blog :::

: (78 articles)

Entre nos mains : le site p?dagogique

Entre nos mains, le site p?dagogique

L'utopie est-elle soluble dans l'?conomie ? En plantant sa cam?ra au cœur d'une entreprise textile en d?p?t de bilan, dont les salari?s (majoritairement des femmes) envisagent le passage en SCOP (Soci?t? Coop?rative de Production), le documentaire Entre nos mains pose des questions qui touchent ? l'essence m?me de notre soci?t? et de notre rapport au travail.
Tr?s beau projet de cin?ma marqu? par la sensibilit? de Mariana Otero (La loi du coll?ge, Histoire d'un secret), Entre nos mains montre ?galement de l'int?rieur le fonctionnement d'une entreprise (organisation, relations sociales, strat?gie commerciale) comme on a rarement l'habitude de le voir sur le grand ou le petit ?cran. A cet ?gard, il devrait passionner les enseignants de Sciences Economiques et Sociales et d'EcoGestion.
Z?rodeconduite.net consacre au film un site et un dossier p?dagogique.

Entre nos mains de Mariana Otero, au cin?ma ? partir du 6/10

> Ce film est disponible dans la boutique DVD.

Posté dans L'agenda par Zéro de conduite le 30.09.10 à 16:41 - Réagir

Demandez le programme !

Venus noire

Demandez le programme des prochaines semaines sur Z?rodeconduite.net !

La rentr?e, c'est traditionnellement le moment o? le Festival de Cannes du printemps pr?c?dent s'expose sur les ?crans : si la Palme d'Or, Oncle Boonmee… a ouvert le bal sortant le 1er septembre, on verra successivement dans les prochaines semaines le Grand Prix (et prix de l'Education Nationale), Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois, puis le beau Un homme qui crie de Mahamat Saleh Haroun (auteur d'Abouna et de Daratt). Entre les deux se glissera la fresque historique de Rachid Bouchareb sur la lutte du FLN en France, Hors la loi (le 23 septembre) tandis qu'il faudra patienter pour d?couvrir La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier (le 3 novembre).

Mais c'est du c?t? des documentaires qu'on trouve peut-?tre les propositions les plus int?resssantes… Cleveland contre Wall Street, vrai-faux proc?s de la crise des subrimes, est sur les ?crans depuis la mi-ao?t, et notre coup de cœur, Benda Bilili ! (voir notre site p?dagogique), sort demain. Le 6 octobre, on d?couvrira un autre coup de cœur, le remarquable Entre nos mains de Mariana Otero (Histoire d'un secret, La Loi du coll?ge), qui raconte l'aventure de salari?s du textile (majoritairement des femmes) qui d?cident de reprendre leur entreprise en SCOP (Soci?t? coop?rative de production) : tr?s bient?t, dossier pour les SES sur Z?rodeconduite.net. Enfin, le 27 octobre sortira un autre film cannois, Nostalgie de la lumi?re de Patricio Guzman, sur lequel Z?rodeconduite.net proposera ?galement un dossier p?dagogique en Espagnol et en Philosophie.

On signalera ?galement le 13 octobre Elle s'appelait Sarah de Gilles Paquet-Brenner (voir le site officiel et notre dossier p?dagogique), adaptation du best-seller de Tatiana de Rosnay sur la m?moire de la rafle du Vel'd'Hiv et, au rayon (pr?)histoire cette fois, Ao le dernier N?anderthal de Jacques Malaterre (L'Odyss?e de l'esp?ce), dont le site officiel propose ?galement des ressources p?dagogiques.
Mais c'est Venus noire d'Abdellatif Kechiche, pr?sent? actuellement ? la Mostra de Venise, qui constituera sans aucun doute l'?v?nement cin?matographique de l'automne (le 27 octobre). Le destin tragique de Saartije Baartmann, d?te la "Venus hottentote", expos?e comme un ph?nom?ne dans les foires puis les bordels d'Europe pour son physique callipyge, ?tudi?e et diss?qu?e (pour les m?mes raisons) par les scientifiques comme Cuvier (le Mus?e de l'Homme exposera ses restes jusqu'en 1974), nous parle autant des d?buts du XIX?me si?cle (et notamment du racisme scientifique qui constituera un des socles id?ologiques de la colonisation) que de notre ?poque… On fait confiance au r?alisateur de L'Esquive et La Graine et le mulet pour rendre compte de ce martyre avec rigueur et pudeur.

Illus. : Venus noire d'Abdellatif Kechiche

Posté dans L'agenda par zama le 07.09.10 à 22:21 - Réagir

We Feed the World : le site p?dagogique

"Pourquoi les tomates font 3000 kilom?tres ? travers l’Europe ; pourquoi les Africains ?migrent vers les pays du Nord ; et comment nos l?gumes se retrouvent ? ?tre vendus sur les march?s africains."
Voici le genre de questions pour le moins d?rangeantes que pose, et auquel s’efforce de r?pondre, We Feed the World (le march? de la faim), le documentaire d’Erwin Wagenhofer (au cin?ma le 25 avril). En voyageant aux quatre coins du monde (des d?charges de Vienne —o? l’on jette chaque ann?e assez de pain pour nourrir la seconde ville du pays— aux plaines du Mato Grosso —o? les paysans meurent de faim ? c?t? des champs d’exportation—, en passant par les serres d'Almeria o? l’on cultive la plupart des tomates qui inondent ? longueur d'ann?es le march? europ?en) ; en interrogeant diff?rents acteurs de la fili?re agroalimentaire, We Feed the world nous confronte aux cons?quences ?conomiques, humaines et environnementales de nos modes de consommation.
S'inscrivant dans la lign?e des nombreux films r?cents critiquant l'industrialisation et mondialisation de l'agroalimentaire (Gilles Fumey pour les Caf?s G?os cite Le cauchemar de Darwin bien s?r, mais aussi Supersize me, Fast food nation et le r?cent Notre pain quotidien : "De film en film et dans Le march? de la faim particuli?rement, on mesure la puissance financi?re de ces groupes industriels qui ont b?ti leur fortune sur l’obligation qu’a l’?tre humain de se nourrir plusieurs fois par jour") se distingue par son souci d'analyse et de p?dagogique.
Notre site p?dagogique We Feed the World propose deux dossiers d'accompagnement autour du film, en G?ographie-ECJS ("Agriculture, alimentation et mondialisation") et en Sciences Economiques et Sociales ("Mondialisation agroalimentaire, politiques r?gionales et strat?gies des multinationales"). Ils recensent ?galement les nombreux ?v?nements (avant-premi?res en pr?sence du r?alisateur, d?bats associatifs) organis?s autour de ce film qui appelle ? la r?flexion et ? la discussion…

> Ce film est disponible dans la boutique DVD.

Posté dans L'agenda par zama le 17.04.10 à 11:16 - 31 commentaires

Solutions locales pour un d?sordre global

Solutions locales pour un d?sordre global

Comme son titre ne l’indique peut-?tre pas, Solutions locales pour un d?sordre global est un film sur l’agriculture. Le documentaire de Coline Serreau est ? la fois l’anti-th?se et le compl?ment de long-m?trages comme We Feed the world d’Erwin Wagenhofer ou Food, Inc de Robert Kenner, qui d?taillaient (respectivement en Europe et aux Etats-Unis) les d?rives de l’agro-industrie?: expliquant en quoi et pourquoi le mod?le h?rit? de la R?volution verte n’est pas durablement soutenable (d’un point de vue ?conomique, sanitaire, ?cologique), il met l’accent sur des solutions alternatives, et va ? la rencontre des francs-tireurs qui r?sistent au mod?le dominant. D’un c?t? le complexe agro-industriel, les organismes g?n?tiquement modifi?s, le d?veloppement annonc? des bio-carburants, de l’autre le bio, la polyculture, la relocalisation de la production et les circuits courts…
Solutions locales…?vaut d’abord par le charisme de ses intervenants, qui chacun dans son domaine ou sa r?gion fait figure d’irr?ductible gaulois face au rouleau-compresseur des multinationales?: penseurs et scientifiques (Serge Latouche, ?conomiste, Lydia et Claude Bourguignon, derniers specialistes de la micro-biologie des sols), militants associatifs (Kokopelli qui sauvegarde la bio-diversit? des semences), paysans comme Pierre Rabhi… Cette diversit? d’approches permet au film d’alterner consid?rations historiques g?n?rales (sur le recyclage agricole, apr?s-guerre, des produits de l’industrie chimique militaire, sur la d?possession absolue subie par les agriculteurs, sur l’?chec de la R?volution verte ? remplir sa principale promesse, ?radiquer la faim) et, c’est ce qui fait sa sp?cificit?, d?monstrations tr?s concr?tes (sur les m?thodes de culture sans labour, les fertilisants naturels, etc). Solutions globales… n’h?site pas ? mettre les pieds — et les mains — dans la glaise?: ? plusieurs reprises, la cam?ra s’approche pour d?tailler l’apparence d’un l?gume ou d’une motte de terre, comme si le spectateur pouvait, de son fauteuil de cin?ma, go?ter ou humer la terre et ses bons produits…
C’est la limite d’un documentaire dont l’insistance ? promouvoir des m?thodes alternatives laisse finalement de c?t?, sinon au d?tour d’une phrase (qui rappelle que la FAO a r?cemment chang? de position sur le sujet) la question (?conomique, politique) essentielle?: ces solutions locales peuvent-elles ?tre globalis?es?? Autrement dit, le bio peut-il nourrir le monde?? Le film ne nous permettra pas ? nous d?cider, montrant d’un c?t? (dans les pays riches) les fili?res "bio" et AMAP, qui, par leur surco?t ou leurs contraintes, s’adressent ? une client?le forc?ment restreinte (classes ais?es des centres urbains)?; de l’autre, dans les pays pauvres, une agriculture vivri?re qui permet de nourrir les gens qui travaillent sur l’exploitation, mais gu?re plus. On voit bien que dans un cas comme dans l’autre, ce sont moins des querelles techniques que des enjeux de civilisation (dans les pays riches le changement des modes de consommation, dans les pays pauvres l’inversion du mouvement massif d’exode rural).

Un peu aride (1 h 53 d’entretiens film?s) et souvent technique, Solutions locales… para?t difficilement accessible en version int?grale pour des ?l?ves, m?me de Lyc?e, dans les fili?res g?n?rales?; il interpellera en revanche ceux des fili?res agricoles, bien mieux arm?s pour appr?cier, discuter, voire remettre en cause les th?ses ?nonc?es par les intervenants. Pour ces m?mes raisons, il risque ?galement de perdre quelques spectateurs en route, sans compter ceux qu’agacera un discours f?ministe militant dont les consid?rations parfois fumeuses (la terre est f?minine, l'agriculture productiviste est masculine, labourer la terre c’est comme violenter une femme, etc.) brouillent le propos plus qu'ils ne l'enrichissent…

[Solutions locales pour un d?sordre global de Coline Serreau. 2009. Dur?e : 1 h 53. Distribution : Memento Films. Sortie le 7 avril]

Pour aller plus loin :
Le site officiel du film (ab?c?daire, liste des intervenants,nombreux liens…)

Autres documentaires sur l'agroalimentaire :
We Feed the world d'Erwin Wagenhofer (article / site p?dagogique)
Food, Inc de Robert Kenner (article / site p?dagogique)

Sur le site des Caf?s G?os :
L'agriculture peut-elle nourrir le monde ?
Les AMAP dans l'alimentation : une nouvelle forme de rapports consommateurs producteurs ?

Posté dans Dans les salles par zama le 13.04.10 à 15:31 - 10 commentaires

La Strat?gie du choc : docu vite fait bien fait

Cet article pourrait s’intituler?: ??De l’efficacit? compar?e du m?dium-film et du m?dium-livre dans le d?bat contemporain??, ou plus trivialement, ??Un petit docu vaut-il mieux qu’un lourd pav?????.
Documentaire ??vite fait bien fait?? par le prolifique Michael Winterbottom (Tournage dans un jardin anglais, Un cœur invaincu) et son acolyte Mat Whitecross (qui avait co-sign? avec lui The Road to Guantanamo), La Strat?gie du choc est une tentative de vulgarisation filmique du livre ?ponyme de Naomi Klein, La Strat?gie du choc : La mont?e d'un capitalisme du d?sastre (paru en 2008 chez Actes Sud). Celui-ci ?tait pr?sent? comme tel sur le site de l’?diteur?:?
??Approfondissant la r?flexion entam?e avec son best-seller, No Logo (Actes Sud, 2001) Naomi Klein d?nonce, ici, documents ? l'appui, l'existence, depuis plus d'un demi-si?cle, de strat?gies concert?es pour assurer la prise de contr?le de la plan?te par les multiples tenants d'un ultralib?ralisme qui a syst?matiquement mis ? contribution crises, d?sastres ou attentats terroristes - et qui n'a pas h?sit?, du Chili de Pinochet ? Guantanamo - ? recourir ? la torture sous diverses formes pour substituer aux acquis des civilisations et aux valeurs de d?mocratie la seule loi du march? et la barbarie de la sp?culation.??
Alternant de mani?re syst?matique les interventions de Naomi Klein et les images d’archive, le film propose un parcours forc?ment lacunaire dans les quelques 700 pages du livre, des premi?res exp?riences sur le lavage de cerveau, men?es dans les ann?es cinquante ? l’initiative de la CIA, jusqu’? la crise financi?re r?cente. Le poids des images et le jeu du montage induisent une lecture plus narrative et ?motive que celle tr?s universitaire livre de Naomi Klein, dont ?merge surtout la figure quasi m?phistoph?lique de l’?conomiste Milton Friedman et de ses ??Chicago Boys?? (disciples de l’Ecole de Chicago), mauvais g?nies de l’histoire contemporaine. On retiendra ainsi les images de Friedman recevant le Prix ??Nobel?? d’Economie en 1976 ? Stockholm?: difficile de ne pas voir dans le sourire crisp? qu’il arbore apr?s l’esclandre d’un militant gauchiste (on ne disait pas encore ??altermondialiste?? ou ??antilib?ral??) une lueur machiav?lique.
On aura compris que ce que le film gagne en impact ?motionnel, il le perd en rigueur intellectuelle. Le probl?me est que cet appauvrissement th?orique menace la cr?dibilit? m?me du discours de Naomi Klein. Priv?e des patients d?veloppements, des multiples r?f?rences th?oriques et de l’impressionnant appareil de notes qui l’?tayaient dans le livre, la th?se stimulante de Naomi Klein para?t ici rien moins que fumeuse, notamment le parall?le entre les m?thodes psychiatriques du docteur et les th?rapies de choc pr?n?es par Friedman et ses consorts ultra-lib?raux. Si le d?but du film prend le temps de la p?dagogie (notamment sur l’exp?rience chilienne, premi?re application grandeur nature des th?ses de Friedmann), le dernier quart d’heure zappe successivement de?la guerre en Irak au 11 septembre, ? Guantanamo, ? l’ouragan Katrina et ? la crise financi?re jusqu'? finalement l’?lection d’Obama. Le poids des mots, le choc des photos pour reprendre le slogan d’un grand hebdomadaire fran?ais?? Toute la question est de savoir si le spectateur aura en sortant l’envie de se plonger dans la somme de Naomi Klein, ou s’il oubliera, en attendant le prochain ??documentaire choc??.

[La Strat?gie du choc de Michael Winterbottom et Mat Whitecross. 2008. Dur?e?: 1 h 20. Distribution?: Haut et court. Sortie le 3 mars 2010]

Posté dans Dans les salles par zama le 09.03.10 à 16:54 - 2 commentaires

new site