blog :::

Hors la loi : avant le film, la pol?mique

Hors la loi

??Le pass? qui ne passe pas serait-il enfin pass????? se demandait r?cemment l’historienne Annette Wieviorka ? propos du succ?s du film La Rafle, constatant que la p?riode de la Collaboration en g?n?ral et l’?pisode du Vel d’Hiv en particulier avaient fini par trouver leur place, dans une version ?dulcor?e, au sein du grand r?cit national forc?ment consensuel.

Il y a d’autres pass?s qui en revanche ne passent toujours pas, comme l’atteste le d?but de pol?mique autour du nouveau film de Rachid Bouchareb, Hors la loi, qui sera projet? en S?lection officielle lors du prochain Festival de Cannes. S’il en reprend quasiment la formule (m?me casting, m?me calendrier de sortie), Hors la loi n’est pas la suite d’Indig?nes?: le film suit le parcours de trois fr?res (Jamel Debbouze, Sami Bouajila, Roschdy Zem), des massacres de S?tif en mai?1945 aux activit?s des ??porteurs de valise?? durant la guerre d’Alg?rie (1954-1962). Les deux projets ont toujours ?t? li?s pour Rachid Bouchareb, comme les deux faces d’une m?me m?daille?: ? l’image de cette date du 8 mai 1945, que l’on comm?more comme celle de la victoire sur l’Allemagne nazie, mais qui est ?galement celle des massacres de S?tif. L? o? Indig?nes faisait œuvre de r?conciliation en r?int?grant les soldats de l’empire colonial dans la geste h?ro?que de la France libre, Hors la loi plonge dans la plaie encore ouverte de la d?colonisation alg?rienne.
Il n’est donc pas surprenant que la pol?mique ait pris si vite et surtout si t?t (avant m?me la premi?re projection du film !)?: il ne s’agit que du ?ni?me ?pisode d’une rituelle ??guerre des m?moires?? qui ? intervalles r?guliers oppose les ultras de part et d’autre de la M?diterran?e. La cristallisation de cette pol?mique sur la pr?sence du film au Festival de Cannes (qui a oblig? Thierry Fr?meaux ? r?agir par communiqu?) rappellera quant ? elle l’?poque pas si lointaine o? la S?lection Officielle ?tait une affaire diplomatique tout autant qu’artistique (jusqu’en 1972 les films ?taient pr?-selectionn?s par des comit?s nationaux).

Les historiens attendront donc avec impatience pour d?couvrir le film et sa vision des massacres de S?tif, que le d?put? UMP Lionnel Luca (sur la foi d’une version du sc?nario) a accus? de ??falsifier l’histoire??. On se reportera ? ce dossier sur l’?v?nement opportun?ment remis en ligne par le magazine L’Histoire. L’historien Guy Pervill? y invite ? la plus grande prudence, notamment sur le bilan du massacre c?t? indig?ne, dont on sait qu’il a ?t? largement minor? par la France. Il cite ainsi? Claude Liauzu et Gilbert Meynier?: ??La seule conclusion que peut faire l'historien : il y eut en effet des milliers de morts, mais s'il est honn?te, il n'en dira pas plus. Il rappelle ?galement que si le d?roulement des faits est relativement bien ?tabli d?sormais, leur interpr?tation continue ? poser question : ? insurrection pr?par?e par les nationalistes alg?riens, mouvement spontan?, ou encore provocation colonialiste???? Qui a tir? le premier ? Les foules qui manifestaient ont-elles ?t? instrumentalis?es ? Comment expliquer l'ampleur disproportionn?e de la r?pression ?
Or c’est pr?cis?ment le r?le d’un cin?aste de donner un point de vue et de proposer une interpr?tation?: nul doute que le d?bat reprendra de plus belle, pi?ces ? l'appui cette fois, avec les premi?res projections publiques. Pour reprendre les mots d’Annette Wieviorka, le jour n'est pas encore arriv? o? l’on parviendra ? transformer le pass? colonial de la France, ? l'instar du g?nocide des juifs, en une histoire ??acceptable pour les enfants.??

Posté dans Débats par Zéro de conduite le 07.05.10 à 16:05

Commentaires

De Sol, posté le 14.05.10 à 13:42

La projection programm?e au festival de Cannes du film ? Hors-la-loi ? de Rachid Bouchareb suscite beaucoup d??moi.

Le Service historique de la D?fense, dans une note sign?e du g?n?ral Robert, rel?ve, quant ? lui, un certain nombre d?erreurs dans le sc?nario du film qui montre une version falsifi?e des massacres de S?tif.

Par ailleurs, il semble que ce film insiste particuli?rement sur le r?le des porteurs de valises fran?ais qui, en prenant partie pour le FLN, n??taient rien moins que des tra?tres ? leur patrie, c?est-?-dire ? la France. Nos enfants apprendront ainsi que c?est en servant la cause ennemie que l?on devient un h?ros !

Enfin, il est difficile d?admettre qu'un film alg?rien ? la gloire du FLN soit financ? ? hauteur de quinze pour cent par le Centre national du cin?ma fran?ais et que le Conseil r?gional de la r?gion Provence-Alpes-C?te d?Azur ait cru bon d?y ajouter une somme de cent mille euro.
De ramon, posté le 21.05.10 à 11:20

ces personnes jouent et font des films habitent en france et tappent sur la france et y vivent tres bien.sil habitaient en algerie ils vivraient moins bien et n oraient pas cette liberte d expression.en france on peut tout se permettre meme cracher sur notre drapeau pour combien de temps encore attention il y a danger

new site