blog :::

Comme des garçons : le féminisme par le football

Comme des garçons

Pour son premier long-métrage, Julien Hallard revient sur l’histoire de la première équipe féminine de football professionnel. Un doublé féminisme-pop culture qui touche à son but : évoquer l’égalité femmes-hommes par le football, pour faire rire et réfléchir le plus grand nombre.

L’histoire méconnue des filles de Reims

C’est une histoire vraie, et méconnue, que met en lumière Julien Hallard dans son premier long-métrage, Comme des garçons : celle des « filles de Reims », des joueuses amatrices qui permirent, à la fin des années 60, la reconnaissance officielle du football féminin en France. À l’époque, les équipes de football féminines se comptaient sur les doigts d’une main, et la Fédération française de football refusait de délivrer des licences à des femmes.
Grande victoire féministe, la constitution de l’équipe féminine du stade de Reims n’avait pourtant pas été pensée comme une action militante. Quand, en 1968, Pierre Geoffroy, journaliste au quotidien local L’Union, décide de monter une équipe de foot féminine, il le fait pour le plaisir et l’amusement des hommes : il s’agit d’attirer les foules en faisant s’affronter une équipe féminine et une équipe masculine lors de la kermesse du journal. Mais les factrices, femmes au foyer et agricultrices qui répondent à l’appel prennent vite goût au jeu de ballon ; elles décident de poursuivre l’aventure, et de se battre pour imposer leur légitimité dans ce milieu alors exclusivement masculin.

Humour et dynamisme pour un film grand-public

Une grande partie du plaisir éprouvé devant ce film aussi féministe que pop tient au formidable dynamisme de l’équipe fictive montée par Julien Hallard. Le jeu des actrices et acteurs du film y contribue grandement, tout comme l’écriture subtile de chacun des personnages, archétypaux sans être caricaturaux. Parce qu’ils existent aussi bien dans le collectif que dans l’individuel, ces personnages se révèlent vite très attachants ; de sorte que lorsque les filles gagnent, on s’emballe autant qu’un soir de match.
Hallard assume également une dimension potache très réussie, multipliant les gimmicks purement humoristiques – un mari-supporter présent sur le bord du terrain qu’il pleuve ou qu’il vente, hurlant sa joie à chaque action de sa femme ; une héroïne (Vanessa Guide) remontant ses lunettes sur son nez avec son majeur, décochant systématiquement un doigt d’honneur à son patron qu'elle déteste (Max Boublil). Comme des garçons évite cependant la lourdeur grâce à son rythme flottant, d’une maladresse intentionnelle qui ajoute au charme du film.

Une représentation aussi fidèle qu’irrévérencieuse des années 1960

Le côté pop tient aussi à l’ancrage historique du film, celui-ci se déroulant dans les années 1960. À l’image d'un Wes Anderson (toutes proportions gardées), Julien Hallard refuse la reconstitution pour proposer sa propre interprétation des années 1960. Il garde l’atmosphère de l’époque – la naissance du mouvement yéyé, la sensation d’ébullition sociale qui s’incarne dans les grands combats comme dans les petits, à l’image de cette joueuse revendiquant le droit de porter une mini-jupe – mais ne tombe pas dans l’hommage empesé.
La réussite d’une des meilleures séquences du film tient d’ailleurs à cette reconstitution mi-fidèle mi-ironique des années 60. Hallard recrée de toutes pièces un reportage télévisé d’époque consacré aux filles de Reims, reportage consacré notamment aux oppositions locales à cette équipe hors du commun : un médecin expliquant que l’anatomie féminine n’est pas faite pour le football, une femme d’apparence bourgeoise assurant vouloir protéger les intérêts des familles, etc. Si cette séquence fonctionne à merveille, c’est qu’elle est à la fois un témoignage fidèle des résistances au combat féministe dans les années 60, et une parodie au ton irrévérencieux.

Les inégalités dans le sport, une réalité de notre époque

Parce qu’il ne sent pas la naphtaline, Comme des garçons ne manquera donc pas d’évoquer au spectateur des situations de notre époque. Aujourd’hui encore, certains sports sont perçus comme des activités de garçon ; et même quand les femmes réussissent à s’y faire une place, le milieu sportif n’échappe pas à la domination masculine – ces récents témoignages de sportives françaises sur les violences sexuelles qu’elles ont subies en sont une preuve glaçante. Comme des garçons sait aussi retranscrire dans le contexte des années 60 des débats qui enflamment notre époque, comme cette question de la féminisation des noms de métiers. Si c’est aujourd’hui « auteur » ou « professeur » qui sont au centre de la controverse, c’était à l’époque « footballeur » auquel personne ne voulait trouver un équivalent féminin. Par l’absurde (le refus de certains personnages d’employer un mot qui s’est aujourd’hui imposé dans le langage courant), Julien Hallard affirme la nécessité des combats féministes – petits et grands – dans la conquête de l’égalité.

Au niveau pédagogique, le film permettra aux enseignants d'Histoire de faire un joli travail sur l'histoire des femmes dans la société française (mouvement féministe, évolution des mœurs, égalité hommes-femmes dans la loi), au programme de Troisième et de Première (séries générales et séries professionnelles), mais aussi de faire réfléchir les élèves en EMC (en Seconde : Égalité et discrimination) sur les stéréotypes de genre.

Les plus :
- Une comédie rythmée et attachante
- Le contre-emploi très réussi de Max Boublil dans le rôle d’un dandy dragueur
- La mise en scène d’une histoire peu connue du grand-public, qui mérite les honneurs

Les moins :
- Un scénario parfois attendu, notamment dans l’(in)évitable histoire d’amour entre l’héroïne et le héros
- Quelques blagues trop faciles

Philippine Le Bret
Merci à Manel Ben Boubaker, professeure d’histoire, pour sa contribution à cet article

[Comme des garçons de Julien Hallard. 2018. Durée : 90 mn. DIstribution : Mars films. Au cinéma le 25 avril]

Posté dans Dans les salles par zama le 25.04.18 à 10:17

new site