La Llorona

4,5/5 3 notes
de Jayro Bustamante et Jayro Bustamante 96 minutes 2020

Selon la légende, la Llorona est une pleureuse, un fantôme qui cherche ses enfants. Aujourd’hui, elle pleure ceux qui sont morts durant le génocide des indiens mayas. Le général, responsable du massacre mais acquitté, est hanté par une Llorona. Serait-ce Alma, la nouvelle domestique ? Est-elle venue punir celui que la justice n’a pas condamné ?

Ressources pédagogiques

Faire revivre les fantômes de la guerre civile au Guatemala

Dossier pédagogique

Notre dossier pédagogique autour de La Llorona, destiné aux professeurs d’espagnol (niveau lycée), propose une mise en contexte (Repères, Entretiens) du film, et trois fiches pédagogiques pour travailler en classe.

Bande annonce et extraits

Voir le film (VOD, DVD, séances)

Voir le film en DVD

DVD vendu avec ses droits de diffusion et de prêt

54,90 €

Acheter le DVD

Organiser une séance dans un cinéma

Avis sur le film

Note moyenne

4,5/5 3 notes

Ce film vous paraît-il adapté à une utilisation en classe ? Le conseillez-vous à vos élèves, ou à vos collègues ? Avez-vous déjà travaillé dessus ?

  • 4/5

    Lucien L. - Collège Federico Garcia Lorca

    La Llorona est une œuvre originale, qui choisit de faire un pas de côté pour aborder un passé historique ô combien traumatique : le choix de la fiction, de l'imaginaire, du genre fantastique. C'est un pari réussi car le côté "histoire de fantômes" fait parfaitement ressortir le poids du passé et des crimes impunis de la dictature. On est pile dans l'objet d'étude "Le passé dans le présent" !

  • 5/5

    Dalila H. - LP Marie Laurencin

    Un film magnifique qui m'a emportée, avec de purs moments de poésie et tension. Je ne connaissais pas Jayro Bustamante, mais c'est un auteur à suivre !

  • 5/5

    Dalila H. - LP Marie Laurencin

    Un film magnifique qui m'a emportée, avec de purs moments de poésie et tension. Je ne connaissais pas Jayro Bustamante, mais c'est un auteur à suivre !

  • 5/5

    Véronique H. - Lycée Christophe Colomb

    Quoiqu'à mon sens moins percutant qu'Ixcanul, ce film est aussi moins sombre. Le mélange film politique/film fantastique est d'abord un peu perturbant mais le portrait des 3 générations de femmes de la maison, la présence somptueuse de M. M. Coroy, la beauté de certaines scènes / la violence de certaines autres, la richesse des interprétations possibles et la critique de nombreux travers de la société guatémaltèque font que ce film continue à nous habiter bien après la sortie de la salle.