec les nazis et qui ne s'est pas arr?ter avec eux.

PS : Pour le prochain doc, je propose qu'on se serve des tableaux du 19e si?cle pour r??crire la vie de Napol?on mise au go?t du jour.

A part ?a, j'ai trouv? l'id?e pas mal.



PPS: A Nicolas.

Non, pas "peu importe l'art et la mani?re". Sinon, on peut r?inventer l'Histoire tant qu'on y est, du moment que c'est beau ou plaisant, mais surtout pas trop dur ? comprendre; en gros, dire aux gens ce qu'ils ont envie d'entendre.

new site