blog :::

L'Usine des films amateurs : l'utopie de Michel Gondry

L'Usine de films amateurs

Qu'est-ce qui peut pousser un des cin?astes les plus courtis?s du moment (il vient de sortir The Green hornet, blockbuster de superh?ros) ? passer plusieurs mois de sa vie ? faire tourner ? des groupes d'amateurs des films que personne (sinon eux) ne verra jamais, pour la seule beaut? du geste et — surtout — la rigolade des participants ?
C?l?br? par le Centre Pompidou qui lui a consacr? une r?trospective quasi exhaustive (courts-m?trages, clips, pubs, et tous ses longs-m?trages), et lui a offert une "carte blanche", Michel Gondry, le r?alisateur de Eternal sunshine of the spotless mind ou La Science des r?ves, y a surtout vu l'occasion de donner corps ? son vieux r?ve d'"Usine de films amateurs" : un mini-studio de cin?ma avec ses d?cors (rue, for?t, caf?, terrain vague…) o? des groupes de huit ? seize personnes viennent bricoler en trois heures montre en main un petit film selon la technique du tourn?-mont?.? Un syst?me r?gi par un protocole assez strict mais dont le seul but est de "permettre ? tous de participer et de s'amuser ?quitablement" : chaque d?cision est prise ? la majorit?, chacun doit appara?tre au moins une fois dans le film, un seul dvd est distribu? ? la fin afin que les participants gardent contact, etc.

Au moment de la sortie de Soyez sympas, rembobinez (Be kind rewind), on avait pu penser ? un gimmick comique (les films "su?d?s" par les comp?res Jack Black et Mos Def), d'ailleurs rapidement r?cup?r? par un marketing malin ("toi aussi r?alise ton film su?d?…") : mais cette id?e de films fabriqu?s en groupe avec les moyens du bord (dans Be kind rewind c'est tout un quartier qui se lance dans un biopic de la c?l?brit? locale, le jazzman Fats Waller) est un vieux r?ve de Michel Gondry ; un r?ve qui s'est pr?cis? et structur? au fil des ann?es, avant que la notori?t? acquise sur les plateaux de cin?ma ne lui permette d'en lancer la concr?tisation. Le r?alisateur raconte longuement cette gen?se dans le programme de l'Usine : dans ce (tr?s beau) texte, ce r?veur que l'on imaginait solitaire s'y r?v?le obs?d? par l'id?e de communaut?, "la notion d'appartenance, la chaleur, le groupe, la protection". Il y d?crit comment sa r?flexion sur le fonctionnement ultra-hi?rarchis? d'un plateau de cin?ma ou le caract?re socialement exclusif des milieux artistiques, l'ont conduit ? imaginer cette utopie d'un "syst?me auto-suffisant permettant ? un groupe de produire son propre divertissement"…

Du fait de ses origines versaillaises et son exil am?ricain, son parcours brillant dans l'industrie musicale puis cin?matographique, son univers po?tique et farfelu, Michel Gondry a tout sauf l'image d'un r?alisateur engag?. En sortant de l'Usine des films amateurs, qui bruisse depuis plus d'un mois d'une concentration silencieuse et de bruyants ?clats de rire, on a pourtant le sentiment d'avoir assist? ? l'un des projets de cin?ma les plus authentiquement politiques du moment : tant les valeurs qu'il met concr?tement en œuvre (la gratuit? —? tous les sens du terme—, l'autogestion, la mixit? sociale) sont aux antipodes de celles qui dominent nos soci?t?s actuelles (mercantilisme, consum?risme, individualisme, etc.).

Les enseignants et ?ducateurs pourront se r?crier devant certains aspects du projet, comme sa dimension h?doniste (il s'agit avant tout de prendre du plaisir ensemble) et son corrolaire, son absence revendiqu?e de pr?tention p?dagogique (on n'est pas l? pour apprendre ? faire du cin?ma). Mais il y a sans doute beaucoup d'id?es ? puiser dans ce protocole, d'ailleurs d?j? test? par Gondry en live en banlieue parisienne : le choix d'un genre et d'un titre comme d?clencheur (ils permettent de d?lier les langues et de lib?rer les imaginaires), la grille de sc?nario simple et efficace, le principe de tourner-monter sans jamais revenir en arri?re ("la perfection est votre ennemie !" dixit Gondry), la contrainte du temps et la "carotte" de la projection finale, et surtout ce fonctionnement d?mocratique qui permet ? chacun de prendre du plaisir et d'exprimer sa cr?ativit?…

L'Usine des films amateurs, jusqu'au 28 mars au Centre Pompidou (prolongations ou reprise ?ventuelle, se renseigner aupr?s du Centre)

Pour aller plus loin :
> Michel Gondry interview? par Michel Ciment (Projection priv?e sur France Culture)
> Soyez sympa, rembobinez sur Z?rodeconduite.net
+ Voir (prochainement) l'interview de Michel Gondry sur Cin?lyc?e.fr

Posté dans Evènements par Zéro de conduite le 22.03.11 à 19:38

Commentaires

De lila, posté le 24.03.11 à 19:19

en plus d'?tre un cr?ateur g?nial, Gondry est un type extr?mement attachant et sympathique. Merci et bravo !
De g.rhum, posté le 05.04.11 à 12:18

Pourquoi ne pas tenter de faire tourner ce projet en Province (r?gion Lorraine : Nancy ou Metz entre autres) ?

J'avais r?v? pouvoir "monter" ? Paris et participer ? cette exp?rience, mais tout ?tait complet (j'ai appris tr?s tardivement l'existence de ce projet).

Il me semble important que nos r?gions puissent ?galement d?velopper des id?es qui sont aux "antipodes de celles qui dominent nos soci?t?s actuelles (mercantilisme, consum?risme, individualisme, etc.)"

Certes, je peux comprendre qu'une installation de ce type demande de l'espace et beaucoup de temps. On essaie de d?velopper la culture en Province (et c'est un succ?s avec le Centre Pompidou-Metz), alors pourquoi ne pas r?ver d'une exp?rience de ce type en Province.

L'Usine de films amateurs : une utopie dans les r?gions ?
De Axel, posté le 05.04.11 à 12:56

Cr?er un espace de cr?ativit? cin?matographique pour tous, voil? une id?e ? p?renniser. Le concept a eu du succ?s; demandons ? Michel Gondry de le pousuivre. Envoyons lui des encouragements via sa soci?t? de production Partizan-film.

new site