Image du film Green Book : sur les routes du Sud
Sylvie Laurent est historienne et américaniste, professeure à SciencesPo, spécialisée dans les questions sociales et raciales aux États-Unis. Elle revient pour Zéro de Conduite sur le contexte historique dans lequel se déroule l’histoire racontée par le film Green Book : sur les routes du Sud.
Green Book : sur les routes du Sud se déroule à la fin de l’année 62. Où en est le mouvement des droits civiques à ce moment-là ? Quelle était la situation des Noirs américains dans ce qu’on appelle le Deep South des États-Unis ?

On ne peut pas comprendre le film si on ne comprend pas ce qu’était l’Amérique de l’époque. On vivait alors sous les lois Jim Crow, héritées du XIXe siècle. La ségrégation raciale était légale, tolérée et normalisée dans le Sud des États Unis, et plus particulièrement dans ce qu’on appelle le Deep South, ou Sud Profond. C’est un espace géographique qui correspond à la ceinture cotonnière, un vaste croissant qui va de la Géorgie et de l’Alabama jusqu’au Missouri et la Caroline du Sud. Les lois Jim Crow avaient instauré un véritable apartheid, qui séparait les Noirs des Blancs. Dans ce contexte la vie des Noirs américains était une vie de menace, de violence et de terreur. Ils étaient obligés de vivre littéralement à l’écart. Tout ce qui était perçu par les Blancs comme une transgression de cette frontière, physique et sociale, pouvait susciter une menace physique. Se retrouver au mauvais endroit, prendre le mauvais bus pouvait provoquer la mort. Dans ce contexte, le vieux Sud fait face de façon anachronique à la modernité des nouvelles demandes des Noirs-américains, en matière de droits civiques. Dès 1955, un mouvement de revendication naît, tant au Nord qu’au Sud.

Le fait que le film soit un road movie rend la dimension géographique très importante. La ligne de fracture entre “Nord” et “Sud” était-elle absolument nette ? Correspond-elle à celle héritée de la Guerre de Sécession ?

Ce qui est certain c’est que le racisme existait aussi au Nord. La discrimination y était présente, mais dans la vie de tous les jours, pour trouver un travail, un logement, etc. La situation au Sud se différenciait par la spatialisation de cette hiérarchie raciale. La séparation physique fonctionnait comme une chape de plomb qui englobait toute la région. Il y a une forme de schizophrénie montrée par le film dans la matière dont Don Shirley est accueilli par les notables du Sud : il est à la fois l’invité d’honneur (on organise une réception en son honneur, il a la place d’honneur sur le parking) et le paria (il n’a pas le droit d’utiliser les mêmes toilettes que les Blancs).

Comment les gens du Sud vivaient, justifiaient cette contradiction ?

Cet aspect du film est très intéressant. Il rappelle la vie d’une artiste comme Joséphine Baker. Grande star en Europe, elle tournait dans les plus grandes salles de France et d’Angleterre, mais était considérée comme une « simple Noire » lorsqu’elle retournait dans son Missouri natal. Aux yeux de l’Amérique blanche raciste, peu importait le statut et la classe sociale, vous demeuriez lié à votre race, votre couleur de peau. Même les Noirs américains avec le plus de prestige et de respect étaient réduits à leur couleur de peau. Malcolm X résumait ça par une blague amère : « Vous savez comment on appelle un Noir avec un doctorat ? Un nègre. » Quant à ce qui nous apparaît comme de la schizophrénie, cela n’était pas ressenti comme cela à l’époque. La ségrégation et le racisme étaient la norme, la « tradition » comme le dit un personnage dans le film. Quand tout le monde respecte une norme, nul ne ressent le besoin de la justifier.
Il y a cependant deux points intéressants à soulever sur cette question : on accepte les Noirs dès lors qu’ils restent à leur place. On observe peu ou prou la même chose aujourd’hui avec le rap : la population blanche accepte et consomme la culture noire, dès lors que celle-ci correspond à l’image qu’elle s’en fait. Même au Sud des États-Unis, les Blancs sont friands de voir des Noirs se produire sur scène, tant qu’ils restent « à leur place » et valident les clichés. Tous les grands artistes noirs de la deuxième moitié du siècle, de Ray Charles, à Aretha Franklin qu’on entend dans le film, se sont produits dans le Sud. Le spectacle du Noir est la définition même du racisme : le nom de Jim Crow vient d’ailleurs d’un personnage joué par Thomas Rice (un acteur blanc) dans un spectacle de « blackface » (spectacles qui mettaient en scène des personnages noirs joués par des acteurs blancs grimés, NdR). Le problème apparaît dès lors qu’une personne tente de transgresser les interdits sociaux, de secouer le joug de cette assignation. On attend des Noirs qu’ils se produisent pour divertir les Blancs, et qu’une fois la représentation finie, leurs corps reviennent sagement à la place qui leur est attribuée.

Pouvez-vous revenir un peu sur l’histoire du « Green Book » originel ?

Comment est-il né, qui était Victor Hugo Green, comment était-il distribué ? Le Sud des États-Unis fonctionnait comme un État dans l’État, avec ses règles et ses dangers. La question du voyage s’est beaucoup posée, en raison des migrations du Sud vers le Nord. Nombreux sont les Noirs-Américains qui avaient migré vers le Nord, mais en gardant un ancrage familial dans le Sud. Dès la deuxième moitié des années trente, un postier noir de Harlem, Victor Hugo Green, et sa femme, décident de lister par écrit les endroits accessibles aux Noirs dans la région : un restaurant pour prendre un repas, un hôtel où dormir, une station service pour faire le plein… De 1937 aux années 60, le « Negro Motorist Book » devient de plus en plus épais, jusqu’à faire près de 100 pages. La population noire, et en particulier les classes moyenne et supérieure, est très satisfaite des services offerts par le guide. Ce sont eux qui ont les moyens de se déplacer, d’acheter des automobiles. Pour les Noirs de la classe supérieure, prendre la voiture et se déplacer en liberté est essentiel pour être un citoyen à part entière. Ce guide leur offre la sécurité et une certaine tranquillité. C’est un véritable guide du routard et de survie. Il devient aussi une manière de promouvoir l’autodétermination : les Noirs comptent sur d’autres Noirs pour s’entraider.

Avez-vous d’autres exemples d’objets culturels destinés à une population afro-américaine et distribuée en dehors des circuits traditionnels (musique, livres, film etc.) ?

On peut ranger dans cette définition quasiment toute la culture de l’époque ! La musique noire devient mainstream à cette période. On diffuse les grandes chanteuses à la radio, à la télé. Mais il est vrai que toute une partie de la culture noire reste très confidentielle. Le gospel, les ouvrages de Martin Luther King ou Malcolm X, les stations de radio militantes sont autant d’exemples d’objets culturels destinés à donner à la communauté noire un sens de sa valeur. Mais le Negro Motorist Book est tout particulier par sa très large diffusion et l’influence qu’il a eue sur la vie de ses lecteurs et lectrices.

Le film s’ouvre sur la vie de Tony Lip, un italo-américain du Bronx, videur dans un fameux club que fréquentaient gangsters et célébrités. La question de la discrimination envers les italo-américains est évoquée, ainsi que celle de leur racisme. Que pouvez-vous nous dire sur l’histoire des relations entre ces deux minorités ?

Au début du XXe siècle, lorsque les italo-américains sont arrivés aux États-Unis, ils ont été traités comme tous les nouveaux immigrants (irlandais, juifs ashkénazes, polonais etc.). Il y a bien entendu eu de la discrimination et du racisme. Mais simplement, comme toutes les minorités européennes, ils ont fini par se fondre dans le creuset de la blancheur américaine. Plus encore que les autres, les Italo-Américains ont fini par faire de leur identité une sorte de super américanisme. Il n’est pas faux de dire qu’une des clés pour s’intégrer à la majorité blanche, particulièrement dans le Nord, était de rejeter les Noirs. Mais les italo-américains sont aussi ceux qui ont développé la plus grande fascination envers les Noirs : il n’y a qu’à voir l’image du gangster, qui va des films de Scorsese aux albums de hip hop. Il faut aussi préciser que la question touche principalement le Nord, la population italo-américaine étant peu nombreuse dans le Sud des États-Unis. Le film de Peter Farrelly ouvre un sujet intéressant : en montrant l’échange entre un italo-américain de la classe populaire et un noir américain de l’élite, il complexifie la question raciale.

Don Shirley était un pianiste classique extrêmement reconnu, et acclamé partout dans le monde. Il passe son temps à chercher à échapper à sa condition de Noir américain. On a souvent accusé certains grands artistes (Sammy Davis Jr, O.J. Simpson, Michael Jackson plus tard etc.) de tourner le dos à leur culture afro-américaine pour réussir. Etait-ce courant ?

Je ne crois pas que cela soit spécialement spécifique à cet époque. Il y a des textes d’Aimé Césaire qui évoquent cette question et expliquent que certains Noirs, à force de jouer avec « le chapeau du Blanc », ont fini par le revêtir et se penser blancs eux-mêmes. À partir du moment où vous évoluez dans une société raciste, qui vous assigne une place inférieure, une partie de vous cherche à se débarrasser du stéréotype. Faire « comme les Blancs », comme le fait Don Shirley d’une certaine manière, est une quête de reconnaissance.

Le film aborde également l’homosexualité de Don Shirley. Quelle était la situation des gays au début des années soixante, et plus particulièrement des gays de couleur ?

Il y a un auteur incontournable sur ces questions, c’est évidemment James Baldwin. L’un des plus grands écrivains et chroniqueurs de l’époque était noir et homosexuel. Bien entendu, assumer cette double identité était immensément difficile, et même lui, qui ne s’en cachait pas, ne s’en vantait pas non plus. Dans la communauté noire, très marquée par la religion baptiste, voire au bord du fanatisme chrétien dans certaines parties du Sud, l’homosexualité est tout simplement impensable. On peut évoquer le cas de Bayard Rustin, un proche de Martin Luther King, qui a notamment organisé la marche de 1963. Homosexuel assumé, il a été mis dans l’ombre à la demande notamment d’Adam Clayton Powell, un autre proche de King. Ce dernier a fini par se séparer de l’un de ses conseillers et amis les plus proches, pour éviter d’agiter cette question. La norme en place, tant dans la société blanche que noire, rendait extrêmement difficile de vivre son homosexualité.

Tout au long de leur voyage, Tony et Don sont régulièrement arrêtés par la police. Avec les évènements récents, la tension est encore plus palpable pour le spectateur. Comment la situation a-t-elle évolué sur le rapport de la police américaine aux Afro-Américains depuis cette époque ?

Il faut d’abord rappeler que oui, la situation a évolué depuis 1961. Des lois ont été votées, les mentalités ont changé, et il n’est plus légal de penser que les Noirs sont une race inférieure. Aujourd’hui, des associations, des juges, des avocats permettent d’assurer un état de droit et d’éviter l’existence d’un véritable apartheid. Le vrai problème aujourd’hui est que les violences policières persistent et continuent de cibler les Noirs américains. Chaque semaine éclate une nouvelle histoire de jeunes Noirs abattus par la police. Ce qu’il subsiste de l’époque décrite par le film, c’est l’impunité. Les policiers sont rarement mis en cause, et n’ont parfois même pas besoin de démissionner.

Le film s’inscrit dans le sillage d’une vague de films qui ont exploré l’histoire de la discrimination (Le Majordome, 12 years a slave, Selma, Les Figures de l’ombre). Depuis l’élection de Trump, le cinéma américain est-il toujours aussi engagé ?

Je ne suis pas spécialiste et je ne pourrais pas répondre précisément à la question, mais depuis Trump, il y a des films qui ont clairement marqué les esprits. Get Out d’abord, qui revisite d’ailleurs la mémoire du Sud raciste comme Green Book : sur les routes du Sud. Tout le monde a beaucoup parlé de ce film, de cette nouvelle forme de ségrégation subtile subie par les Noirs-américains. Le deuxième c’est Moonlight, qui parle en plus d’homosexualité. La performance de Mahershala Ali dans ce film lui a d’ailleurs sans doute valu d’être casté dans le film de Peter Farrelly. Enfin, le dernier, qui n’est pas un film politique, c’est Black Panther. À la manière du Green Book originel, ce blockbuster a été un véritable outil d’identification et un facteur d’auto-détermination pour les Noirs américains, autour de la question de la représentation.

Ilyass Malki

Green Book : sur les routes du Sud

Ce film m'intéresse

L'avis des enseignants

 4.8 / 5 (122 avis)
 5.0 / 5

excellent film très adapté pour des élèves qui evoque excellemment la discrimination dont était victime la population noire au sud des Etats Unis. Un sujet malheureusement encore d'actualité

stephane c. - Collège Condorcet

 4.5 / 5

Film captivant, touchant, drôle. Beau voyage abordant les thèmes des préjugés, regard de l'autre , ouverture, tolérance, ainsi que la réalité du racisme présent dans l'Amérique profonde à l'époque . A voir !!

Mrs C. - Collège Stéphane Mallarmé

 5.0 / 5

Un road -movie passionnant: une quête identitaire bouleversante , une improbable amitié qui chavire les coeurs ... Comme Mme Nina Simone aurait aimé cette histoire vraie ,magnifiquement portée à l'écran ! Sa fille Lisa a dû penser fort à sa mère, en admirant l'engagement politique de ce pianiste talentueux et courageux , en cette époque si sombre de L'Histoire américaine . Une sortie ciné bien évidemment programmée pour nos lycéens !

Lisa A. - Lycée René Goscinny

 5.0 / 5

Excellent Biopic! De belles couleurs, des silences prenants et un vrai plongeon dans le deep south mais aussi dans les 1960s et la ségrégation. Très heureux d'avoir pu découvrir ce film en avant première et de découvrir cette belle histoire.

marvin g. - Collège Dora Maar

 5.0 / 5

j'ai adoré! un regard différent qui ne laisse pas indifferent! C est joué à la perfection et c est très drole. On peut travailler à plusieurs niveaux : histoire, culture, classes sociales, langues , racisme(s)

veronique g. - Collège Chape

 5.0 / 5

j'ai adoré! un regard différent qui ne laisse pas indifferent! C est joué à la perfection et c est très drole. On peut travailler à plusieurs niveaux : histoire, culture, classes sociales, langues , racisme(s)

veronique g. - Collège Chape

 5.0 / 5

Un film fort. Avec matière à réflexion et à débat pour les élèves. Intérêts multiples : éducation à l'égalité, engagement politique, réflexion philosophique, cadre historique, culture anglo-saxonne, développement du goût pour la Culture...

Edwige P. - Lycée professionnel Alfred de Musset

 5.0 / 5

Un très beau film servi par deux très bons acteurs. Une belle invitation à réfléchir au regard que l'on porte sur l'autre.

Laurence B. - Lycée Baggio

 5.0 / 5

Très beau film vu en avant-première enseignants mais que je ferai voir à mes élèves de Terminale. Ce "road movie" dans l'Amérique ségrégationniste est assez surprenant de par "l'inversion des rôles" entre les deux principaux protagonistes d'une part et la touchante transformation de leur relation tout au long du film d'autre part.

CORINNE K. - Lycée professionnel Émile Combes

 5.0 / 5

J'ai vu ce film seule et le proposerai certainement à mes élèves de terminale avec qui j'étudie en civilisation les Noirs Américains de l'escl

CORINNE K. - Lycée professionnel Émile Combes

 5.0 / 5

J'ai vu ce film seule et le proposerai certainement à mes élèves de terminale avec qui j'étudie en civilisation les Noirs Américains de l'escl

CORINNE K. - Lycée professionnel Émile Combes

 5.0 / 5

Film très agréable, drôle et excellent support pour réfléchir sur la ségrégation, les préjugés... à mettre en perspective avec filmographie de Spike Lee et "Django Unchained". Voici une démonstration de la puissance d'un héritage historique et de l'adaptabilité d'individus qui le dépassent : ceci permet de comprendre la difficulté de combattre, dans le temps, les représentations culturelles...

pascale c. - LP Armand Carrel

 5.0 / 5

Un très bon film qui nous fait voyager à travers les états du Sud de l'Amérique ségrégationniste. Le jeu des acteurs est formidable. Un très bon moment à partager avec des élèves! Hanifa. EK

Hanifa E. - Lycée professionnel Jean-Baptiste Brochier

 5.0 / 5

Un très bon film qui nous fait voyager à travers les états du Sud de l'Amérique ségrégationniste. Le jeu des acteurs est formidable. Un très bon moment à partager avec des élèves! Hanifa. EK

Hanifa E. - Lycée professionnel Jean-Baptiste Brochier

 5.0 / 5

Une belle histoire bien rythmée qui permet de prendre conscience de la ségrégation dans les Etats sud-américains. Des personnages attachants, plus complexes qu'il n'y paraît de prime abord. Et un beau jeu d'acteurs.

CHRISTINE L. - Collège Saint-Michel

 5.0 / 5

Un film magnifique porté par de grands acteurs, des paysages sublimes, une histoire qui nous transporte dans une Amérique divisée et en pleine mutation. L'occasion de débattre sur les préjugés, les inégalités sociales, raciales et culturelles. A voir absolument !

Trauchessec A. - Ecole élémentaire Heidelberg

 4.0 / 5

Beau film classique, excellent jeu d'acteurs. La fin devient un peu trop gentillette cependant.

Stéphane B. - Lycée Assomption

 4.0 / 5

Très bon rythme, excellent casting, superbes décors. A voir

Marc A. - Lycée Alphonse de Lamartine

 5.0 / 5

Belle histoire humaine, dont certains thèmes résonnent fortement aujourd'hui, comme celui de la dignité. Le tout se déroulant dans une belle esthétique avec des acteurs très crédibles.

Anne V. - Lycée Marguerite de Flandre

 5.0 / 5

Une façon originale d'aborder la ségrégation aux USA où le riche est noir et le blanc un immigré italien devenant le chauffeur du premier. Chacun découvrira le monde de l'autre loin de tous les poncifs. Aisément utilisable en HG +EMC et travail d'équipe profs d'anglais et d'italien.

GISELE J. - Lycée Paul Bert

 4.5 / 5

Film joué justement par les 2 acteurs principaux, un film qui s'appréciera tant pour son humour, son réalisme, et les thématiques abordées. On aime aussi qu'il s'adapte à tout public (lycée, collège inclus). Je remercie les organisateurs de nous avoir fait découvrir ce film en avant-première car il sera exploité avec les élèves avec plaisir.

chloe m. - Lycée polyvalent Les Bourdonnières

 4.0 / 5

Sur le principe classique mais efficace de l'opposition des genres, Green Book met en scène deux personnages que tout oppose mais qu'une aventure commune va rapprocher. L'originalité tient au fait que les clichés traditionnels sont en quelque sorte inversés et cela plaira sans aucun doute aux élèves. En outre, le film ne sombre pas dans le pathos ; bien que le fond soit grave, les rapports entre les héros donnent lieu à des scènes drôles et tendres à la fois.

Claire J. - Lycée René Descartes

 5.0 / 5

J'ai bien aimé ce film. Le propos et la façon dont il est traité se prêtent très bien à un travail en classe avec des élèves de 4è et 3è.

Marcelline D. - Collège privé Ecole active bilingue Monceau

 5.0 / 5

Un très beau et bon film. Une vision très intéressante et fine de la société américaines années 60 ( différences sociales, culturelles, raciales, différences entre le nord et le sud des USA ). Des acteurs hors- pair. Et en plus, un humour subtil qui allège le propos plutôt grave et poignant. Ce film peut être utilisé pour des collégiens et des lycéens.

Evelyne M. - Lycée Lavoisier

 5.0 / 5

Génial

MAEVA B. - Collège Jean Franco

 5.0 / 5

Excellent rythme, excellent jeu, bien réalisé

Valérie T. - Collège Pierre Norange

 4.5 / 5

Très beau film, fort en émotion et qui offre un beau message de tolérance mais où les bons sentiments l'emportent systématiquement sans nuance, tout le monde a été transformé et plus "personne" n'est raciste!

ERIC F. - Lycée professionnel des métiers Roland Garros

 5.0 / 5

Un film magnifique. Une analyse très fine de la ségrégation des années 60 aux USA, aucune violence, beaucoup d'humour. J'ai vu le film en avant-première, je pense qu'il est très bien pour les classes de collèges (4e / 3e)

Anne B. - Collège privé Saint-Etienne

 5.0 / 5

Un film superbe, des émotions. Une peinture assez réaliste du Sud américain des années 50 sans tomber dans le pathos. Une belle rencontre entre deux visions du monde qui finiront par se rejoindre sur les mêmes valeurs. Un film accessible à nos collégiens.

catherine l. - Collège Boris Vian

 5.0 / 5

Très beau film traitant de la ségrégation de manière fine, sans violence. Des dialogues avec des touches d'humour. A la portée de nos élèves de collège. C. Rampnoux, Collège Notre Dame

Chantal R. - Collège Notre-Dame

 5.0 / 5

I didn't know what to expect, I thought "another film on segregation!" ... but to my pleasant surprise there was no violence, an unusual spin (a classical music musician & gay) I loved the Italian community, their values, their accent, so you could bring students who have missed The Butler, which is a little rough! Between the segregation theme, the Italian immigration, you could kill several birds with one stone. I really enjoyed it & strongly recommend it

Regine D. - Lycée Honoré d'Estienne d'Orves

 5.0 / 5

Un film plein d'humanité et qui nous montre à quel point les préjugés peuvent se transformer et évoluer dans la relation individuelle. Il suffit juste de mieux se connaitre pour s'accepter dans les différences que chacun peut porter en soi. Bien sûr, ce n'est pas que l'histoire de Don Shirley et Tony Lip, c'est leur histoire dans un sud américain raciste et violent avec la musique, magnifique, pas toujours capable d'adoucir les mœurs...

danielle f. - Collège Joffre

 5.0 / 5

Vous pouvez y accompagner des classes de collège les yeux fermés.

Agnès H. - Collège Jean Moulin

 5.0 / 5

Magnifique histoire pleine d'humour et d humanité. Un film touchant et très prenant.

catherine N. - Collège Henri Longchambon

 5.0 / 5

Film splendide. La réalité dure des années 60 aux USA magnifiquement interprétée.

Mireille B. - Lycée privé des Petits Champs

 4.0 / 5

Très bon film. Les dialogues sont excellents et pleins d'humour. Cela permet de traiter le sujet grave de la discrimination raciale à travers la rencontre et le ressenti des personnages principaux. La fin parait toutefois un peu trop "happy ending."

Jany S. - Collège les Pins

 5.0 / 5

Un film sur la ségrégation qui finit bien et ne nous fait pas désespérer devant la bêtise humaine … oui c'est possible! Et l'angle d'exploitation proposé dans le dossier pédagogique (niveau de langue/milieu social) est comme d'habitude très intéressant. Merci

Jessica B. - Collège Jean Moulin

 4.0 / 5

Très beau film, de belles leçons, une certaine fragilité et surtout beaucoup de sujets sérieux traités sous un prisme quelque peu léger et comique, mais toujours touchant, énormément d'émotions... Très subtil et fort à la fois... Très bons acteurs, je le recommande à toutes et à tous! Une belle leçon de vie!

SANDRA P. - Collège privé la Providence

 5.0 / 5

Excellent pour une discussion sur les classes sociales et la lutte pour les droits civiques aux Etats Unis. Inversion des rôles, très bons acteurs, comique transclasses Scène filée du KFC qui va beaucoup plaire à tous les fans, et qui alimentera les discussions sur les stéréotypes

Emmanuelle G. - LP du bâtiment Hector Guimard

 4.0 / 5

Un bon film, porté par de bons acteurs, rien de révolutionnaire dans la mise en scène, mais on passe un très bon moment, le message (tolérance, découverte de l'autre) passe avec assez de finesse et sans tomber dans le cliché systématique, allez-y en famille, avec vos élèves, avec vos amis!

Héloïse M. - Lycée Nelson Mandela

 5.0 / 5

Superbe film, très touchant et pleins de sagesse sur la ségrégation. Sujet traité avec beaucoup de finesse. A voir absolument!!!

ARNAUD L. - Collège La Colinière

 5.0 / 5

Un film magnifique et riche en humanité

Assia M. - Collège Jean-Henri Fabre

 5.0 / 5

Emotions, beauté, Arts, une Alchimie si forte

hélène l. - Lycée Georges Pompidou (voie professionnelle)

 5.0 / 5

Très beau film, tout en finesse et bourré d'humour. Un excellent support pour aborder des questions graves et toujours d'actualité !

Alexandra P. - Lycée Jean Macé

 5.0 / 5

Très beau film permettant d'aborder le racisme, les préjugés.

Anne S. - Lycée professionnel Jean-Frédéric Oberlin

 4.5 / 5

Très beau film qui intéressera sûrement les lycéens

Richard S. - Lycée Général Leclerc

 5.0 / 5

Excellent film, admirablement joué. Le sujet de la ségrégation est traité d'une manière différente. Je recommande.

Dorothée B. - Collège privé Sainte-Marie

 4.0 / 5

Taillé pour l'oscar!

Sandrine P. - Lycée professionnel Jules Ferry

 5.0 / 5

exploitations pédagogiques possibles sur des questions de citoyenneté, d'éducation, de culture, de moralité, d'humanité, de droits...

pako p. - Lycée Rabelais

 4.0 / 5

Très bon film. Fin un peu trop mélo. pour un film "d'après une histoire vraie".

GEORGES O. - Collège la Croix Blanche

 4.5 / 5

Excellent film. Je le conseille fortement.

Joëlle C. - Lycée Georges Frêche (voie professionnelle)

 5.0 / 5

Excellent film ! Histoire réaliste qui s'appuie sur une documentation historique. Beaucoup de finesse et de justesse.

Nadia M. - Lycée professionnel Pierre Mendès France

 4.5 / 5

Excellent film qui plaira aux lycéens comme aux collégiens.

samuel c. - Section d'enseignement général et technologique du lycée Théodore Monod

 4.5 / 5

Excellent film, les acteurs sont bouleversants. Une belle mise en scène, des valeurs humanistes, du rire, des larmes. A voir absolument.

isabelle f. - Lycée professionnel Vauban

 4.5 / 5

Une histoire d'amitié drôle et émouvante qui invite à un voyage vers la tolérance.

Nassera S. - Section d'enseignement professionnel du lycée Louis Armand

 4.5 / 5

Film drôle et émouvant dans lequel les deux héros s'éduquent l'un l'autre. Très bon moment cinématographique.

caroline m. - Lycée Darius Milhaud

 4.0 / 5

Bonjour, Un film très humaniste, dont, pour autant, non dénué d'humour. Etonnante réalisation de l'un des deux frères Farrelly [qui nous ont habitués à un tout autre cinéma.] Un peu long sur la fin, mais la durée (2 h.) ne pose pas un problème en elle-même. A voir avec les élèves dès le collège.

Pascal C. - Collège Port Lympia

 4.5 / 5

Une belle histoire d'humains, d'amour, d'amitié. De très beaux rôles et une belle distribution.

Eddy S. - Collège Marcel Aymé

 4.0 / 5

Un début un peu long mais un film instructif, intéressant, qui aide à voir la ségrégation dans les années 1960 sous un jour mal connu.

Claudine P. - Lycée professionnel Pierre et Marie Curie

 3.5 / 5

Très bon film qui présente le thème du racisme par une entrée humoristique.

Catherine H. - Collège Daisy Georges Martin

 5.0 / 5

Excellent film qui vous captive du début à la fin, travail impressionnant sur les niveaux de langue et leur interaction, sur les relations humaines et sur les préjugés. On ne s’ennuie à aucun moment, le film est drôle, les personnages impressionnants d'humanité à leur manière. Une belle leçon sur les préjugés raciaux, un regard apaisant sur la condition humaine. J'ai adoré le film. Dominique, Strasbourg

Dominique v. - Lycée polyvalent Le Corbusier

 5.0 / 5

Un road movie touchant et drôle.

Myriam b. - Collège François Mauriac

 4.0 / 5

Scénario intéressant, reconstitution parfaite de l' Amérique des années 60, personnages attachants, acteurs talentueux; des bons sentiments, certes, et beaucoup d' éléments relativement prévisibles, mais on est embarqué dans un voyage qui vaut vraiment le coup! Thématique particulièrement intéressante à étudier avec les élèves: mentalités américaines à cette époque- là, préjugés humains et raciaux, et comment ils peuvent diminuer ou disparaître par l' empathie, l' ouverture à l' autre...

Pierre- Yves L. - Lycée Albert Calmette

 5.0 / 5

An inspiring story, I've just loved it and would highly recommend it. A voir et revoir!

Lilia L. - Section d'enseignement professionnel du lycée Elisa Lemonnier

 5.0 / 5

Un magnifique duo au service d'un film plein d'humanité!

christine G. - Collège Pic Saint-Loup

 5.0 / 5

Extraordinaire; un vrai régal. Tout y est: un fin cocktail d'humour, d'émotion, de raffinement et bien sûr d'histoire et même de sociologie.. On se laisse volontiers embarquer dans le périple : les paysages défilent (superbes), les conversations se succèdent (croustillantes) . On ne s'ennuie pas une seconde et à la fin, on a appris plein de choses au détour d'une histoire très attachante. Que c'est bien fait! Allez -y c'est un pur moment de bonheur!

Christine B. - Lycée polyvalent Les Bourdonnières

 5.0 / 5

Excellent film tant au niveau de l'histoire que du côté esthétique, avec en plus une bande son de qualité. Un beau message d'espoir face à la discrimination.

Fabienne R. -

 5.0 / 5

Très bon film , touchant et drôle . Merci de me l'avoir fait découvrir . Très pédagogique aussi à part le langage de Tony ;) mais nos élèves ne l'en aimeront que plus !

Delphine R. - Collège Bellevue

 5.0 / 5

Très bon film , touchant et drôle . Merci de me l'avoir fait découvrir . Très pédagogique aussi à part le langage de Tony ;) mais nos élèves ne l'en aimeront que plus !

Delphine R. - Collège Bellevue

 5.0 / 5

A la fois drôle et touchant, cette histoire d'amitié est formidable et nous montre que c'est au travers de la rencontre que les mentalités évoluent. Une superbe sélection musicale et un portait intéressant de l'Amérique dans les années 60! A voir

danielle r. - Ecole primaire Guynemer 2

 5.0 / 5

Au delà du domaine culturel traité c'est un moment émouvant, parfois tendre et drôle, qui transporte dans cette Amérique des années 60s. Un film qui encourage à croire que la tolérance et l'acceptation de la différence est possible.

Isabelle S. - Lycée professionnel Léonard de Vinci

 4.0 / 5

Ce film est touchant, parfois drôle. Il revient sur ces années 1960 aux États-Unis, évoquant racisme, homophobie, préjugés sociaux culturels. Il est servi par un bon jeu d'acteurs, des scènes réalistes.

isabelle D. - Lycée privé Saint-Nicolas

 5.0 / 5

Un excellent film avec deux acteurs remarquables.

Philippe B. - Lycée polyvalent Jean Rostand

 5.0 / 5

Excellent film avec acteurs de qualité. Musique parfaitement choisie et atmosphère de l'époque parfaitement restituée. Une plongée dans la société américaine et les rapports de classe analysée de façon fine et sans véritable ostentation démonstrative.

MHAMED M. - Lycée polyvalent Raymond Naves

 5.0 / 5

Un beau film, a" feel-good movie" un sujet difficile traité d'une manière intelligente et émouvante. Le rapport entre les 2 personnages que tout semble séparer est décrit avec beaucoup de finesse et d'humanité. C'est la victoire de l'humanité sur la bêtise et l'ignorance.

Caroline T. - Lycée privé Sainte-Ursule Louise de Bettignies

 5.0 / 5

Superbe film b.o tres belle, des acteurs grandioses qui traitent d de sujet grave (racisme, homophobie...) avec la sagesse de Gandhi. Un film historique plein de poésie et qui fait du bien en cette periode troublée. Donne a réfléchir : belle leçon d histoire et de vie. A VOIR

Claire M. - Lycée polyvalent Talensac-Jeanne Bernard

 5.0 / 5

Superbe film b.o tres belle, des acteurs grandioses qui traitent d de sujet grave (racisme, homophobie...) avec la sagesse de Gandhi. Un film historique plein de poésie et qui fait du bien en cette periode troublée. Donne a réfléchir : belle leçon d histoire et de vie. A VOIR

Claire M. - Lycée polyvalent Talensac-Jeanne Bernard

 5.0 / 5

Superbe film b.o tres belle, des acteurs grandioses qui traitent d de sujet grave (racisme, homophobie...) avec la sagesse de Gandhi. Un film historique plein de poésie et qui fait du bien en cette periode troublée. Donne a réfléchir : belle leçon d histoire et de vie. A VOIR

Claire M. - Lycée polyvalent Talensac-Jeanne Bernard

 4.5 / 5

Excellent film sur les États-Unis au début des années 1960 : diversité des blancs et des noirs, enfants d'immigrés, Nord et Sud... Très vivant, de l'humour (on ne s'ennuie pas !), une bande sonore très musicale, des paysages, de l'émotion... Aucune scène choquante pour des élèves de 3e ou de lycée. Merci pour l'avant-première car je n'aurais probablement pas été le voir. Une excellente surprise, un film parfait pour des scolaires !

Céline K. - Collège Blanche de Castille

 5.0 / 5

Rencontre improbable et incroyablement touchante. Le plouc italiano-américain du Bronx et le musicien à la distinction contagieuse. Mes élèves vont adorer ce film, j'en suis sûre, comme toute personne ayant le cœur au bon endroit! Sur fond de ségrégation, comment l'intelligence et l'amitié sont et seront toujours les valeurs universelles. Merci de m'avoir fait découvrir ce beau film en avant-première, je saurai le recommander le 23 janvier!

MURIEL I. - Lycée Buffon

 5.0 / 5

Très beau film qui nous plonge dans cette Amérique des années 60 aux multiples visages à la sauce Hooper ou napolitaine...

Françoise R. - Lycée professionnel Jean Lurçat

 5.0 / 5

Excellent, tout y est pour plaire, aux jeunes comme aux adultes. Pour l'enseignant : Très instructif sur les Etats-Unis (histoire et géographie), sur la musique. Tout ce qu'il faut aussi pour susciter la prise de parole et les débats en langues. Passages préférés : ceux qui font pleurer d'émotion et aussitôt pleurer de rire (tels le post scriptum clôturant la lettre d'amour, comparé à un coup de klaxon après une symphonie, voilà pile l'effet produit !)

Corinne R. - Lycée Jean Mermoz (voie générale et technologique)

 5.0 / 5

Il était peu probable qu'un italien du Bronx rencontre un noir cultivé à New York . La rencontre est superbe ! Film à voir absolument !

elisabeth J. - Collège Jean Perrin

 5.0 / 5

Excellent film vu en avant première. L'histoire d'une amitié improbable avec de l'humour, les 2 personnages sortent grandis de cette belle aventure de 8 semaines. A voir absolument.

Christine F. - Lycée professionnel Maurice Genevoix

 5.0 / 5

Film touchant sur la fraternité entre les deux personnages principaux que tout semble opposer apparemment... Deux vies qui vont s'entremêler, s'enrichir mutuellement tout au long d'un road-trip à la fois drôle et implacable. Belle ode à l'Amour, à l'Humanité qui sommeillent en chacun.

Nathalie D. - Collège Victor Segalen

 4.0 / 5

Excellent film , tant sur le fond que sur la forme. Les deux acteurs principaux sont parfaits, réalisation efficace et dynamique. On ne s'ennuie pas! Bonne peinture de l'Amérique des années 60 et de ses classes sociales et communautés. Excellente bande son. Aucune vulgarité ni "scènes choquantes".

Corinne P. - Collège La Neustrie

 4.5 / 5

Road Movie, Buddy Movie, de l'humour malgré une situation pour le moins délicate, pas trop de didactisme, de très beaux paysages et un grand soin dans les décors et accessoires, quelques évidences (les antagonistes du départ apprennent à se comprendre et s'apprivoisent) mais un film qui reste émouvant et à recommander pour aborder la question raciale sous un angle moins vu jusqu'à présent.

Emmanuelle L. - Lycée Blaise Pascal

 4.5 / 5

Très bon film Sujet sérieux abordé avec intelligence et humour Des acteurs remarquables.

Stephane A. - Lycée polyvalent La Fourragère

 5.0 / 5

Grande humanité et simplicité dans cette histoire d amitié traitée avec humour et émotion à travers le renversement des rôles notamment . Les deux acteurs sont époustouflants. Deux heures de régal. Merci.

Isabelle L. - Lycée professionnel Flora Tristan

 5.0 / 5

Super! J'ai vraiment adoré le film. Malgré un contexte difficile mais qui est bien exposé, on arrive à rire... Les personnages sont attachants... donc je pense que c'est vraiment un film que l'on peut facilement voir et travailler avec les élèves... ce à quoi je réfléchis pour une prochaine séquence!

Severine R. - Lycée privé de la Sauque

 5.0 / 5

Magnifique film, qui allie émotion et humour. Idéal pour aborder les problèmes des classes sociales, de la ségrégation, des préjugés... Une réussite.

veronique b. - Collège Marie Curie

 5.0 / 5

Superbe film, magnifique histoire d'amitié. Et bien sûr splendide bande son. Nous sommes tous différents, mais nous nous ressemblons tellement.

patrick s. - Ecole élementaire Loucheur

 5.0 / 5

Vu en avant-première, une magnifique histoire drôle et touchante à la fois, très chouette bande son...je recommande sans réserves !

Nathalie G. - Lycée professionnel Charles Tillon

 5.0 / 5

Film magnifique et touchant.

Catherine H. - Collège Anne Frank

 5.0 / 5

Vu en avant première. Un film magnifique, touchant, traitant avec humour la rencontre entre ces 2 personnages si différents mais qui s'apportent beaucoup mutuellement. Beaucoup de sensibilité pour évoquer la ségrégation raciale et son absurdité. Un film à étudier avec des lycéens sans hésitation.

VERONIQUE B. - Lycée privé Sainte-Famille Saintonge

 5.0 / 5

La preuve qu'on peut faire un film grand public, drôle et intelligent sur un sujet très grave et toujours d'actualité : la discrimination envers les noirs américains dans le sud des Etats Unis et dans les années 60. Le film aborde aussi la notion de classe sociale pour montrer comment elle se superpose au racisme. Intéressant pour aborder le mouvement des droits civiques, mais aussi les stéréotypes, les préjugés etc. Et le film doit beaucoup aux deux interprètes principaux.

Françoise M. - LP du bâtiment Hector Guimard

 5.0 / 5

Une belle leçon d'humanité, de partage, de générosité et d'humour, face à la ségrégation dans l'Amérique des années 60. J'ai beaucoup aimé ce film.

Hélène R. - Collège Font d'Aurumy

 5.0 / 5

Très beau film d'une humanité rare. Le sujet de la ségrégation est traité avec finesse. Le duo d'acteurs est brillant. L'humour toujours présent. Devrait être vu par toutes les générations. Delphine L. Enseignante Rennes

Delphine L. - Lycée et section d'enseignement professionnel Jeanne d'Arc

 5.0 / 5

Très beau film poignant sur le ségrégation aux USA mais truffé d'humour. Le duo principal est attachant et joué à merveille.

Laurence B. - Lycée Notre-Dame de Bel Air

 5.0 / 5

film très attachant et bien documenté sans aucun doute intéressant à exploiter avec les élèves de lycée. vu en avant première seule

catherine k. - Lycée privé Passy Saint-Honoré

 5.0 / 5

Très beau film mené sans excès De l'humour, malgré un malaise en filigrane sur un racisme d'Etat assumé .

Patrick N. - Collège Port Lympia

 4.0 / 5

Il traite avec humour d'un sujet qui pourrait vite devenir larmoyant. Ce n'est pas le cas. Des rôles parfaitement joués, une critique d'un système. Je regrette quelques poncifs visuels, mais pour venir avec des élèves, c'est parfait.

Marion C. - Collège Fréderic Mistral

 5.0 / 5

Excellent film, à la fois émouvant et drôle. Sujet très fort et traité avec subtilité. Interprétation brillante.

Christèle E. - Collège les Rochers Sévigné

 3.0 / 5

Un joli film, bien écrit, bien mis en scène, qui évite l'écueil de l'excessive grandiloquence que l'on peut trouver habituellement dans ce genre de réalisation. Pourquoi trois étoiles seulement ? Parce que scénario et facture sont extrêmement classiques. Le film est bien pensant, jusque dans les détails... tel l'anachronisme des gros yeux faits par un pianiste des années 60 qui veut protéger la nature et gronde son chauffeur lorsqu'il jette un verre en plastique par la fenêtre...

Aude M. - Collège Janson de Sailly

 5.0 / 5

Excellent film. De l'élégance, de la dignité, de la bravoure et de l'humour.

Aurélie P. - Collège Frédéric Mistral

 4.5 / 5

De très bons acteurs, une Amérique des années 60, la ségrégation vécue par un talentueux noir etc. Je conseille ce film.

nadine A. - Collège Pays de Monts

 5.0 / 5

drole et émouvant, excellents acteurs, j'ai passé un très bon moment.

Emilie H. - Lycée privé Sainte-Marie Bastide

Suivez-nous