À la une :::

blog :::

Le Labyrinthe du silence : le site pédagogique

Le 27 janvier 2015, l’Allemagne a commémoré aux côtés des ex-pays de l’Alliance atlantique le 70ème anniversaire de la libération du camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau par l’Armée rouge. Le président de la République Joachim Gauck, la chancelière Angela Merkel, le président du Bundestag Norbert Lammert se sont succédés lors des cérémonies pour marteler la « responsabilité éternelle » de l’Allemagne dans le génocide des Juifs d’Europe.

L’Allemagne, garante de la mémoire de la Shoah ? Il n’en a pas toujours été ainsi : au début des années 60 en République Fédérale Allemande, rares sont les citoyens qui ont conscience de l’étendue des crimes commis sous le Troisième Reich. Auschwitz ? Un camp de prisonniers, comme il y en eut dans tous les pays. Les nazis ? Ils n’ont fait qu’obéir aux ordres. Le procès de Nuremberg ? Des vainqueurs jugeant les vaincus. Alors que l’épouvantail communiste a remplacé celui du nazisme (le Mur de Berlin est construit en août 1961), et tandis que le « miracle économique » invite à se tourner vers l’avenir, la plupart des Allemands n’ont aucune envie de remuer les fantômes du passé.

Sous la forme d’une fiction documentée, le film de Giulio Ricciarelli raconte les mois d’enquête et d’instruction qui ont permis au à un des procès les plus importants de l’histoire allemande de se tenir : le recueil des dépositions des témoins (qui pour la plupart n’avaient encore jamais raconté leur déportation), la traque méticuleuse des anciens nazis, l’invention d’un cadre juridique permettant à un pays de juger ses propres criminels de guerre... Il montre aussi, à l’image du héros Johann Radmann (synthèse fictive de plusieurs membres de l’équipe de Fritz Bauer) le vertige qui saisit cette jeune génération devant l’horreur des crimes commis par ses pères, et devant l’immense culpabilité dont elle va hériter. Après les procès de Francfort, qui démontera patiemment les rouages effroyables de la machine de mort nazie, plus aucun allemand ne pourra dire : je ne savais pas.

Zérodeconduite propose, en partenariat avec Canopé, un accompagnement pédagogique autour du film de Giulio Ricciarelli : un dossier pédagogique (activités Allemand, Histoire), un entretien avec l'historien Guillaume Mouralis, une sélection de ressources complémentaires

Le Labyrinthe du silence de Giulio Ricciarelli, au cinéma le 29 avril

Le site pédagogique

Derniers articles publiés

Tous les films

Tous les réalisateurs

Tous les dossiers

Liens

Partenaire

Education à l'image

Infos pratiques

Ressources

Institutions