blog :::

Sin nombre : Sud-Nord? et retour

Sin nombreCes derni?res ann?es le cin?ma am?ricain a abondamment scrut? sa fronti?re m?ridionale, et mis en sc?ne les flux licites (marchandises) et illicites (drogue, immigr?s) qui la traversent. L’originalit? de Sin nombre du jeune r?alisateur Cary Joji Fukunaga est de porter son regard un peu plus loin, jusqu’au cœur de l’Am?rique centrale o? l’attraction et l’influence des Etats-Unis ne se font pas moins sentir qu'? leurs portes.
Sin nombre fait se croiser les destins d’une famille hondurienne qui va tenter de rejoindre le nord ? bord (ou plut?t sur le toit) d’un train de marchandises, et de deux jeunes mareros (membres d'une mara, un gang)?: Casper qui va se mettre au ban du groupe, au p?ril de sa vie, et le tout jeune Mickey qui cherche lui ? s’y faire accepter.
La plus grande qualit? du film est le brio avec lequel le sc?nario entrem?le les itin?raires de ces diff?rents personnages, et m?lange les registres fictionnel (la traque, l’histoire d’amour) et documentaire. En suivant les candidats ? l’exil sur toute la longueur du trajet, en montrant les avanies qu’ils subissent (pourchass?s par la police et les douanes, rackett?s par les mareros) et les dangers qu’ils courent, le film donne une vision terriblement concr?te d’un processus dont on ne consid?re g?n?ralement que l’aboutissement (comme Costa Gavras l’a fait, de mani?re plus symbolique, avec Eden ? l'Ouest). La peinture du monde cod? et ultraviolent des maras semble en comparaison plus conventionnelle : comme si l’utilisation de codes visuels et de sch?mas narratifs tr?s balis?s par le cin?ma et la t?l?vision am?ricaine d?r?alisait un ph?nom?ne dont le documentaire La vida loca (dont le r?alisateur, Christian Poveda, est mort assassin? peu apr?s le tournage)?avait donn? un aper?u saisissant.
Sin nombre montre ainsi de mani?re frappante les interconnexions entre Nord riche et Suds pauvres?: le flux des clandestins venus de toute l’Am?rique centrale pour se heurter ? la porte ?troite de la fronti?re ?tatsunienne?; mais aussi, dans l’autre sens, la destabilisation des soci?t?s d’Am?rique centrale par ces ph?nom?nes d’allers et retours.
Les maras ne sont ainsi que l’exportation, via notamment les immigr?s expuls?s en masse depuis les ann?es 80, d’une forme de d?linquance proprement am?ricaine (les deux principales maras sont n?es ? Los Angeles), comme le d?notent les surnoms (Casper, Mickey) que se donnent les mareros, tout empreints de culture am?ricaine.
Si la violence du film le rend difficilement exploitable en tant que tel en classe, on pourra donc n?anmoins le signaler aux ?l?ves de Seconde et de Terminale dans le cadre de leur programme de G?ographie.

[MAJ 03/11/2009] A voir ?galement le bel article de Betrand Pleven sur le site des Caf?s G?ographiques

[Sin nombre de Cary Joji Fukunaga. 2008. Dur?e?: 1 h 36. Sortie le 25 octobre. Distribution?: Diaphana]

Posté dans Dans les salles par zama le 26.10.11 à 15:57

Commentaires

De madie, posté le 03.11.09 à 17:56

tr?s d?cevant, un film manipulateur et "efficace", une histoire un peu clich? auquel on a du mal a croire.
De berlioz, posté le 14.11.09 à 02:51

Il a les d?fauts d'une fiction, et il manque de recul dans sa dichotomie du mal. Pas de milieu, les membres du gang n'ont rien pour les sauver de leur cruaut?, ? se demander comment le jeune h?ros a pu s'y fourrer.

Il en reste pas moins efficace comme tu le dis Madie. Il y a un tr?s bon travail d'?criture, le rythme est bon. Et malheureusement, m?me si des milliers de films ne changeront rien, il d?peint toujours une r?alit? qui est dure ? accepter, ? savoir les in?galit?s nord sud et l'eldorado que repr?sente les pays profiteurs. On d?couvre un long voyage beau en paysages mais qui cache bien de souffrances.

Et il est un tr?s bon contre-point au documentaire de Christian Poveda.

new site