Image du film Mademoiselle de Joncquières

Dossier pédagogique "Mademoiselle de Joncquières"

Fiche d'activité

Mademoiselle de Joncquières

Mademoiselle de Joncquières est l’adaptation de l’histoire du marquis des Arcis et de Madame de la Pommeraye, l’un des récits enchâssés de Jacques le fataliste et son maître de Denis Diderot (roman publié en 1796). Fidèle à l’esprit du XVIIIème siècle comme à la langue de Diderot, cette transposition cinématographique signée Emmanuel Mouret ravit par son art du dialogue et ses multiples retournements de situation. C'est une belle porte d’entrée pour plusieurs objets d’étude du Français au Lycée. Elle pourra être mobilisée dans le cadre d’une étude de ce récit (dont il existe plusieurs éditions autonomes) en œuvre intégrale, ou en ouverture d’un groupement de textes du XVIIIe (le film offre de nombreuses possibilités d’intertextualité). Le dossier pédagogique que nous publions, destiné aux professeur·e·s de Français du Lycée, rassemble une analyse thématique du film (l’art de plaire, la vie comme espace de jeu, la vengeance, le pardon) et un entretien avec l’universitaire Odile Richard-Pauchet, spécialiste de l'œuvre Diderot.
 
Par Philippe Leclercq   Philippine Le Bret  

Mademoiselle de Joncquières

Ce film m'intéresse

L'avis des enseignants

 4.5 / 5
( 3 avis d'enseignants )

Un film enlevé et très riche sur la condition féminine au XVIIIème siècle, qui permet de tisser des échos avec plein de textes classiques (Laclos, Beaumarchais).

Anonyme

 3.0 / 5

Un régal ! Mouret a réussi à porter à l'écran ce remarquable récit de Diderot, et surtout à l'incarner avec ces deux acteurs formidables que sont Cécile de France et Edouard Baer (qui est franchement génial dans cet emploi et avec la langue du 18e !).

Mattia R. - Collège Edouard Pailleron

 5.0 / 5

Génial Edouard Baer ! Le film met un peu de temps à se mettre en place (les élèves risquent de s'ennuyer au début) mais à partir du moment où la machination se met en place, le spectacle est vraiment jubilatoire (anthologie scène de repas). Et particulièrement intéressant pour le discours féministe, qui parvient à redonner à l'œuvre son actualité.

Olivia L. - Lycée Arago

Suivez-nous