blog :::

Wadjda : la gamine au v?lo

Wadjda

?"Le premier film de l'histoire du cin?ma saoudien, r?alis? par une femme". Un tel pedigree aurait sans doute suffi ? attirer la bienveillance des programmateurs et la curiosit? des m?dias, mais si Wadjda d'Haifaa Al-Mansour d?barque dans nos salles aujourd'hui, ce n'est pas pour cette raison. C'est avant tout parce qu'il s'agit d'un film magnifique, ?tonnant de justesse et de ma?trise pour un premier film, r?alis? dans un pays sans tradition cin?matographique et tourn? dans des conditions difficiles (comme l'obligation pour la r?alisatrice de diriger les sc?nes d'ext?rieur cach?e des regards). Avec la simplicit? de sa fable, l'opini?tret? de sa petite h?ro?ne, son r?alisme sans d?faut, le film renvoie aux grandes heures du cin?ma iranien (O? est la maison de mon ami de Kiarostami, Le Cahier d'Hana Makhmalbaf).

Wadjda veut s'acheter une bicyclette pour battre ? la course son voisin Abdallah ; mais au royaume des Saoud, le v?lo est interdit aux femmes… Wadjda ne se d?couragera pas pour autant dans sa qu?te, et fera fl?che de tout bois pour acqu?rir l'objet tant d?sir?, allant jusqu'? participer au grand concours de r?citation coranique pour gagner. La grande force du film de Haifaa Al Mansour est de nous montrer de l'int?rieur la condition f?minine en Arabie Saoudite : pas plus que ses personnages, qui n'ont jamais connu d'autres syst?mes que celui-ci, et le vivent comme leur quotidien, il ne semble s'?tonner des modalit?s d'un apartheid social qui appara?tra aussi absurde que r?voltant au spectateur occidental. Ses deux h?ro?nes, remarquablement interpr?t?es, n'ont pas la r?volte en t?te : Wadjda poursuit son r?ve d'acqu?rir un v?lo ; sa m?re se languit d'un mari qui va convoler avec sa deuxi?me ?pouse. Le film n'en fait ainsi ressortir qu'avec plus de relief les innombrables tracasseries engendr?es par les interdits (conduire un v?hicule, etc …), les mille et un stratag?mes qui permettent de les contourner, les zones grises o? le joug s'adoucit un peu (ainsi l'h?pital o? l'amie de la m?re peut travailler avec les hommes), mais aussi l'int?riorisation de l'oppression par les femmes elles-m?mes, pas plus indulgentes entre elles que les hommes avec elles… La mise en sc?ne souligne les enjeux presque vitaux que sont le regard et l'image dans cet univers, comme dans ces belles s?quences o?, cach?es sur le toit, Wadjda et sa m?re assistent ? un meeting ?lectoral ou au second mariage de leur p?re et mari. Le film se termine par une note lib?ratrice et joyeuse, hommage au travelling final des 400 Coups de Fran?ois Truffaut, mais cette s?quence appara?t d'autant plus am?re qu'elle reste du domaine de la pure fiction : si l'Arabie Saoudite tient sa premi?re cin?aste, les petites filles n'y ont toujours pas le droit d'enfourcher un v?lo.

[Wadjda d'Haifaa Al Mansour. 2012. Dur?e : 1h37mn. Distribution : Pretty pictures. Sortie le 6 f?vrier 2013]

Posté dans Dans les salles par zama le 06.02.13 à 14:53

Commentaires

De Ga?lle, posté le 20.02.13 à 17:05

Belle analyse, et tr?s beau film que j'ai beaucoup aim? aussi http://pas.a.pas.over-blog.com/article-wadjda-une-petite-fille-libre-dans-sa-tete-115292049.html
De Zo, posté le 19.09.13 à 15:19

Je suis all?e voir ce film au cin?ma avec une classe et j'ai ador?. Un tr?s beau film que j'aimerais acqu?rir en DVD avec les droits institutionnels.



Quand sera-t-il ajout? au catalogue de zerodeconduite ?

new site